Man Ray et la mode: de l’avant garde à la culture de masse

Le hasard de calendrier – ou plutôt les conséquences du confinement – fait qu’il est possible de voir à Paris en ce moment trois expositions qui se répondent: Chanel au Palais Galliera, dont j’ai parlé ici, Harper’s Bazaarle magazine dédié « aux femmes bien mises et à l’esprit bien fait » au Musée des Arts décoratifs – et Man Ray et la Mode au musée du Luxembourg. Que vous visitiez l’une ou les trois expositions, vous y trouverez des références à Chanel, Paul Poiret, Elsa Schiaparelli ou le magazine Harper’s Bazaar.

Jeanne Lanvin « Apollo », robe du soir 1925
Traîne amovible pouvant former cape. Soie, toile lamée, tulle à réseau rectangulaire, perles de verre
Patrimoine Lanvin. © François Doury

Man Ray, de son vrai nom Emmanuel Radnitsky (1890-1976) fut un acteur de la vie artistique parisienne de l’entre-deux guerres et du surréalisme en particulier. Il arrive à Paris en 1921, sur les conseils de Marcel Duchamp et, pour des raisons financières, réalise des portraits mondains avant que Paul Poiret, Madeleine Vionnet, Coco Chanel et Elsa Schiaparelli fassent appel à lui.

Man Ray – Pavillon de l’élégance – Exposition internationale
des Arts décoratifs et industriels 1925
© Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris 2020

L‘exposition est ainsi l’occasion de découvrir une série de portraits d’Elsa Schiaparelli par Man Ray, mais également des photos de Marie-Laure de Noailles, Peggy Guggenheim dans une robe de Paul Poiret ou Daisy Fellowes, responsable du bureau parisien de Harper’s Bazaar dans les années 1930. Des magnifiques robes de Jeanne Lanvin, Worth ou Schiaparelli dialoguent avec des photographies aux compositions parfois étranges, avec des jeux d’ombres et de lumière et de recadrage – ainsi un modèle vivant est-il traité sous l’angle photographique comme un mannequin de cire: coupe à la taille, doigts positionnés de façon non naturelle…. La création d’images oniriques et novatrices rend ainsi Man Ray célèbre.

Paradoxalement, figure de l’avant-garde et du dadaïsme Man Ray est donc également impliqué dans la culture de masse via la mode et la publicité.

Anne-Laure FAUBERT

A découvrir jusqu’au 17 janvier 2021

Une réflexion sur “Man Ray et la mode: de l’avant garde à la culture de masse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s