L’exposition Hergé au Grand Palais- une exposition pour Tintinophiles un peu trop lisse

Pas de commentaire

En me rendant au vernissage de l’exposition consacrée à Hergé au Grand Palais, je croisais un journaliste de ma connaissance le sourire aux lèvres… Intriguée, j’ai pensé qu’il s’agissait de « l’effet Tintin ». Car il est vrai que ce jeune homme au cœur pur accompagné du savoureux capitaine Haddock et du fidèle Milou ont de quoi raviver nos souvenirs d’enfance et nous rendre heureux.

herge_abords-grand-palais

Qu’en est-il de cette exposition?

Elle ravira je pense les amateurs de Tintin. Y sont exposées des planches des différents albums, avec et sans paroles.

couvertures_tintin

On y apprend également qu’Hergé (contraction de Georges Rémi sa véritable identité) dirigeait toute une équipe pour réaliser les albums de Tintin, semblable aux grands peintres de la Renaissance italienne et de leurs ateliers.

peinture-herge

On découvre également qu’Hergé peignait, mais que le succès de Tintin l’obligea à choisir le dessin, alors même qu’enfant il n’était pas doué pour cette matière. On y découvre un être intéressé par l’Autre, et notamment l’Asie, grâce à sa rencontre avec un jeune étudiant chinois, Tchang Tchong-Jen en 1934.

asie

C’est à cette époque qu’il décide de mieux connaitre les pays où se déroulent les différents albums dans un souci d’honnêteté et de plus grande vraisemblance.

Et pourtant, malgré les dessins truculents – notamment le passage où Milou doit sauver Tintin au Tibet mais est happé par le Milou rouge – quelque chose manque à cette exposition. Est-ce la quasi absence d’éléments autobiographiques? L’absence de profondeur sur les personnages? Sans rentrer dans les questions de psychanalyse très bien abordées par Serge Tisseron ici, il aurait été intéressant de replacer l’oeuvre d’Hergé dans son contexte familial et social. Comme tout artiste, il est confronté à son histoire personnelle et à son milieu. Ainsi Artemisia Gentileschi au XVI°s peignait-elle des femmes puissantes comme Judith et Holopherne, en partie pour sublimer le viol dont elle avait été victime. Il en va de même pour Hergé qui se reconstruisit une famille avec Tintin et y aborda ses secrets de famille par l’entremise des jumeaux Dupont et Dupond (son père avait un frère jumeau et leur père biologique différait de l’homme les ayant élevé), La Castafiore ou le Château de Moulinsart.

De même, concernant le contexte social et euro-centré de l’époque, il aurait été intéressant d’expliquer davantage le controversé Tintin au Congo ainsi que la position de la Belgique pendant la Seconde Guerre Mondiale et l’attitude d’Hergé sous l’occupation.

masques

Cette exposition reste donc en surface de l’être complexe qu’était Hergé et le lecteur averti restera sur sa faim.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s