Azzedine Alaïa Peter Lindbergh en miroir

Mon obsession a toujours été de rendre les femmes belles. Quand vous créez avec cette idée rien ne peut se démoder. » Azzedine Alaïa

Azzedine Alaïa est l’un de mes couturiers préférés et son décès en 2017 m’avait profondément émue. Le Palais Galliera lui avait consacré une exposition en 2013 dont j’avais parlé ici. Alaïa forever… ; )

Exposition Azzedine Alaïa & Peter Lindbergh By LMI © Stéphane Aït Ouarab

Peu connu du grand public, Azzedine Alaïa (1935-2017) était un couturier d’origine tunisienne proche de Thierry Mugler qui le poussa à se lancer sous son propre nom. Adepte d’une écriture du costume proche de la sculpture avec ses lignes moulantes près du corps comme un corset, son obsession pour les dos et la chute des reins, il fut proche du grand photographe Peter Lindbergh. Comme Richard Avedon et Christian Lacroix ou Helmut Newton et Yves Saint Laurent, Alaïa et Lindbergh trouvèrent un territoire partagé où chacune de leur expression artistique se reflétait dans l’autre comme le montre très bien l’exposition Azzedine Alaïa Peter Lindbergh en miroir.

Exposition Azzedine Alaïa & Peter Lindbergh By LMI © Stéphane Aït Ouarab

C’est à la Fondation Alaïa à la magnifique architecture métallique que se trouve l’exposition Azzedine Alaïa Peter Lindbergh en miroir. Un lieu peu connu situé derrière le BHV devant lequel on passe sans s’arrêter: la fondation se trouve au fond d’un patio, derrière une sculpture de César. Pour un peu on s’excuserait d’être entrée…

À travers 50 photographies et 32 tenues, la Fondation Azzedine Alaïa présente le travail du couturier Azzedine Alaïa sous l’œil de son ami photographe Peter Lindbergh. Les tonalités sombres et noires que cultivent Peter Lindbergh et Azzedine Alaïa tant dans les tirages argentiques qu’avec les aplats vestimentaires les rapprochent. Une plage au Touquet, les rues du vieux Paris évoquent un intérêt commun pour le cinéma en noir et blanc. Les robes et habits sont sensuels, érotiques parfois, sans jamais sombrer dans la vulgarité. Alaïa a le chic de ne pas chosifier la femme mais de la magnifier par des vêtements structurés et élégants. Quant à Lindbergh, les photos exposées en miroir des vêtements d’Alaïa captent l’essence même des modèles.

Une exposition de petite taille certes mais magnifiquement mise en valeur dans cette architecture métallique du centre de Paris. Une exposition à voir pour les amoureux de mode et de photo…

Anne-Laure FAUBERT

Fondation Alaïa – jusqu’au 18 janvier 2022

Merci à l’agence 2° bureau de m’avoir fourni les visuels.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s