Newsletter de Juillet: Danses et opéra

Avant que les Juillettistes ne partent pour d’autres cieux, petit panorama des ballets – comme le mois dernier, un tarif spécial pour le spectacle de danse à la Villette, ce mois-ci L’oubliée de Raphaëlle Boitel – à voir à Paris et une petite incursion en Rhône-Alpes avec la projection gratuite du Comte Ory de Rossini.

l'oubliée

L’Oubliée – Raphaëlle Boitel – Crédits Photos: Vincent Beaume

 

1- Notre Dame de Paris de Roland Petit (1965) – Opéra Bastille – du 30 juin au 16 juillet

Première chorégraphie de Roland Petit créée pour le Ballet de l’Opéra en 1965, Notre-Dame de Paris, tirée du roman de Victor Hugoest un ballet où grotesque et sublime se côtoient et où les rapports entre les personnages principaux, Quasimodo, Esmeralda, Frollo et Phoebus, en disent beaucoup sur l’hypocrisie et les travers humains. Pour les amateurs de mode, les costumes, très colorés, furent conçus par Yves Saint Laurent. La musique est de Maurice Jarre. A l’heure où les reprises s’enchaînent à l’Opéra de Paris, un ballet non joué depuis 10 ans fait toujours des heureux!

J’y serai ce soir, à la Première, afin de voir Nicolas Le Riche danser sur le rôle de Quasimodo. : )) Chronique à venir cette semaine.

 

2Robbins / Ratmansky – Palais Garnier jusqu’au 7 juillet

J’avais déjà vu à Garnier Dances at a gathering de Jerome Robbins en 2012 (cf mon billet ici). Créée en 1969  pour le New York City Ballet, cette oeuvre met en scène dix danseurs; les couples se croisent, changent, et évoluent au gré des valses et des mazurkas de Frédéric Chopin et sous un ciel bleu très balanchinien.

Quant à Psyché de Ratmansky, je l’avais également vu (cf ce billet) en 2011. Une ode à l’amour qui plait ou peut ennuyer selon la qualité des interprètes.

 

3. La dixième édition des Etés de la danse avec le San Francisco Ballet du 10 au 26 juillet au théâtre du Châtelet

Cette troupe avait inauguré la première édition des Etés de la danse. Elle fête donc les 10 ans de cette manifestation avec un programme (en lien) très balanchinien et moderne. En 18 ballets, dont 8 premières en France, Helgi Tomasson et le San Francisco Ballet proposent un « panorama américain de la danse néo-classique ».

 

4. LA Soirée d’adieux de Nicolas Le Riche – le 9 juillet – Palais Garnier

Une soirée jouée à guichets fermés pour des happy few. Pour les balletomanes malchanceux, cette soirée sera retranscrite gratuitement en direct sur internet (Arte Concert et le site de l’Opéra de Paris) et au cinéma (UGC) dans les salles Normandie, Danton et Bercy. Pour obtenir le précieux sésame (pas plus de 2 par personne), il sera cependant nécessaire de se rendre au Palais Garnier le 7 juillet à partir de 11h30.

 

5. Raphaëlle Boitel, L’oublié(e) à la Villette du  1er au 12 juillet

Raphaëlle Boitel, jeune circassienne-interprète chez Aurélien Bory et James Thierrée, signe l’écriture et la mise en scène de son premier spectacle : L’Oublié(e).

Parcours initiatique où se croise le destin de 3 femmes ayant rejoint un monde parallèle.

Un ballet où acrobatie, magie et poésie se rejoignent et qui devrait me plaire.

Offre privilégiée pour découvrir Raphaëlle Boitel à la Villette: 16 € au lieu de 20 € sur l’une des représentations de L’oublié(e)

Réservation indispensable au 01 40 03 75 75. Code à donner lors de la réservation : 336171

Offre limitée à 2 billets par personne et par spectacle, sur présentation de cette newsletter imprimée et dans la limite des places disponibles

 

6- Le comte Ory à l’Opéra de Lyon – samedi 5 juillet à 21h30 à Lyon et dans 12 villes de Rhône-Alpes

L’Opéra de Lyon sort de ses murs et vous invite à passer une soirée lyrique en plein air, sous les étoiles. Après La Traviata (2009), Porgy and Bess (2010), Cosi fan tutte (2011), Carmen (2012) et La Flûte enchantée (2013), découvrez Le Comte Ory diffusé gratuitement Samedi 5 Juillet dès 21h30.

Plus d’infos ici: 

 

7 – La pêche aux expos: un événement ludique proposé les dimanches de juillet dans les fontaines de Paris: 

Dans les communiqués de presse que je reçois, cet événement a attiré mon regard.

Les dimanches 6, 13 et 20 juillet 2014, un événement étonnant vous attendra dans la capitale : les plus belles fontaines de Paris seront envahies avec des centaines de canards aux couleurs pops et joyeuses pour une pêche à la ligne géante, ouverte à tous. Une occasion sympathique de fêter l’arrivée de l’été et de gagner des milliers de cadeaux surprises. Chaque canard est gagnant. Reste à savoir si vous arriverez à en pêcher un en moins de 3 minutes ?

A gagner : 600 places d’expositions, des centaines de produits Sephora ou Roger et Gallet, des soirées au Lido, des balades en BatoBus, des nuits dans des hôtels parisiens super chics, des pop corns de chez Jack’s (le nouveau bar à pop corn parisien), et de nombreuses autres surprises !

Plus d’infos ici

 

 

Panorama culturel de mai…à Paris, en France et en Europe

Que faire en ce joli mois de mai, notamment les deux ponts restants?

Deux événements culturels majeurs se tiennent en mai: Tous à l’Opéra les 10 et 11 mai, soit le week-end prochain, et la Nuit européenne des Musées, le samedi 17 mai.

« Tous à l’Opéra »: 

Pour la 8° années consécutive, les opéras des principales villes de France ouvrent leur porte, gratuitement, au public. J’ai déjà mentionné sur ma page Facebook le programme de l’Opéra de Lyon.

Voici les villes concernées,comme mentionné sur le site. Il vous suffit de cliquer sur les liens pour avoir le programme.

Angers → Angers Nantes Opéra
Avignon → Opéra Grand Avignon
Bordeaux → Opéra national de Bordeaux
Clermont-Ferrand → Centre Lyrique Clermont-Auvergne
Compiègne → Théâtre Impérial de Compiègne

Dijon → Opéra de Dijon
Lille → Opéra de Lille
Limoges → Opéra-Théâtre de Limoges
Lyon → Opéra national de Lyon
Massy → Opéra de Massy
Marseille → Opéra de Marseille
Metz → Opéra-Théâtre de Metz Métropole
Montpellier → Opéra Orchestre national Montpellier L.R.
Nancy → Opéra national de Lorraine
Nice → Opéra Nice Côte d’Azur
Orange → Chorégies d’Orange
Paris → Opéra national de Paris
Paris → Opéra Comique
Paris → Athénée Théâtre Louis-Jouvet
Paris → Théâtre des Champs-Élysées 
Reims → Opéra de Reims
Rennes → Opéra de Rennes 
Rouen → Opéra de Rouen Haute-Normandie
Toulon → Opéra de Toulon
Toulouse → Théâtre du Capitole
Tours → Opéra de Tours

Pour la Nuit des musées, je reviendrai d’ici là avec une sélection toute personnelle…

 
Côté danse, l’opéra dansé Orphée et Eurydice de Gluck chorégraphié par Pina Bausch revient à Garnier du 3 au 21 mai. Ce mythe grec célèbre, où le poète et musicien Orphée voit sa femme Eurydice piquée par un serpent et descend aux Enfers pour la ramener à la vie, est un grand classique. Pina Bausch conserve cette atmosphère mortifère qui ne laisse pas indemme et double chaque danseur d’un chanteur. Je l’avais vu en février 2012 (cf ce billet) et ne sais pas encore si j’y retournerai

Le futur Directeur de la danse de l’Opéra de Paris, Benjamin Millepied, également chorégraphe, sera à Bastille du 10 Mai au 8 juin pour une soirée mixte Balanchine (Le palais de cristal – 1947) / Millepied (Daphnis et Chloé – création). Je ne suis pas fan de ce chorégraphe mais y ferai un tour.

Les rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis se déroulent du 6 mai au 14 juin. 26 compagnies de danse sont invitées, provenant de France et de 15 autres pays. Plus d’infos ici

Les étés de la danse font appel jusqu’au 31 mai aux dons afin que vive cette prochaine édition. Plus d’informations ici.

 

Côté musique

L’Opéra comique propose les 14, 16, 18, 20 et 22 mai Ali Baba de Charles Lecocq, une adaptation du conte qui « nous entraîne dans l’univers des grands magasins et de la société de consommation. »

Brassens aime le Jazz : je vous en avais parlé dans ce billet. Le quatuor se produit le 9 mai et je ne peux que vous inciter à y aller sans y avoir aucun intérêt financier.

Côté voyages:

Les longs week-ends peuvent être l’occasion de faire un tour à Hamburg où se tiennent notamment deux expositions, la première sur Chanel et la deuxième à la Kunsthalle « Feuerbachs Musen – Lagerfelds Models » jusqu’au 15 juin. J’y reviendrai, l’ayant vu en avril. Une exposition sur la beauté masculine contrairement à ce que laisse penser l’affiche (copyright: Kunsthalle de Hamburg)

feuerbach_keyJe vous souhaite un très beau mois de mai! : )

 

Etés de la danse: soirée mixte du 10 juillet

Cette soirée, contrairement au Programme de l’Hommage à Noureev (billet à venir), était uniquement constituée de danse contemporaine de 1995 et 2013.

Quatre ballets donnés pour la Première fois à Paris:

– A million kisses to my skin (2000) de David Dawson sur une musique de Bach

– Eventide (2008) d’Henry Pickett sur des musiques contemporaines

Windspiele (2013) de Patrick de Bana sur une musique de Tchaïkovski

– Vers un pays sage (1995) de Jean-Christophe Maillot sur une musique de J. Adams.

Une soirée intéressante sans être inoubliable, et ce d’autant que Denys Cherevychko a peu dansé : (

A million kisses to my skin est très Balanchinien: danse graphique, justaucorps bleus des danseurs. Quelques problèmes de synchronisation des gestes au début. Un beau ballet dont on sort cependant avec cette question dans la tête « so what? »: qu’en retient-on?

Eventide est le ballet  que j’ai préféré: couleurs chaudes de la scène, danse sensuelle des interprètes… et cette idée que tout est possible…

Windspiele m’est un peu passé au-dessus de la tête, même si j’ai beaucoup aimé les costumes d’Agnès Letestu qui donnait un supplément d’âme aux gestes, et notamment les tutus des danseuses.

Quant à Vers un paysage, l’utilisation des fonds de couleur différente m’a rappelé Signes de Carlson. Normal diront certains, Signes est réalisé 2 ans après. Ce type de chorégraphie devait être dans l’air du temps à l’époque…

Et vous qu’en avez-vous pensé? Enthousiastes? Déçus?

Les étés de la Danse, acte 2: une soirée un peu décevante

Mieux vaut tard que jamais: pour clore les étés de la danse, voici la 2° soirée que j’avais vue en juillet et qui sommeillait dans mes brouillons.

Au programme de la représentation du 20 juillet:  Theme and Variations de Balanchine, Promethean Fire de Taylor et Nine Sinatra Songs de Twyla Tharp, vu la veille.

Un programme oscillant à nouveau comme la veille entre néo-classique, création contemporaine et danses de salon revisitées…

J’ai moins apprécié cette soirée.

Theme and Variations de Balanchine était très « pièce montée »: tenues des danseurs très colorées, décors à la Walt Disney. On sentait en outre la fin de la tournée: les lacets d’un chausson d’une danseuse se sont défaits… Un hommage assez lourd  mais très bien dansé à la danse classique et notamment à la Belle au bois dormant.

Promethean Fire de Paul Taylor, créé en 2002, m’avait été décrit comme un ballet fantastique et un poignant hommage aux victimes du 11 septembre.

Il était donné pour la première fois en France. Anna Kisselgoff du New York Times, que j’allais rencontrer par la suite à New York avait écrit à son sujet:  » Cette pièce a une dimension de grandeur spirituelle. Les danseurs forment une cathédrale humaine que Paul Taylor sait construire à la perfection, en développant toute une palette d’émotions différentes ».

Était-ce toutes ces louanges? J’ai trouvé ce ballet beau mais n’ai pas adhéré, mon esprit s’évadant  par moment.

En voici un extrait pour vous faire un avis.

Quant à Nine Sinatra Songs c‘était la 3° fois que je le voyais. Comme pour Theme and Variations, certains habits semblaient fatigués: la chemise d’un des danseurs s’est déchirée, donnant un côté canaille à cette danse. J’ai laissé mon esprit critique au placard et me suis laissée porter par la musique et les danses.

Micha sur Youtube….

A  l’heure où:

– je peste parce que je n’ai pas eu de place pour la première de Phèdre de Lifar qui commence mercredi (et Psyché de Ratmansky);

– j’ai découvert lors de la mise en ligne de la distribution du dit ballet ( oui je parle ainsi ; )) ) que je ne verrai ni Nicolas Le Riche ni Marie-Agnes Gillot, ni Aurélie Dupont ni Karl Paquette car le jour où j’y vais ils n’y sont pas – je n’ai pas dit mon dernier mot, je vais bien trouver une place un jour où ils dansent!!

J’ai 2 choix:

– ou continuer de râler

– ou regarder un peu de danse sur internet…

Voici donc les résultats de mon second choix.

Just enjoy Mikhail Baryshnikov…

Pour ses sauts dans Coppélia et Giselle

Pour son côté goujat assumé dans Sinatra songs de Twyla Tharp, pièce donnée cet été aux étés de la danse