Rosa Bonheur au musée d’Orsay

Il vous reste jusqu’au 15 janvier 2023 pour voir la très intéressante exposition consacrée à la peintre Rosa Bonheur (1822-1899) au musée d’Orsay, en partenariat avec le musée des Beaux-Arts de Bordeaux et la collaboration de Katherine Brault, présidente du château de Rosa Bonheur: un commissariat 100% féminin pour une artiste hors-normes.

Alors pour ceux pour qui Rosa Bonheur évoque un café aux Buttes Chaumont ou un café péniche sur la Seine, il est temps de revoir ses classiques ; )

Rosa Bonheur (1822-1899)
Le Roi de la forêt, 1878 – Collection particulière
© Bridgeman Images / Christie’s Images

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Rosa Bonheur, première artiste femme à avoir été décorée de la Légion d’honneur, ce musée lui rend hommage par une exposition d’envergure. Française la plus célèbre de son époque avec Sarah Bernhardt, elle était pourtant passée de mode alors qu’elle fut l’artiste qui vendit le plus d’oeuvres à travers le monde au XIX°s.

Rosa Bonheur Chat sauvage, 1850
Nationalmuseum Stockholm Foto Erik Cornelius/Nationalmuseum 2002 © Nationalmuseum Stockholm / Erik Cornelius

Issue d’une famille d’artistes – ses frères et sœur deviennent également artistes – Marie-Rosalie Bonheur est à la fois une artiste à la touche exceptionnelle – le visiteur a envie de caresser les animaux à la fourrure si réaliste – un symbole de l’émancipation féminine – elle vit en couple avec Nathalie Micas (1824-1889) et c’est la mère de celle-ci qui, lorsqu’elles achètent le château de By à Thomery (Seine-et-Marne), à la lisière de la forêt de Fontainebleau, s’occupe de l’intendance – et engagée pour la reconnaissance des animaux et de leur singularité.

Le parcours de l’exposition, chronologique, montre ses débuts et l’importance de la copie des œuvres classiques. Son intérêt pour les chevaux l’inscrit dans les disciples de Théodore Géricault (1791- 1824) tandis que ses vaches et bœufs paisibles font penser à l’école de Barbizon. Sa touche et son regard – dénué de sentimentalisme – restent toutefois uniques: plaçant les animaux et la flore au cœur de sa création artistique, elle donne à chacun une véritable identité et une présence qui nous interrogent sur notre rapport au vivant. Qu’il s’agisse du renard apeuré, des lapins, du chat sauvage ou des lions – Rosa Bonheur en hébergea pour pouvoir mieux les observer – leur regard vous suit longtemps….

Une exposition à découvrir absolument!

Anne-Laure FAUBERT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s