Envie d'ailleurs

Blog culturel parisien & cosmopolite depuis 2010

Le ruban c’est la mode : le cœur de soie de l’économie stéphanoise

Jusqu’au 2 janvier 2017 les amateurs de mode, et notamment de rubans, apprendront en se rendant à Saint Etienne que la rubanerie fait de cette ville un haut lieu de la mode depuis le XVIII° siècle. Si cette ville s’est bâtie sur le charbon et l’acier, ce n’est pas moins un « cœur de soie qui bat en son sein » pour reprendre l’expression de son maire.

robe blanche et noire_Envie d'ailleurs_ Ruban c'est la mode

Fort de cette aventure industrielle, le musée d’art et d’industrie possède la première collection au monde de rubans et souhaite par l’exposition temporaire Le ruban c’est la mode mettre en exergue les grandes dynasties de passementiers, artisans d’art comme les Colcombet, les Staron, les Neyret…

Utilisé depuis le XVI° siècle, le ruban se retrouve dans toutes les modes, de Marie-Antoinette à l’Impératrice Eugénie en passant par la création contemporaine. Dès la fin du XVIII° siècle, l’activité rubanière façonne progressivement la ville, ses quartiers et emploie jusqu’à 30 000 personnes au milieu du XIX° siècle. Les fabricants de ruban occupent alors une place de premier choix aux fonctions politiques et économiques dans une ville industrielle en plein essor.
Se promener au rez de chaussée et déambuler au milieu des métiers à tisser, voir les bobines de fil colorées et ouvrir les panneaux pour voir les rubans, est un vrai bonheur pour les yeux.

Bobines_Envie d'ailleurs_ Ruban c'est la mode

Le premier étage montre davantage les usages de cet accessoire soyeux qui règne sur le costume féminin et s’exprime dans les chapeaux, les rubans des souliers ou les costumes folkloriques de l’Arlésienne, l’Alsacienne ou de la Savoisienne.

Dessin_Femme_Art nouveau_ Envie d'ailleurs_ Ruban c'est la mode
Un ruban termine avec style un paquet et lorsqu’il est beau, il est souvent difficile à jeter. Le ruban magnifie les produits de luxe, parfumerie, alcools fins…
Le ruban reste au fil du temps tant un doux lien « à faire et à défaire » que la marque d’un hommage. Sa connotation érotique renvoie au vol symbolique des « rênes » d’une belle personne : ouvrir le ruban, c’est ouvrir la dame disait-on au XVIII° siècle.
On découvre également les variantes modernes de ce morceau de tissu, notamment dans la pharmacie, le sport ou les sous-vêtements masculins.

ruban moderne Envie d'ailleurs_ Ruban c'est la mode
L’exposition pêche selon moi sur un point : une scénographie vraiment classique. Quel dommage sur un tel sujet ! Même les magnifiques créations de la dernière salle ne sont pas mises en valeur dans cette salle bleue où les radiateurs apparents empêchent toute photo artistique.

Robe blanche lacets_Envie d'ailleurs Le ruban c'est la mode

La reconstitution d’un boudoir ou d’une chambre à coucher aurait donné un côté sensuel à cette exposition et aurait d’autant plus montré le contraste entre les conditions de travail des ouvriers et la finalité de ces bouts de soie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 août 2016 par dans EXPOSITIONS, Mode, et est taguée , , , , , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :