Des envies de voyage: magazines et livres à découvrir

Si vous avez comme moi en ce moment des envies de voyage face aux températures qui baissent, voici quelques magazines et livres lus récemment que je vous conseille…

Le magazine GEO de juillet 2021 consacré à la Papouasie Nouvelle-Guinée, et que vous pouvez toujours acheter sur le site de Prisma shop, m’a plongée à la fois dans des paysages à couper le souffle, mais également dans les traditions de scarifications des « hommes crocodiles », sujet que je connaissais sous sa version moins prononcée (uniquement sur le visage et non sur tout le corps) en Afrique et dont j’ignorais l’existence.

J’avais gardé du magazine GEO ses magnifiques images, j’ai découvert un magazine plus structuré avec cinq piliers:

  • l’œil du photographe,
  • l’esprit d’aventure,
  • ce monde qui change,
  • une planète à protéger
  • le grand entretien.

L’article « En solo dans le Pamir » sur le périple de la photographe Priska Seisenbacher qui a parcouru seule 4000km à travers l’Asie centrale m’a rappelé les aventures d’Anne-Marie Schwarzenbach et Ella Maillart… et donné de grandes envies d’évasion...

Le numéro de GEO d’octobre porte, lui, sur un autre pays que je souhaiterais découvrir: le Kenya: une quarantaine de pages racontent ce pays aux volcans et aux lacs majestueux, où les rhinocéros ont leurs sanctuaires, où gnous et zèbres offrent encore, en traversant en harde les rivières, un tableau saisissant… Les reporters de GEO, après avoir parcouru le Kenya, dévoilent ce que ce pays entreprend face au changement climatique, pour demeurer une merveilleuse évocation des « premiers matins du monde ». Ils révèlent comment les grands parcs préparent l’avenir mais évoquent également la dernière chance des rhinos blancs du Nord. GEO entraîne ensuite ses lecteurs dans la Vallée du Rift avant de leur offrir un mode d’emploi de la savane.

Pour poursuivre sur les « envies d’ailleurs », je vous conseille deux livres qui invitent à la vie nomade et à la spiritualité:

  • Vanlife et vie nomade de Dana Tentea et Stéphane Boitel
  • Cap vers Saint-Jacques-de-Compostelle – petits guides visuels

 

  • Vanlife et vie nomade de Dana Tentea et Stéphane Boitel

avec son sous-titre « vivre, voyager, travailler sur les routes » fait d’autant plus réfléchir – même si personnellement je ne suis pas une adepte de van – que les auteurs sont une ancienne avocate en droit des affaires et un ancien informaticien qui ont tout quitté pour vivre sur les routes. Le livre se veut pratique et traite aussi bien, grâce à de nombreux témoignages, de la scolarité des enfants embarqués dans cette aventure, que des questions financières ou de sécurité et de l’autonomie en eau potable ou essence. Avec en filigrane l’idée que si voyager en van permet de se détacher de l’essentiel pour aller à la rencontre de l’autre, ce n’est pas forcément une façon définitive de vivre… et que la liberté totale n’existe pas, chaque mode de vie impliquant des contraintes et des avantages.

  • Cap vers Saint-Jacques-de-Compostelle – petits guides visuels se veut un livre à la fois culturel et pratique sur les différents chemins de Compostelle.

J’ai beaucoup aimé les phrases d’introduction qui rappellent ainsi « devenant un étranger, quittant son univers familier, délaissant pour un temps son statut social, le pèlerin prend conscience de son intériorité, de ses propres limites, et puise au plus profond de lui-même pour les dépasser. » Le livre commence d’abord par un rappel des bases: qui est Saint-Jacques – un des douze apôtres du Christ- pourquoi est-il si important et la raison de la coquille Saint-Jacques (dans l’Antiquité les coquillages étaient portés pour se protéger de la sorcellerie er du mauvais sort; largement pêchée en Espagne, la coquille est devenue l’attribut de l’apôtre Saint Jacques). Je trouve toujours très intéressant cette démarche qui, sans niveler par le bas, remet tout le monde au même niveau de connaissances avant d’aller plus loin.

Le livre présente également les différents chemins du pèlerinage, qu’il s’agisse du Puy en Velay, et notamment du chemin de Stevenson, de l’Aubrac avec notamment l’itinéraire d’Urbain V, de Conques et de Rocamadour, et du chemin d’Espagne. Les différentes étapes sont également décrites avec à chaque fois des éléments culturels, historiques et gastronomiques et des aspects plus pratiques. Ce pèlerinage m’a toujours fascinée mais je ne comprenais pas cette histoire de routes qui partaient de France et d’Espagne. Qui sait, peut-être que ce livre aura semé des graines pour 2022 ou 2023 ; )

Anne-Laure FAUBERT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s