Les héroïnes romantiques vous donnent rendez-vous au musée de la vie romantique

Qui sont les héroïnes du romantisme, et comment furent-elles représentées au XIX°s? Le musée de la vie romantique y répond par la jolie et intéressante exposition Héroïnes romantiques, en un parcours en trois temps: Héroïnes du passé, héroïnes de fiction et héroïnes en scène et convoque, à travers une sélection d’une centaine d’œuvres, aussi bien la peinture que le théâtre, la littérature et la danse.

Héloïse embrassant la vie monastique (1812) de Jean-Antoine LAURENT – Photo: Anne-Laure Faubert

Jeanne d’Arc, Héloïse, Marie Stuart, Juliette ou Atala ancrent dans l’imaginaire collectif de l’époque une certaine vision du féminin et de l’héroïne romantique: la peau diaphane, les cheveux longs, vêtues d’une robe blanche ou dénudée et résignées face à leur destin tragique inéluctable. La violence féminine est, a contrario, souvent associée au masculin ou à  la folie comme le montre le tableau Médée de Delacroix.

Christine de Suède refusant la grâce à son écuyer Moraldeschi (1827) de Félicie de FAUVEAU (1801-1886) – Photo: Anne-Laure Faubert

Le plâtre représentant Christine de Suède refusant de gracier son écuyer décrit une souveraine très masculine, comme si l’autorité ne pouvait être féminine. Ces héroïnes « hors normes » sortent ainsi de leur genre.

Les héroïnes de fiction se répartissent, elles, en deux catégories:

  • les Shakespeariennes – dans les années 1820 le théâtre de William Shakespeare connaît en France une renommée importante – avec notamment Desdémone étouffée par son amant, Juliette semblant morte dans les bras de Roméo, la mort d’Ophélie dont les destins s’inscrivent dans le goût du drame des romantiques
  • les héroïnes inventées comme Virginie dans Paul et Virginie, Esmeralda de Victor Hugo, et celles de Sophie Cotin et de Georges Sand. Atala, de Chateaubriand, qui illustre le combat entre l’amour terrestre et divin, acquiert une telle célébrité qu’elle est représentée en peinture par Anne-Louis Girodet-Trioson, en « belle défunte » érotisée.

Ces héroïnes de fiction expriment l’impossible conciliation entre un ordre social établi et la liberté de vivre leurs passions, même si leur mise en scène artistique, principalement masculine, reste très sensuelle avec la poitrine souvent apparente et une esthétisation de la mort.

Les héroïnes en scène, elles, s’adressent à un public plus large que celles des romans. Ballet, opéra et théâtre sont en effet à l’époque plus accessibles que les romans et deviennent un espace de diffusion des héroïnes romantiques. Elles sont incarnées par des comédiennes adulées comme Mademoiselle Rachel, Maria Malibran ou Marie Taglioni dont les balletomanes connaissent le nom pour son interprétation remarquée de La Sylphide en 1831, sur pointes dans un tutu blanc vaporeux. Cette invention de « ballet en blanc » reste par ailleurs caractéristique du ballet romantique (Giselle, ballet plus joué à l’Opéra de Paris de nos jours que La Sylphide est abordé via une illustration).

Costume de la Sylphide datant de 1971

Si l’exposition n’est pas exhaustive – le couple Dante et Béatrice que l’on retrouve pourtant à l’époque dans les œuvres de Gustave Doré – ou la Lorelei n’y apparaissent pas, elle a le mérite de mettre en lumière une facette peu étudiée du romantisme et de faire ressurgir certaines peintres et écrivaines tombées dans l’oubli comme Sophie Cottin connue à l’époque pour ses romans, dans le cadre bucolique du Musée de la Vie romantique ou hôtel Scheffer – Renan, ancienne demeure du peintre d’origine hollandaise Ary Scheffer et foyer d’inspiration romantique durant la première partie du XIXe siècle.

En sortant, faites une pause autour d’un capuccino et d’un gâteau à la pistache au café Rose Bakery situé dans le jardin. Tout y est délicieux.

Anne-Laure FAUBERT

Musée de la vie romantique

Jusqu’au 4 septembre 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s