Présentation de la saison 2014-2015 de la Cité de l’architecture et du patrimoine

C’est à l’occasion de quelques petits-déjeuners que le Président de la Cité de l’architecture et du patrimoine, Guy Amsellem, a annoncé la saison 2014-2015 de son institution.

Une saison qui sera notamment marquée par la rétrospective consacrée à Viollet-le-Duc du 20 novembre 2014 au 9 mars 2015.

Visuel

Copyright: Cité de l’architecture et du Patrimoine

Faites le test autour de vous, tout le monde connait de nom même si certains l’assimilent au Corbusier… se trompant ainsi de siècle… On ne peut qu’espérer que cette exposition atteigne les niveaux de fréquentation de l’exposition Arts décoratifs qui s’est terminée en mars 2014.

http://dai.ly/x18b8wq

Le Président est d’abord revenu sur les bons chiffres de la saison 2013-2014 « boostée » notamment par cette exposition Arts décoratifs. Une progression de 36% en cumulé pour atteindre plus de 540 000 visites dont près de 500 000  pour le musée et les expositions temporaires.

Le musée sera également revu afin de mieux expliquer comment l’architecture s’est construite. Une vision plus didactique et pédagogique qui montre l’empreinte de celui qui dirigea l’école d’architecture Paris La Villette. A ce sujet, des partenariats avec les écoles d’architecture ont été créés l’an dernier. Ils visent à fidéliser ces étudiants dès leur première année par des dispositifs spécifiques, comme le pass gratuit la première année.

Venons-en maintenant aux expositions de la Cité:

Pour la fin de l’année 2014 les expositions suivantes ont ou vont commencer:

AJAP (Albums des Jeunes architectes et des paysagistes) dont j’ai beaucoup aimé la scénographie style « cabinets de curiosité » dans la mouvance de l’exposition sur Réenchanter le monde (cf billet ici)

Revoir Paris (du 20 novembre au 9 mars 2015) ou l’utopie de la ville traitée par la BD et le livre de Jules Verne à nos jours

Viollet-le-Duc les visions d’un architecte (du 20 novembre au 9 mars 2015) : à l’occasion du bicentenaire de sa naissance il est intéressant de rappeler que l’une des composantes de la Cité du Patrimoine, le Musée des monuments français, a été créé selon vision de Viollet-le-Duc. L’exposition ne reviendra pas sur ses théories décriées de la restauration mais l’abordera via son univers scientifique. Ainsi pour l’anecdote, il avait imaginé restaurer le Mont Blanc et fumait le haschisch et en faisait des confitures.

Ars Architectonica (du 20 novembre au 9 mars 2015) laisse carte blanche à l’artiste Caroline Challan Belval qui propose une interprétation contemporaine de l’architecture à partir de l’extraordinaire répertoire de formes que constituent les collections de la Cité. Elle avait demandé à être enfermée dans les collections du musée de nuit.

Un bâtiment combien de vies ? (du 17 décembre 2014 au 28 septembre 2015) s’intéressera à la problématique de la reconstruction à travers 72 bâtiments, du patrimoine industriel à une église transformée en hôtel.

L’année 2015 sera marquée par des expositions à la fois pointues et grand public.

Lucien Kroll, architecte belge né en 1929 oublié par la génération suivante d’architectes avant d’être redécouvert. Il se caractérise par l’écoute de la parole des usagers et la construction de lieu psychiatrique en milieu ouvert

Chandigarh – ville indienne qui concentre aujourd’hui la plus importante concentration d’œuvres de Le Corbusier sur la planète,

Les années AUA – Ateliers d’urbanisme et d’architecture. On a notamment parlé du quartier de Villeneuve à Grenoble lors des dernières élections.

Vitrail contemporain : Chagall, Soulages, Bob Morris…Des originaux seront présentés.

L’architecte dans tous ses états, de la figure perçue  à la réalité

Le patrimoine s’en va-t’en guerre :  ou la façon dont la  propagande anti germanique a été utilisée dans les atteintes au patrimoine

La Programmation Cinéma a également été dévoilée puisque la Cité est un lieu emblématique du septième art avec la présence dans le passé des salles de la cinémathèque.

La saison a commencé avec Mon oncle de Jacques Tati. Plus d’informations ici avec le thème de la saison dédié à « la maison ». Il y aura également un cycle sur la ville indienne à l’écran.

LaProgrammation Photographie essaie comme à Arles d’aborder autrement l’image. Je me suis personnellement inscrite à la Nuit noire le 24 novembre. Plus d’informations ici.

Je suis sortie de la Cité en me disant que j’y passerai bien mes soirées… et qu’il était bien dommage qu’il n’y ait que 24 heures dans une journée ; )

En attendant je serai au vernissage de l’exposition Viollet-le-Duc… On en reparle sur ce blog fin novembre…

Bulles de culture, votre pause culturelle mensuelle!

Comme certains le savent, je me suis engagée dans la passionnante aventure de l’entrepreneuriat et ai créé Bulles de culture. Cette société entend répondre à plusieurs constats faits au cours de ma carrière professionnelle: 

Paris est une ville où foisonnent œuvres d’art, ate­liers d’artistes, lieux insolites… Cette offre culturelle abondante  induit souvent de longues files d’attente pour voir les expositions phares. Il nous manque aussi parfois des clés de lecture pour comprendre par exemple l’art contemporain ou l’art japonais…

Avec nos agendas chargés et nos multiples obligations, on tend parfois à « passer à côté de  notre vie » et à oublier ce qui nous plaisait plus jeune, voire à s’oublier soi-même. Manque de temps, problèmes de garde d’enfants nous font remettre à demain les sorties culturelles.

Laurent Tixador-La Chasse a¦Ç l'homme (1) - Biennale de Belleville

                                                                     Copyright: Laurent Tixador, la-chasse-à l’homme – Biennale de Belleville

Bulles de culture vous propose de:

– Vous ressourcer à la pause déjeuner une fois par mois en vous offrant une parenthèse culturelle et consacrer ainsi son week-end à d’autres activités plus plaisantes que les files d’attente devant les musées

Visiter les expositions en soirée et terminer ainsi agréablement la journée, notamment lorsque les questions de garde d’enfants ne se posent pas

Découvrir des lieux insolites, revivre l’histoire de Paris ou en savoir davantage sur des lieux aussi connus que la Défense.

 Le grand Verre -Marcel Duchamp - Philadelphie Museum

                                                                                                        MarcelDuchamp – Le grand verre – Musée de Philadelphie

Les visites durent 1h15 afin de s’intégrer à vos agendas professionnels. A l’exception de la visite du théâtre des Champs Elysées,  elles ont toutes lieu à l’heure du déjeuner ou en soirée. Elles sont réalisées par des conférencières nationales reconnues. Marie, Anaëlle, Aurore et Dominique interviennent, notamment, pour l’Association de l’Ecole du Louvre, le Musée d’Archéologie nationale pour l’École du Louvre, l’association des Anciens de Sciences-Po ou des villes comme Rambouillet ou Boulogne en tant que conférencières Ville d’Art et d’Histoire.

Une formule déjeuner sera mise en place dès septembre, vous permet­tant également de gagner du temps.

Tenant ce blog culturel depuis 4 ans, rédactrice pour la Fondation Culture et Diversité depuis 2011 et pour le site de musique et de danse Bachtrack depuis cette année, je suis également depuis 2010 les cours de l’Association de l’Ecole du Louvre, alternant cours magistraux et visites d’application. Je connais aussi les enjeux du secteur culturel puisque j’ai suivi les audits de grandes institutions nationales, évalué les aides aux entreprises culturelles en France et le patrimoine du ministère de la culture.

J’ai construit les abonnements de façon à répondre à vos attentes artistiques : rares sont les personnes qui iront voir à la fois le grand peintre de la Renaissance Le Pérugin et l’artiste contemporain controversé Jeff Koons. Pour ceux qui, néanmoins, souhaiteraient combiner plusieurs abonnements, n’hésitez pas à me contacter.

Mes abonnements sont en vente, en attendant la mise en ligne de mon site internet, sur Weezevent. Pour chaque visite, il vous est possible de choisir entre le tarif « visite unique » et le tarif abonnement qui inclut 3 à 5 visites selon les programmes. J’ai mis en place 5 abonnements, certains courts, d’autres jusqu’en janvier 2015 :

Art et histoire; en vente ici

Il commence lundi prochain, le 25 août, pour les 70 ans de la libération de Paris

les-borgia-et-leur-temps_xl

Peinture classique: du Pérugin aux Impressionnistes; en vente ici: 

Pierre-Auguste_Renoir_113

– Art moderne et contemporain : de la rue aux musées ?

Affiche Niki de St Phalle

En vente ici.

Mode et spectacles, en vente ici

galliera-poster

– Insolite, en vente ici

Dector & Dupuy-Lilas

Les abonnements Art et Histoire et Insolite seront complétés à l’automne.

La réouverture du Musée Picasso ainsi que l’exposition Sonia Delaunay au Musée d’art moderne feront l’objet d’un cycle supplémentaire, lorsque les réservations seront ouvertes. Des soirées culturelles seront aussi mises en place dès octobre ainsi que des programmes intergénérationnels, le week-end.

Les 45 premiers abonnés seront conviés à la visite exclusive d’un hôtel particulier, en petits comités.

Dans l’attente de vous rencontrer je vous souhaite un très beau mois d’août.

Anne-Laure

Vestiges du Marais médiéval… Maisons à pan de bois, église gothique…

J’étais invitée hier à une balade dans le Marais médiéval par l’agence culturelle Des Mots et des Arts via Anne-Sophie, que je remercie. J’étais curieuse car je connais du Marais surtout les hôtels particuliers de l’époque classique…

Echappée belle Maris Bdef

Une belle balade, très bien commentée par Grégory Teillet, et dont je suis ressortie en me disant qu’on pouvait avoir fait ses études et vivre à Paris et encore découvrir des coins magnifiques.

La visite commence par l’église St Gervais – St Protais, dans laquelle, honte à moi, je n’étais jamais entrée. Grégory Teillet nous a très bien expliqué les différents types d’art gothique, ce qui m’a ramené quelques années en arrières lorsque j’avais accompagné ma mère à un congrès de la Société française d’Archéologie pour étudier le gotique en Picardie…

Ce sont les « fleurs » créées par l’architecture – et dont le nom m’échappe – qui ont attiré mon attention.

St Gervais St Protais BdefLa visite se poursuivait par la découverte de quelques maisons à pan de bois et la comparaison entre les toits de la période du Moyen-Âge et ceux de la Renaissance et les conséquences sur la propagation des incendies. Très peu de maisons subsistent, encore faut il le savoir.

La visite se terminait par l’Hôtel de Sens que je connaissais et la muraille de Philippe le Bel.

Hötel de Sens Bdef

Peu de monuments donc mais très bien commentés et qui sortent des sentiers battus… Un beau moment : )

L’agenda culturel de mars en 10 points

Une sélection toute personnelle autour de la danse, photographie, musique et conférences…

 Danse :

1 – Le gala des étoiles, hommage à Manuel Legris

Une tournée a lieu dans toute la France et en Belgique jusqu’au 21 mars. Le programme du week-end dernier, commenté ici ne devrait pas trop évoluer sur les autres séances.

2 – Le L.A. Dance Project

Si vous aimez la danse moderne et souhaitez découvrir la troupe de Benjamin Millepied, futur Directeur du Ballet de l’Opéra de Paris,  rendez-vous au Théâtre du Châtelet pour trois ballets contemporains : Murder Ballades de Justin Peck et Morgan’s Last Chug d’Emanuel Gat (créées en septembre 2013), une reprise de Closer de Benjamin Millepied et une création mondiale, Peripheral Stream, de Hiroaki Umeda.

Du 5 au 9 mars au Théâtre du Châtelet

3 – Le Ballet de Shanghaï 

La troupe présente deux spectacles emblématiques de la Chine et de l’histoire de Shanghaï : La Fille aux cheveux blancs, seul ballet autorisé par la Révolution culturelle avec Le Détachement féminin rouge, et A Sign of Love, ballet plus récent quoique se déroulant dans le Shanghai des années 1930.

Du 13 au 20 mars au Palais des Sports de Paris

4 – De l’enfer au Paradis 

Un voyage dans les 3 mondes de La divine comédie de Dante. Mise en scène Emiliano Pellisari

Au fil des trois parties, Inferno (l’Enfer), Purgatorio (le Purgatoire) et Paradiso (le Paradis), 14 tableaux inspirés d’artistes comme Dali ou Escher, créent des visions de rêve. Porté par les féeries du théâtre baroque et puisant dans les possibilités technologiques actuelles, un spectacle au croisement de la magie, de l’illusionnisme et du cirque.

Jeudi 20 et vendredi 21 mars au théâtre des Sablons de Neuilly-sur-Seine

5 – La soirée de Mille / Cullberg

Mademoiselle Julie fait son entrée au répertoire aux côtés de Fall River Legend. Deux pièces saisissantes, représentatives de la danse moderne d’après-guerre, par la suédoise Birgit Cullberg et l’américaine Agnes de Mille.

Retour sur la Première 

Jusqu’au 13 mars au Palais Garnier

Conférence:

6 – Une conférence sur Olympe de Gouges par M. Olivier Blanc, historien, auteur de l’ouvrage Olympe de Gouges, Des droits de la femme à la guillotine

Jeudi 6 mars 2014 à 18 heures 1ère chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris (ancienne salle du tribunal révolutionnaire) Palais de Justice 1, boulevard du Palais 75001 Paris Entrée libre  – RSVP : conference.odg@gmail.com

Expos:

J’avais évoqué dans un billet précédent les expos Brassaï, à voir avant samedi à l’hôtel de ville et Cartier-Bresson qui a commencé à Pompidou…

8 – Bois sacré 

Sur le continent africain, le moment de l’initiation marque un passage obligatoire pour chaque individu. L’exposition porte plus précisément sur les sociétés secrètes des forêts guinéennes : Libéria, Guinée, Côte d’Ivoire. L’exposition rassemble de nombreux masques liés à l’initiation, ainsi que d’autres objets, masques miniatures, figurines et statues, relatifs à ces sociétés à mystères.

Du 4 mars au 18 mai au Musée du quai Branly

Musique baroque: 

9 – Les fêtes de l’hymen et de l’amour de Rameau

Veuf à 17 ans, le Dauphin de France, fils aîné de Louis XV, est remarié en urgence l’année suivante, en 1747. Rameau doit alors fournir un divertissement pour l’occasion. Utilisant un ballet héroïque en cours de composition, Les Dieux de l’Egypte, il y ajoute un prologue de circonstance, célébrant la réconciliation de divinités matrimoniales pur-Olympe, Hymen et Amour.

Théâtre des Champs Elysées – mardi 11 mars 

10 – Danse et musique dans l’imaginaire baroque

Danse, musique et objets d’art. C’est cette alchimie que le Musée du Louvre vous invite à découvrir lors de deux nocturnes où 30 danseurs et 12 musiciens, étudiants du Conservatoire de Paris, vous proposent un nouveau regard sur les collections de ce lieu historique. Sur la musique de Jean-Philippe Rameau et sous la direction du chorégraphe Jean-Christophe Paré, vous voilà plongés au cœur de l’époque baroque où se mêlent passions amoureuses, désir et conflit.

Les 7 et 14 Mars à partir de 19h

« Les métamorphoses du virtuel » avec Pia Myrvold au Silencio

Au 142 rue Montmartre à Paris se trouve le Silencio, réseau de membres ouvert avant minuit aux détenteurs d’une carte annuelle payante – et chère – ou aux personnes invitées, comme moi hier. Dès l’entrée, avec le physio et la liste de personnes invitées, je me suis retrouvée quelques années en arrière, à l’entrée de certaines boites de nuit où il fallait montrer patte blanche pour entrer. Pour les adeptes de la liberté de circulation, attention au choc 😉

Silencio

Après un boyau-escalier tout de noir vêtu, décoré de photos urbaines « tendance » vous voici face à de nombreuses alcôves qui feraient penser à une cave s’ils n’étaient désigné par David Lynch. C’est dans la salle de cinéma, petite et confortable, que Pia Myrvold tenait sa conférence avec David Rosenberg.

Mode Pia Myrvold

Considérée en 1994 par le magazine Vogue comme l’une des quarante plus importants designers au monde, Pia Myrvold, artiste norvégienne, est peintre de formation, avant de se tourner vers la couture, le design et le numérique.

Pia Myrvold 1

D’abord perplexe devant ses premières œuvres qui me rappelaient certains ready made chers aux surréalistes, les impressions sur les chemises ou les formes de son univers m’ont enthousiasmée. Il y a un côté onirique dans certaines de ses oeuvres comme le film projeté en fin de conférence. Il y a surtout chez elle la volonté de faire partager et de rendre le spectateur partie prenante.  Ainsi lors d’une exposition, elle avait créé des programmes qui permettaient aux visiteurs d’imprimer une « oeuvre » faite à partir de tableaux anciens et de l’univers de Pia Myrvold, reprenant cette idée selon laquelle chacun est artiste dans l’âme…

Pia Myrvold 2

Une belle soirée qui aurait pu l’être davantage si le Silencio avait fait un minium de « relation clients » en offrant ou proposant autre chose qu’une bouteille de champagne pour 30 personnes…