Galleria d’Eva Jospin au musée de la chasse: une douce parenthèse…

Galleria , au musée de la chasse et de la nature, est une exposition dont j’avais envie de vous parler depuis deux mois déjà, tellement elle m’avait charmée alors que j’y allais perplexe… mais le travail a pris le dessus…

Galleria est une carte blanche laissée à Eva Jospin, 10 ans après l’acquisition de l’œuvre Forêt de l’artiste, première de ses œuvres à entrer dans une collection muséale. En carton brut, découpée et fantasque, l’œuvre exposée sous les combles semble d’abord impénétrable puis se révèle une porte ouverte à toutes les rêveries…ou les cauchemars… selon son rapport à la forêt et à ses peurs héritées de l’enfance.

Eva Jospin – Forêt © Musée de la Chasse et de la Nature – Béatrice Hatala – ADAGP, Paris, 2021

Ancienne élève aux Beaux-Arts de Paris et pensionnaire de la Villa Médicis (2016-2017), Eva Jospin a fait du carton sa signature, transformant ce matériau rêche en des objets délicats et d’une grande finesse architecturale.

Galleria, dont l’exposition tire son nom, est une création nouvelle qui m’a fait penser à un studiolo italien.

Eva Jospin © Musée de la Chasse et de la Nature – Béatrice Hatala – ADAGP, Paris, 2021 (1)

Le visiteur passe sous l’œuvre, contemple les niches, les détails et commence ainsi son voyage initiatique dans le musée de la chasse où les œuvres d’Eva Jospin, Faustine Cornette de Saint Cyr, Aurore d’Estaing et Guillaume Krattinger font également partie de l’aventure. Faustine Cornette de Saint-Cyr propose une œuvre intéressante autour de Voyage au bout de la nuit de Céline Voyage au bout de la nuit, 2017, pages de papier plié: un cadre d’origamis en forme de papillons épinglés, digne des cabinets de curiosité, interroge sur la lecture d’une œuvre.  

Eva Jospin nous emmène ensuite, au gré des salles du musée de la chasse et de la nature dans un ailleurs peuplé de pergolas, nymphées, lianes et plantes éphémères. Les thèmes de prédilection de l’artiste sont présents: jardins baroques italiens, grottes féériques et rocailles fantastiques du XVIII°s.

Une alliance réussie entre le monde onirique de cette artiste et l’atmosphère si particulière qui se dégage du musée de la chasse et de la nature.

Anne-Laure FAUBERT

Galleria – musée de la chasse et de la nature – Paris Jusqu’au 20 mars 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s