Le Petit Palais à l’heure danoise

Après le musée Jacquemart-André en 2019 avec l’exposition Hammershoi (voir mon article ici) c’est au tour du Petit Palais de se mettre à l’heure danoise avec L’âge d’or de la peinture danoise ( 1801-1864). Plus de 200 œuvres d’artistes connus de cette période comme Christoffer Eckersberg, Christen Kobke ou Constantin Hansen vous donnent rendez-vous avec une peinture délicate et précise, fidèle à l’école du Nord.

Christoffer Wilhelm Eckersberg
Scène de rue sous la pluie et le vent, 1846
Copenhague, Statens Museum for Kunst
©  SMK Photo/Jakob Skou-Hansen

Pourquoi ces dates 1801 et 1864? Il s’agit de deux désastres militaires qui ont vu entre elles éclore un épanouissement culturel et artistique sans précédent. Tout comme la « Belle époque », l’expression d' »âge d’or danois » a été forgée a-posteriori, autour de 1900 pour désigner une période d’entente exceptionnelle entre artistes, écrivains et scientifiques.

Christen Købke, Château de Frederiksborg vu de Jaegerbakken. Le soir, 1835.
Huile sur toile, 71,8 x 103,4 cm, Copenhague, Hirschsprung Museum

Dans une scénographie sobre qui s’inscrit dans les couleurs utilisées dans les tableaux, l’exposition L’âge d’or de la peinture danoise nous fait découvrir l’importance de l’Académie royale des Beaux-Arts du Danemark fondée en 1754 et uniquement ouverte aux garçons jusqu’en 1888, dont s’émancipe progressivement le peintre au cours du XIX°s. L’atelier de l’artiste supplante alors l’Académie comme espace privilégié de réflexion et de rencontre. Le visiteur découvre également comment l’essor de la bourgeoisie participa à l’épanouissement artistique danois avec la réalisation d’œuvres de petites dimensions avec une prédilection pour les intérieurs de maison, les portraits individuels et les portraits de famille. En 1849 le droit à la vie privée avait été inscrit dans la Constitution danoise, reflétant l’importance grandissante du foyer dans la société danoise. Le visiteur découvre donc des tableaux sereins, montrant ainsi la stabilité de la famille, et de nombreux tableaux d’enfants, considérés, dans la lignée des écrits de Jean-Jacques Rousseau, comme des êtres à part entière qu’il faut aimer afin qu’ils deviennent de bons citoyens.

Constantin HansenPetite fille, Elise Købke, avec une tasse, 1850.
Huile sur toile. 39×35,5 cm, Copenhague, Statens Museum for Kunst
© SMK Photo/Jakob Skou-Hansen

L’exposition L’âge d’or de la peinture danoise est également l’occasion de découvrir l’Italie (le fameux voyage à Rome) vue par les peintres danois et de splendides paysages scandinaves, dont les cadrages de certains s’avèrent modernes avec l’utilisation de contre-plongée.

Constantin HansenUn Groupe d’artistes danois à Rome, 1837
Huile sur toile, 62 ´ 74 cm, Copenhague, Statens Museum for Kunst
© SMK Photo/Jakob Skou-Hansen

Le Hygge , ce sentiment de bien-être scandinave, version XIX°s, se trouve en ce moment au Petit Palais…

Anne-Laure FAUBERT

L’âge d’or de la peinture danoise ( 1801-1864) au Petit Palais – Musée des Beaux-Arts de Paris – Jusqu’au 3 janvier 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s