Parfums de Chine : La culture de l’encens au temps des Empereurs au Musée Cernuschi

Pas de commentaire

Avec le soutien de Christian Dior Parfum, le Musée Cernuschi propose l’exposition “Parfums de Chine : La Culture de l’encens au temps des Empereurs” jusqu’au 26 août 2018. Cette exposition aborde de manière inédite la civilisation chinoise à travers l’art de l’encens et du parfum en Chine depuis le IIIe siècle avant notre ère jusqu’au XIXe siècle. Près de 110 objets d’art et d’archéologie rassemblés pour la première fois vous donnent rendez-vous pour un voyage à travers la civilisation chinoise.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Céramiques, dessins, bronzes ou toiles issus des collections du musée de Shanghai et présentés en Europe pour la première fois sont accompagnés par une vingtaine de pièces issues des collections du musée Cernuschi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A chaque période le visiteur retrouve les objets correspondants ainsi que les odeurs d’encens de l’époque. “Substance résineuse aromatique, qui brûle en répandant une odeur pénétrante” l’encens est un bien précieux dans la culture chinoise souvent légué lors des héritages. Ces expériences olfactives rythment les étapes du cheminement chronologique. Le parfum “odeur agréable et pénétrante” reste l’un des symboles les plus importants de la culture chinoise. S’il est à l’origine utilisé lors des rituels religieux, son usage évolue et s’enrichit au fil du temps et de l’art de vivre des lettrés. La culture de l’encens se mêle ensuite aux différents arts, œuvres artistiques et littéraires. Des brûle-parfums aux tables à encens, l’histoire du parfum en Chine permet d’aborder les plus brillantes créations artistiques.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plus d’une centaine d’objets d’art venant de fouilles archéologiques sont mis en avant et nous font voyager à travers la civilisation chinoise et découvrir le savoir-faire de ses artisans: bronziers, laqueurs, sculpteurs sur bambou… Un ensemble de peintures signées de grands noms, comme Chen Hongshou ou Qiu Ying, mettent en scène belles dames, ermites et lettrés dans leur rapport à l’encens, qu’il soit associé à la toilette, à la méditation ou au rituel.

 

Statuette bouddhique
Stèle bouddhique, Bouddha Sakyamuni, pierre dorée, Dynastie des Liang du Sud (VIe s. apr. J.-C.), musée de Shanghai © Musée de Shanghai

 

Tout au long de la visite, des bornes olfactives sont mises à disposition pour que vous puissiez sentir les différents encens de l’époque. La dernière borne émet une odeur revisitée par le nez de la maison Dior Parfums, François Demachy, qui vous permettra de faire une comparaison avec les différents encens et la version contemporaine.

La dernière salle vous plonge dans la Chine des lettrés, grâce à son mobilier et ses œuvres.

Tiphaine LATROUITE et Anne-Laure FAUBERT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s