Tunisie – Seabel Alhambra Beach Golf & Spa – Port El Kantaoui

Dernier volet consacré à ce voyage enchanteur en Tunisie: l’article sur l’hôtel qui me reçut pendant quelques jours et dont le nom « Seabel Alhambra » évoque l’Andalousie et l’Alhambra de Grenade.

En arrivant à la tombée de la nuit dans cet établissement gardé par de hauts murs, on est surpris par le soin porté à la décoration.

L’architecture de ce bâtiment et sa décoration néomauresque donnent une impression d’espace, de tranquillité et de dépaysement. On est loin des hôtels impersonnels de certaines chaînes. Il faut avoir déambulé le soir le long de la piscine fermée pour ressentir cette sérénité dans la pénombre… Une impression d’autant plus forte qu’elle était pour moi l’occasion de fouler les pieds du continent où j’ai grandi et que je n’avais pas revu depuis 2009: l’Afrique, ses odeurs de bougainvilliers, ses marchés ou souks selon qu’on est en Afrique noir ou au Maghreb…Autant de souvenirs qui me revenaient à l’esprit…

Si l’appellation « hôtels clubs » peut rebuter certains – moi la première étant allergique à toute soirée de groupes style karaoké… – vous pouvez vous échapper près de la piscine et siroter un mojito en dégustant un des nombreux plats préparés par un personnel professionnel et soucieux des détails (j’apprécie quand on met les couverts à poissons quand c’est nécessaire et de nombreux restaurants parisiens ne le font pas).

Ce séjour a également été l’occasion d’essayer le SPA de l’hôtel dont j’ai apprécié la gentillesse et le professionnalisme des masseuses et esthéticiennes ainsi que de la directrice que je remercie. Car quitter la Tunisie sans avoir vécu le rituel du hamman ou essayé le massage aux foulards serait passer à côté d’une partie de sa culture…

Tradition remontant aux thermes romains, le hammam est à l’origine un lieu de purification du corps, avant de devenir un lieu de vie sociale. Quant au massage aux foulards, ancré dans la tradition berbère, il permet de dénouer les tensions du corps et se révèle plus tonique que je ne le pensais ; )

Que retenir d’Istanbul ? En 10 points

 Trois semaines après mon escapade stambouliote, qu’en ai-je retenu ?

Côté culture :

1. Une promenade dans le centre historique à la nuit tombée avec les minarets de Ste Sophie et la Mosquée bleue illuminés. Il y a quelque chose de magique et d’intemporel…

Centre d'Istanbul la nuit

2. Une croisière sur le Bosphore au crépuscule.

Loin de l’agitation qui prévaut sur l’embarcadère le trajet permet à la fois d’admirer les mosquées et palais qui longent le fleuve et de voir les ponts modernes qui relient les 2 rives, alliant à la fois histoire et modernité

Pont rouge Istanbul

3. Les mosaïques de St Sophie et de St Sauveur-in-Chora et notamment celle de l’impératrice Zoé à Ste Sophie et celles de l’enfance de Marie à St Sauveur…

Impératrice Zoé

4. Le harem du Palais Topkapi pour les jeux de couleurs des céramiques… et non pour l’histoire de centaines de femmes ainsi sacrifiées

Topkapi

5. La basilique souterraine du VI°s : une promenade au milieu de cette forêt de colonnes est féerique.

Basilique souterraine

Côté Bec sucré

6. Boire un ayran ou lait fermenté bien frais à toute heure de la journée. Cette boisson que j’avais découverte en 2002 à Sarajevo évoque pour moi les Balkans et provoque une certaine nostalgie

Ayran

7. Manger un « délice du Sultan » dans la medersa de la Mosquée de Soliman: un plat très fin à base d’agneau et de purée d’aubergines

8. Goûter une pâtisserie orientale dans une bonne pâtisserie.

Côté style de vie

9. Se pencher sur la condition féminine et repenser à l’écrivaine Elif Shafak; s’interroger sur l’absence des femmes dans les hôtels, restaurants et bazars et voir des femmes entièrement voilées discuter avec des femmes habillées de façon occidentale…

Féminité stambouliote

10. Voir des contrastes saisissants dans la même journée, me rappelant mon enfance et adolescence africaines : passer d’un bœuf égorgé en plein air aux terrasses branchées du quartier européen…

Un intérieur de collectionneur

Ayant dû faire des photos pour mettre en valeur cette collection il y a quelques jours, j’ai demandé la permission d’en publier certaines sur mon blog…

C’est une demeure de voyageurs et collectionneurs qui, au gré de leurs séjours et voyages, ont acheté des pièces et les ont mélangées à des tableaux de famille et des lampes Art déco, créant une atmosphère particulière.

Ce que j’aime particulièrement, c’est le souci du détail dans chaque pièce… au risque de ressembler à un musée…

 Même si on trouve des pièces d’Afrique, du Maghreb et d’Australie, je me concentrerai sur l’Afrique de l’Ouest.

Les masques voisinent avec des portes, des statues mais aussi des poteries modernes.

On y trouve aussi des pièces connues comme les tabourets Baoulé de Côte d’Ivoire.

Afrique quand tu nous tiens…

Ca y est! Il aura suffi de quelques promotions sur Air France pour fêter les 5 ans de Flying Blue, son programme de fidélité, pour que les envies de voyages en Afrique qui me trottaient dans la tête, refassent surface…

Blyde River Canyon – Afrique du Sud

Afrique quand tu nous tiens!!

Ayant passé une partie de mon enfance et de mon adolescence en Afrique de l’Ouest, je reste marquée par certaines images :

– les baobabs sur la route de Cap Skirring (Sénégal),

– les bolons (ou bras de rivière) que l’on prenait en pirogue

– la beauté des plages du Ghana et du Sénégal et la splendeur des couchers de soleil, miroitement de rouge et d’orange sur la mer 

– le périple pour traverser la Gambie quand on partait de Ziguinchor pour aller à Dakar et ce fameux bac, chargé de voitures, de personnes, de moutons, de paquets… Tellement plein à craquer qu’on se demandait s’il arriverait au bout de son voyage (question de mes parents, plus que de moi-même, j’étais trop petite)

Bref, l’Afrique je l’ai dans la peau, malgré mes origines européennes…

J’ai mis du temps à y retourner, 10 longues années au total.

Et voilà qu’en août 2009, j’étais repartie, en Afrique du Sud cette fois, un rêve d’enfant.

J’avais envie d’aller au-delà des préjugés, de la violence dont ce pays est la proie quotidienne…

Une fois ur place, je me suis rendue compte à quel point je m’étais occidentalisée, à quel point j’étais redevenue une « toubab ».

Quelques réflexions me viennent à l’esprit:

– nous sommes présomptueux de vouloir tout comprendre en quelques semaines d’un pays qui s’est fait dans la violence pendant des siècles. Ca vaut d’ailleurs pour n’importe quel pays

– C’est un pays splendide! Je recommande absolument!

Three Roundavels - Afrique du Sud

– une très belle leçon d’histoire, qu’il s’agisse de Franschhoeck – où sont arrivés les huguenots français après la révocation de l’édit de Nantes, du Cap fondé en 1652, ou des monuments commémorant la lutte contre l’Apartheid… 

Monument commémorant l'arrestation de N. Mandela le 5 août 1962

– une Afrique très urbanisée et encore rurale par endroits, un peu comme à Abidjan avec ses fameux embouteillages des ponts Charles de Gaulle et Houphouët Boigny,  rien à voir avec la Zambie, où le voyage se terminait. La différence de PIB par tête était flagrante…

Sur le fleuve Zambèze...

Chine intimiste…

Lors de mon voyage en Chine en mars – avril 2009, je m’étais attachée à photographier les contrastes de ce pays, deuxième puissance économique du monde désormais. J’ai souhaité mettre ici en valeur des scènes personnelles, loin de la foule des grandes villes.

Bon voyage!!

J’ai beaucoup aimé cette petite fille qui, imperturbable aux touristes et visiteurs, continue  de regarder son dessin animé.

Les scènes de rues sont aussi quelque chose que j’apprécie.

La photo suivante symbolise la Chine rurale, face à la modernité de Pudong (quartier de Shanghai).

Et une dernière, pour la route! « Pour sûr » elle va vous mettre en appétit ; )