L’abbaye de Royaumont côté jardin: le jardin des 9 carrés

L’abbaye de Royaumont est un lieu que j’affectionne particulièrement mais que je ne connaissais que l’hiver, pour Les entretiens de Royaumont.

Fondée en 1228 par le jeune Louis IX et sa mère Blanche de Castille, cette abbaye royale rattachée à l’ordre cistercien connut au XIII°s un grand rayonnement. Elle fut également une nécropole royale avec quatre tombes des enfants de Saint Louis et cinq de ses proches. Bien national, elle fut vendue en 1791 et transformée en usine textile et l’église démantelée servit à la construction d’un village ouvrier. Elle retrouva sa vocation première en 1869 en accueillant le noviciat des religieuses de la Sainte-Famille de Bordeaux, qui la firent restaurer dans le style néogothique. La loi de la séparation de l’église et de l’Etat de 1905 les contraignit au départ et l’abbaye fut achetée en 1906 par Jules Goüin, président de la société des construction des Batignolles, qui en fit une résidence de campagne.

C’est dans ce lieu emprunt d’histoire que j’ai pu découvrir les prémices de la nouvelle exposition botanique du Jardin des 9 carrés « Des arbres et des hommes » qui sera inaugurée le 26 juin. Créé en 2004 par Damée, Vallet & Associés, ce jardin d’inspiration médiévale est conçu pour accueillir des expositions pluriannuelles sur les plantes et leurs usages.

« Civilisation du bois » selon l’expression de Michel Pastoureau, le Moyen-Âge emploie quotidiennement le bois: fêtes de villages, culture de fruitiers dans les domaines royaux, monastères et vergers, chasses dans les bosquets… L’imaginaire populaire garde également en mémoire Saint Louis rendant justice sous son chêne à Vincennes. C’est donc une déambulation en 6 étapes qui nous est proposée, de l’arbre isolé et solitaire, point de repère, à la sylve ou forêt profonde, lieu de refuge des brigands. La table du savoir, plateau d’amarante d’un seul tenant de 17m venu de Guyane, présente les végétaux du jardin des 9 carrés, isolés et étiquetés en pots. Une lecture à plusieurs niveaux est possible selon son âge, son érudition et l’état d’avancement du jardin (il est en effet compliqué actuellement de se projeter dans la forêt profonde): le petit chaperon rouge, Robin des Bois, Tristan et Yseult s’enfuyant dans la forêt profonde, Yvain ou le chevalier au lion vous donnent rendez-vous par la pensée à l’abbaye de Royaumont.

Anne-Laure FAUBERT 

2 réflexions sur “L’abbaye de Royaumont côté jardin: le jardin des 9 carrés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s