Cherkaoui, Goecke, Lidberg: une soirée de danse poétique au Palais Garnier…

Vendredi 15 février 2019 – Palais Garnier – 7° représentation

Autant mon abonnement danse au Théâtre des Champs Elysées me laisse perplexe pour la seconde année ( la preuve je n’en parle pas ici) autant mes virées au Palais Garnier me procurent plaisir et belles découvertes…

CHERKAOUI-GOECKE-LIDBERG_4067934882472820008

Dans cette soirée réunissant 3 chorégraphes contemporains peu connus du grand public, le plus beau ballet reste pour moi le premier, Faun de Cherkaoui sur la musique de Debussy. Un après-midi d’un faune – poème originellement de Mallarmé – joliment revisité où un faune – Simon Le Borgne – et une « faunette » comme dirait mon fils ou une muse ou faunesse – Clémence Grosse – se rencontrent dans un pas de deux délié, éprouvent des sentiments, hésitent, s’aiment… le tout dans un environnement sylvestre et nocturne propice à la poésie et à la rêverie. Un ballet aérien aux subtiles jeux de jambes dont je suis sortie rêveuse, aussi conquise que pour Afternoon of a faun de Robbins dont j’ai parlé ici à plusieurs reprises.

Le second ballet Dogs sleep de Marco Goecke sur des musiques de Toru Takemitsu, Maurice Ravel, Claude Debussy et Sarah Vaughan, convainc moins, tout comme son ballet Le Spectre de la Rose vu une semaine auparavant au TCE. Dans une atmosphère nocturne et brumeuse, inquiétante même et rappelant le Chien des Baskerville, sept danseurs évoluent, torse nu, dans une chorégraphie animale et humaine à la fois. S’il devient courant désormais de grimacer et ouvrir la bouche, ce type de chorégraphie ne me touche pas.

Enfin Les Noces de Pontus Lidberg sur la musique de Stravinsky est une réinterprétation poétique d’un ballet et d’une musique connus. Les grandes roses descendant du ciel, les échappées vers le fond de la scène ou l’ouverture du sol donnent une profondeur scénique à un ballet évoquant les rapports hommes femmes dans toute leur complexité.

Une soirée poétique à revoir pour Faun si l’occasion se présente…

 

Anne-Laure FAUBERT

Hommage à Jérôme Robbins au Palais Garnier…

Soirée du 2 novembre 2018 au Palais Garnier

Autant le dire d’emblée, je suis allée voir ce spectacle, dont je connaissais 3 des 4 ballets, pour Afternoon of a Faun… Ce ballet onirique et sensible me plait énormément…

Escalier_Bdef

Une soirée bien agencée il est vrai : Fancy free (1944) pour faire rire et démarrer d’un bon pas, A suite of dances ou la respiration technique et musicale, avant une deuxième partie composée d’Afternoon of a Faun (1953) et de Glass Pieces (1983). Nous étions quatre – deux adultes et deux enfants du même âge – et chacun a préféré un morceau différent… Et comme le mérite n’attend pas le nombre des années, on peut avoir 6 ans et préférer A suite of dances et Glass Pieces, et non Fancy Free ballet a-priori le plus abordable…

Fancy free est un ballet cocasse, aux attitudes exagérées, mais dont le trio de marins constitué d’Alessio Carbone, Paul Marque et Alexandre Gasse, avait parfois du mal selon moi à former un ensemble cohérent. Trois bons danseurs séparément ne font pas forcément un trio convaincant. Face à eux, Dorothée Gilbert était tout en jambes – avec ce jeu si spécifique plein de finesse qui la caractérise – et minauderies, pendant que Valentine Colasante exécutait une danse plus terrienne. Roxane Stojanov poussait les minauderies à l’extrême, dans une danse aérienne.

A suite of dances, solo de Paul Marque sur une musique de Bach, était un chef d’œuvre technique. Un solo magnifique, loin des figures imposées qu’on pourrait craindre pour ce type de ballet. Dommage toutefois que le dialogue avec la violoncelliste n’ait pas été plus abouti. Une façon pour mon fils de découvrir qu’un homme peut danser seul sur scène et réaliser des mouvements magnifiques. Ce fut son ballet préféré de la soirée.

Hommage à Jérôme Robbins_afternoon of a faun

Afternoon of a Faun met en scène un faune danseur, Germain Louvet, qui rencontre une muse, Léonore Baulac. Un couple à la scène dans la droite ligne de Myriam Ould Braham et Mathias Heyman… Une interprétation toute en finesse, avec un faune ravissant aux mouvements fluides et une muse à la danse légère et aérienne, comme un songe… Un poème onirique de toute beauté…

Hommage à Jérôme Robbins_Glass Pieces

Enfin Glass Pieces clôturait la soirée sur une musique de Philipp Glass que je n’aime pas car entêtante jusqu’à l’énervement. Une manière pour mes enfants de découvrir que la danse américaine (mais pas que) permet aux danseurs de marcher sans but apparent, et à Robbins de montrer tout son génie des ballets de groupe… Un ballet dont – hormis la musique- on ne se lasse pas… car selon ma fille de 6 ans « c’est beau toutes personnes qui se déplacent »… ; )

Anne-Laure FAUBERT

à la Une

Onéguine de Cranko – soirée du 15 février 2018: Olga Lenski vs Tatiana Onéguine?

Le ballet Onéguine de Cranko, d’après un roman de Pouchkine est un des mes ballets préférés et depuis 2011 j’en parle régulièrement ici.

Réflexion sur l’amour et le couple, sur la manipulation, son épaisseur tient en partie à l’interprétation des personnages. Et la distribution du 15 février avec Mathieu Ganio en Onéguine et Ludmila Pagliero en Tatiana, Mathias Heyman en Lenski et Myriam Ould Braham en Olga tenait presque de la perfection. Le second couple éclipse d’ailleurs en  partie le premier et le temps du premier tableau, on se demande si par hasard la fin n’aurait pas changé ou si les souvenirs sont inexacts, tellement ce couple semble fait pour durer éternellement. 

Onéguine Heyman Ould Braham
© Sébastien Mathé

De ce roman sur l’honneur et la vacuité d’un homme, Eugène Onéguine, le chorégraphe sud-africain John Cranko a créé en 1965 un petit bijou de danse classiquePrécision pour les mélomanes: aucun élément de l’opéra du même nom de Tchaïkovski n’est repris mais des œuvres du compositeur. Oeuvre prémonitoire de Pouchkine qui comme Lenski décède en duel, Cranko reprend aussi certains thèmes chers à Pouchkine comme les fantômes et le songe, lorsque dans son sommeil Tatiana croit voir Onéguine. Un pas de deux sensuel en noir et blanc dans la pénombre de la chambre. Un des plus beaux passages du ballet qui n’est pas sans rappeler Le lac des cygnes et le cygne noir et le cygne blanc…  

Mathieu Ganio interprète dès le début un Onéguine ténébreux et méprisant, dont la méchanceté va crescendo, de la lettre déchirée à l’humiliation de son ami. A-t-il vraiment changé quelques années après à Saint-Pétersbourg? Il est permis d’en douter tant sa danse passionnée dévoile une certaine violence et un égoïsme profond.

Mathias Heyman campe un Lenski gendre idéal, qui, par honneur et vanité, perd la vie en duel.

Onéguine (saison 2017-2018)

Myriam Ould Braham Olga ne semble pas comprendre ce qui se joue lorsqu’elle accepte de danser avec Onéguine. Comment un ami pourrait vouloir du mal à son fiancé et à sa sœur… Une erreur de jugement qui coûte la vie à ce-dernier.

Quant à Ludmila Pagliero Tatiana elle prend progressivement sa place pour au final renoncer par honneur à sa passion pour Onéguine.

Vaut-il mieux vivre un amour convenable et socialement parfait comme le symbolise le couple Grémine Tatiana ou un amour passionné, mais aux prises des enjeux de  domination, comme le couple Onéguine Tatiana… Un juste milieu symbolisé en réalité par un couple disparu trop tôt, celui formé par Olga et Lenski…

Anne-Laure

Le songe d’une nuit d’été de Balanchine à l’opéra Bastille : un songe sans queue ni tête

Matinée du 12 mars 2017 – Opéra Bastille

Chorégraphié par Balanchine en 1962, le songe d’une nuit d’été fait son entrée cette année au répertoire de l’Opéra de Paris.

Songe d'une nuit d'été

Ce ballet, féerique par les costumes de Christian Lacroix et le propos tiré de Shakespeare, déçoit par son manque de lisibilité et ses deux actes sans cohérence. Un ballet fidèle au sens premier d’un rêve : une ou des histoires irréelles et parfois sans sens apparent.

Il y a deux façons de voir ce ballet :

– comme un divertissement (au sens pascalien du terme) et dans ce cas le spectateur en sort ravi : débauches de costumes scintillants, sauts et entrechats, vibrionnant Puck…

Songe puck

– en y cherchant un rappel de la pièce de Shakespeare et une profondeur, et là le bât blesse.

Certes Balanchine est davantage connu pour ses ballets graphiques et son éloge de la danse pour la danse, mais ses ballets narratifs racontent de belles histoires et interrogent sur le sens de nos vies comme Agon ou le Fils prodigue dont j’avais parlé ici en 2012.

Papillons, fées, cornistes, acteurs et chiens d’Hippolyte se succèdent dans un joyeux et ébouriffant spectacle sans queue ni tête, un songe éveillé dont la présence des acteurs nous rappellent que nous assistons en fait à un spectacle, et que ce théâtre dans le théâtre aura bientôt une fin et nous serons bientôt réveillés. La scène de l’acteur transformé en âne est drôle, les querelles et quiproquos amoureux s’inscrivent à la fois dans la tradition du philtre amoureux hérité de Tristan et Yseult et la Commedia dell’arte.

Le second acte, lui, reprend des tableaux de Balanchine et entraîne une dichotomie malvenue.

Un ballet dont on garde en mémoire la beauté des costumes, mais dont l’argumentaire laisse perplexe.

Le Palais Garnier au rythme de la danse américaine : la soirée William Forsythe

Il y avait foule ce lundi 4 juillet 2016 au Palais Garnier, tant au niveau de la sécurité, que du public, voir la Première de la soirée consacrée au chorégraphe américain William Forsythe avec 3 ballets, qui faisaient leur entrée au répertoire de l’Opéra de Paris.

Forsythe est un chorégraphe que l’on retrouve régulièrement dans ce lieu, mais une soirée entière dédiée, c’était une première pour moi. L’influence de Benjamin Millepied sûrement… pour une soirée allant selon moi crescendo.
Of any if and (1995) sur une musique de Thom Willems est en fait un ballet fondé sur un duo où pas de deux s’enchaînent sans susciter chez moi un réel intérêt. Le ballet semble long, Eléonore Guérineau et Vincent Chaillet évoluent en justaucorps chair, se cherchent, se croisent, se trouvent pour se perdre ensuite.

Approximate sonata ( 1996) était donnée dans une nouvelle version sur une musique de Thom Willems. J’y retrouvais avec un plaisir évident, pour ne pas dire gourmand, Alice Renavand et Marie-Agnès Gillot, toutes deux à leur place en danse contemporaine (un peu moins en danse classique comme j’ai pu le mentionner pour la première dans Giselle). Huit danseurs, soit 4 couples, se déploient sur la scène habillés de justaucorps de couleur vive. Le titre est bien trouvé puisqu’ils semblent évoluer telles des notes, se croisent, se cherchant, dans une harmonie manifeste où scènes de groupe et pas de deux trouvent un subtile équilibre.

forsythe
Blake works I (création) sur une musique de James Blake permettait tant aux étoiles, premiers danseurs et corps de ballet d’exécuter un ballet onirique quasi balanchinien par moments. L’aspect intemporel qui s’en dégageait m’a frappée et donné envie de le revoir indéfiniment pour rêver devant tant de beauté. L’art pour l’art a parfois du bon…

2012782_william-forsythe-et-james-blake-electrisent-le-palais-garnier-web-tete-0211103008414