Envie d'ailleurs

Blog culturel parisien & cosmopolite depuis 2010

La fondation Mona Bismarck, un pont entre les Etats-Unis et la France

Je ne sais pas si vous connaissez la Mona Bismarck Foundation

Lovée le long de la Seine dans le XVI° arrondissement, avenue de New York, en face de la Tour Eiffel et à côté du conservatoire Rachmaninoff , elle propose des expositions culturelles assez variées, gratuites, au rythme de 3 à 4 par an.

Je l’avais découverte pendant mes études, au début des années 2000, grâce à une exposition sur les Arts d’Amérique latine, et j’y retourne de temps en temps. L’an passé j’y avais vu une intéressante expo sur les boutons. Car cet objet, banal aujourd’hui, véhiculait au XVIII°s des messages sociaux, historiques voire amoureux.

Ce week-end, j’y étais pour une exposition sur Courbet. Je serai bien repartie avec un petit tableau romantique, Le passage du Gué, ou la sculpture, assez encombrante il est vrai, La Dame à la mouette.

Créée dans les années 1980 par la comtesse Mona Bismarck,elle « soutient les activités artistiques, littéraires, scientifiques et pédagogiques qui renforcent les liens entre la France et les Etats-Unis ». Un bel exemple de diplomatie culturelle…

3 commentaires sur “La fondation Mona Bismarck, un pont entre les Etats-Unis et la France

  1. maisquelbeautemps
    6 juin 2011

    oh! quelle jolie découverte… et quelle inculte je fais 😉
    je ne connaissais pas mais tu me donnes envie d’y aller… et le petit jardin ressemble à celui de mes rêves…. haaaaa….

    • Anne-Laure Graf
      6 juin 2011

      J’aime beaucoup ce type de jardin. Il y en a un dans le même genre au musée de la chasse (voir mon billet à ce sujet en décembre) dans le Marais!

  2. Christine
    6 juin 2011

    J’ai bien aimé aussi le tableau de l’affiche, aux couleurs d’automne plus resplendissantes que sur l’affiche, bien sûr, et celui représentant le chasseur et la biche. Une sélection moins connue issue de l’Institut Courbet, qui donne envie de visiter Ornans, dans le Doubs.
    Gustave Courbet était un vrai artiste, au sens d’Honoré de Balzac:
    « La mission de l’art n’est pas de copier la nature, mais de l’exprimer » Le Chef d’oeuvre inconnu
    Et on regrette son exil forcé pour raisons politiques suite à la Commune de 1871.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 5 juin 2011 par dans BALLETS, et est taguée , , , .
%d blogueurs aiment cette page :