Envie d'ailleurs

Blog culturel parisien & cosmopolite depuis 2010

Les Borgia et leur temps : un foisonnement culturel

Qu’on ne s’attende pas, en pénétrant dans le musée Maillol, à découvrir toutes les frasques de cette famille à la réputation sulfureuse. La « Borgia mania » est traitée à la fin de l’exposition à travers des planches de bande-dessinée, les costumes ayant servi à la série les Borgia ainsi que des affiches de films.

L’exposition est consacrée à l’époque de cette famille d’origine espagnole : éclosion au Quattrocento de la Renaissance qui met l’accent sur l’homme, naissance de l’imprimerie, découverte de l’Amérique, influence d’Erasme et Luther et du mouvement de la Réforme en réaction aux lettres d’indulgence, agitations du moine Savonarole…

les-borgia-et-leur-temps_xl

Rodrigo Borja arrive en Italie à 24 ans et, grâce à son oncle le pape Calixte III, acquiert rapidement des charges importantes au sein de la Curie romaine. Il se fait élire pape en 1492 et prend le nom d’Alexandre VI en référence notamment à Alexandre le Grand. Il est le premier pape à reconnaître ses enfants, dont César et Lucrèce sont les plus connus. Le premier serait coupable d’avoir fait assassiner son frère Jean et la seconde, selon les époques, est décrite soit comme victime d’inceste de la part de son père et de ses frères, soit comme une femme aux multiples amants. Le reliquaire avec ses cheveux blonds clôt l’exposition.

Les Borgia sont de grands mécènes et si les projets de mariage de Lucrèce sont plusieurs fois annulés, son mariage en 1501 avec Alphonse d’Este, duc de Ferrare, garantit à la fois les frontières de son frère et à la jeune femme un environnement culturel de premier plan. Sont présentées notamment  une toile de Raphaël représentant la jeune Giulia Farnèse, maîtresse d’Alexandre VI, des dessins de Leonard de Vinci, le tableau de Luther et sa femme peints par Cranach l’Ancien.

Le visiteur voyage dans l’Italie de l’époque et peut observer les deux visions du monde qui se dessinent alors : celle très réaliste de l’Europe du Nord (magnifique portrait d’Erasme où la reliure des livres parait réelle) et celle, sublimée, de l’Italie où le Beau idéal est peint et mis en valeur (magnifique corps du Christ sculpté en bois).

Une exposition de qualité où art et histoire se rejoignent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :