Envie d'ailleurs

Blog culturel parisien & cosmopolite depuis 2010

Cranach et son temps: une déception

Autant le dire d’emblée, l’exposition du Luxembourg Cranach et son temps m’a déçue.

Etait-ce parce que j’avais déjà vu deux très belles expositions sur ce peintre, l’une à Londres en mai 2008 à la Royal Academy of Arts

http://www.royalacademy.org.uk/exhibitions/cranach/ 

l’autre à Rome en février de cette année à la Galerie Borghèse?

http://www.galleriaborghese.it/nuove/mostre.htm

Et / ou parce qu’il s’agit d’un de mes peintres préférés?

Le choix de faire rentrer le lecteur dans une salle recoupée en petites salles pour l’occasion, autour d’une mise en scène marron foncé imitation bois, m’a d’abord surprise. 

Cette expo reprend en partie les thèmes et tableaux de celle de Londres:

–  l’importance des commandes et du statut de peintre de Cour qu’a été Cranach, conduisant à une réelle industrialisation de sa peinture à partir de « stéréotypes » qui rendent difficile la distinction entre le travail du peintre et de l’atelier – phénomène que l’on retrouve au demeurant chez les Bruegel et les grands peintres italiens mais dans une moindre ampleur;

– son lien avec Luther et le protestantisme.

Celle de Rome, Cranach l’Altro Rinascimento, présentait une façon de peindre différente de celle de la Renaissance italienne, moins inspirée des canons de beauté antiques et utilisant peu la perspective.  Des peintures italiennes jouxtaient celles de Cranach: représentations d’hommes de pouvoir, de Vénus, de femmes de haut rang… Les tableaux étaient suffisamment bien choisis pour que les différences soient visibles.

Ces 3 expositions ont un point commun: les nus, partie centrale de la peinture du maître, et la peinture de femmes à la beauté inquiétante, aux courbes sinueuses et à l’air manipulateur, dans la tradition du Moyen-Âge, pour ne pas dire d’Adam et Eve.

L’exposition du Luxembourg se révèle également pédagogique et, en rappelant les étapes de la vie du peintre montre leur influence sur sa façon de peindre: influence flamande, questionnements face à al Renaissance italienne, et sur les sujets de ses tableaux. 

Il manquait selon moi quelques tableaux pour en faire une très belle expo.

Un commentaire sur “Cranach et son temps: une déception

  1. Andrei
    30 mars 2011

    Je suis d’accord : une exposition décevante. De petites salles, trop de dessins pas toujours très intéressants…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 28 mars 2011 par dans EXPOSITIONS, Peinture, et est taguée , , , .
%d blogueurs aiment cette page :