Envie d'ailleurs

Blog culturel parisien & cosmopolite depuis 2010

La toilette, naissance de l’intime ou un fabuleux voyage dans l’histoire des mentalités

Une exposition très intéressante se tient en ce moment au Musée Marmottan Monet et ce jusqu’au 5 juillet: La toilette, naissance de l’intime.

La tenture de la Vie Seigneuriale : Le Bain

Le Bain, tenture de la vie seigneuriale, vers 1500 – Pays-Bas du Sud – © RMN Grand Palais (musée de Cluny – musée national du Moyen-Âge) / Franck Raux

J’ai eu l’occasion de la voir en février en présence de la commissaire de l’exposition Nadeije Laneyrie-Dagen, qui nous a fait voyager dans le temps de la Renaissance à nos jours.

Gabrielle d'Estrees (1573-99) and her sister, the Duchess of Villars (oil on canvas)

Portrait présumé de Gabrielle d’Estrées et la Duchesse de Villars au bain – Anonyme (École de Fontainebleau) – fin du XVIème siècle – © Musée de la Société Archéologique, Montpellier, France / Giraudon / Bridgeman Images

La toilette naissance de l’intime, est constituée à 99% de représentations de nus féminins et de femmes à leur toilette. Seul un tableau d’homme est présent, et celui-ci est représenté habillé en train de se coiffer. Des tableaux peints par des hommes pour des hommes… Cela pourrait être grivois – et deux tableaux le sont – c’est avant tout un fabuleux voyage dans l’histoire des mentalités.

François Boucher: L’enfant gâté – © akg-images; La Jupe relevée – © Christian Baraja; L’Œil indiscret ou La Femme qui pisse – 1742 ou 1762 © Christian Baraja 

On passe ainsi, au XVI°s de la représentation de femmes nues en buste se baignant en présence de domestiques masculins, à un changement de mentalité au XVII°s. Autant au XVI°s la notion de plaisir était importante – pour avoir de beaux enfants, il fallait du plaisir – et se retrouvait dans la musique galante et les mets délicats; autant au XVII°s une méfiance entoure l’eau accusée de véhiculer de nombreuses maladies. La toilette sèche est donc représentée ainsi que des femmes habillées… Il faut attendre la fin du XVII°s pour de nouveau revoir apparaître l’eau même si le rapport à la toilette reste ambigu, symbole de la vanité de notre vie.

13_berthe_morisot_devant_la_psyche

Devant la psyché – Berthe Morisot – 1890 © Fondation Pierre Gianadda, Martigny

Avec l’apparition du miroir en pied au XIX°s, les tableaux se font aussi plus grands, et l’on assiste chez Degas, puis Bonnard au XX°s à des scènes intimistes dans ces espaces désormais dédiés à la toilette. Ce siècle qui voit les tragédies des guerres mondiales apporte également un autre regard sur ce moment de paix, voire de futilité. Chez Fernand Léger, gazé à Verdun, le rouge à lèvres et le parfum deviennent des symboles de paix.

26379_p17_HIRES.tif

Les femmes à la toilette – Fernand Léger – 1920 – © Suisse, Collection Nahmad / Raphaël BARITHEL

L’exposition se termine par le regard féminin sur la toilette féminine. L’érotisme latent et le fantasme disparaissent alors pour faire place à des réalités inconnues des hommes: l’épilation et la pose du mascara et leurs détails parfois cocasses.

28_bettina_rheims_karen_mulder

Karen Mulder portant un très petit soutien-gorge Chanel, janvier 1996, Paris- Bettina Rheims © Bettina Rheims

Un commentaire sur “La toilette, naissance de l’intime ou un fabuleux voyage dans l’histoire des mentalités

  1. Noémie
    27 mars 2015

    Billet très intéressant et instructif ! Merci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 24 mars 2015 par dans BALLETS.
%d blogueurs aiment cette page :