Envie d'ailleurs

Blog culturel parisien & cosmopolite depuis 2010

Les étés de la danse 2011 , acte 1 – un programme riche en émotions

Au programme de la représentation d’hier: Ballet impérial (1941) de Balanchine, Afternoon of a Faun  (1953) de Jerome Robbins, Liturgy (2003) de Christopher Wheeldon et Nine Sinatra Songs (1982) de Twyla Tharp.

Un programme oscillant donc entre néo-classique, création contemporaine et danses de salon revisitées…

Ballet Impérial était du pur Balanchine: des corps gracieux en tenue de danse claire et brillante pour les danseurs et aux tutus fluides pour les danseuses, évoluent, entre scènes de groupe et pas de trois ou de deux. Un moment de réelle beauté graphique comme Balanchine sait si bien le créer. Un très beau ballet néoclassique.

Deux choses m’ont cependant chiffonnée:

– l’ouverture du morceau, le Concerto pour piano n°2 en sol majeur de Tchaïkovski, était un peu trop brutale à mon goût.

– la façon qu’avait le corps de ballet féminin de déplacer le haut de son corps m’a par contre réellement perturbée. Il y avait quelque chose qui clochait, entre une certaine imprécision des bras pour quelques danseuses et une raideur du tronc pour d’autres. J’étais d’autant plus gênée que le Miami City Ballet est balanchinien… J’ai cependant mis un mouchoir sur cette impression…

Mary Catoya et Renato Penteado

Afternoon of a Faun était LE ballet que j’attendais. Je n’avais jamais vu cette interprétation de Robbins…

La scène se passe dans une salle de danse, le public faisant office de miroir ( pour les non danseurs, le 4° mur est toujours un miroir afin de voir ses propres pas, ceux des autres ou du professeur). Deux jeunes danseurs se rencontrent, ébauchent une chorégraphie où l’on retrouve une évocation de scènes antiques, le faune enlevant la nymphe. Le tendre baiser qu’il lui dépose sur la joue semble la réveiller.

Sensualité de la danse, douceur de la musique de Debussy… quelque chose d’évanescent flotta dans la salle pendant quelques minutes…

Une très belle interprétation des danseurs de surcroît, Jennifer Kronenberg et  Carlos Guerra…

Jennifer Kronenberg & Carlos Guerra dans Afternoon of a faun

Liturgy était en fait très néo classique pour une création contemporaine. Plongé dans le noir, le spectateur voit progressivement apparaître sous une lumière diffuse une danseuse puis un danseur en justaucorps. Au fur et mesure que la lumière s’accentue, ils évoluent tous les deux. L’ensemble est graphique et réussi.

Nine Sinatra Songs clôturaient la soirée. Il y avait d’un côté la très belle voix de crooner de Sinatra et de l’autre une chorégraphie où 7 couples en robe du soir et smoking évoluent au fur et à mesure, symbolisant les  différentes étapes d’une relation amoureuse. Je n’ai pas toujours été convaincue par la chorégraphie, fortement inspirée des danses de salon… même si elle rappelait cependant à bon escient la place de celle-ci.  L’aspect intemporel des chansons donnait à réfléchir sur le couple…

Nine Sinatra Songs

Le spectacle était encore dans la rue en sortant: une jeune femme qui au vestiaire encore parlait du code des marchés s’est ensuite mise à chanter, un couple de retraités anglosaxons s’est mis à danser de façon improvisée…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :