La carte du Tendre des douceurs lisboètes et alentours

 Mon séjour lisboète ne s’est pas borné à hanter monastères et musées et me promener le nez au vent. J’en ai aussi profité pour accroître ma connaissance des pâtisseries locales. Après 6 pasteis de Nata en 2 jours et au bord de l’indigestion … Continuer de lire La carte du Tendre des douceurs lisboètes et alentours

Meert à Paris: un bonheur vanillé…

Depuis que cette fameuse et vénérable maison lilloise avait ouvert à Paris, soit décembre dernier, j’avais envie d’y faire un tour. Située en plein Marais, l’antenne parisienne avait de quoi me séduire. C’est un de mes quartiers préférés et on y trouve de très bonnes pâtisseries d’Europe centrale .  Lors d’un passage à Lille en mai 2006, j’en avais profité pour goûter les gaufres prisées par le général de Gaulle. Loin de celles vendues dans les fêtes foraines ou sortant du gaufrier, celles-ci sont bien plus petites et fourrées au sucre ou à la vanille. Quel délice!  Bref, j’y retournerai volontiers à l’occasion surtout que … Continuer de lire Meert à Paris: un bonheur vanillé…

La carte du Tendre des douceurs parisiennes

Comment s’y retrouver dans les pâtisseries et salons de thé parisiens? A force d’expériences, je me suis fait ma propre idée… On y retrouvera quelques institutions. 1 – La Glace Héritage à la fois italien et autrichien, une glace m’est indispensable quelque soit la saison. Je me rappelle en avoir mangé un premier décembre à Munich par une température négative… Les prix parisiens m’ont longtemps refroidie.  Côté saveur, la glace caramel beurre salé du glacier de l’île Saint Louis a vaincu mes réticences… 2- Le macaron Une institution française à en croire le nombre de touristes chez Ladurée, Lenôtre, Fauchon, Pierre Hermé… mais … Continuer de lire La carte du Tendre des douceurs parisiennes

Variation autour de samoussas…

 Comme je le disais dans mon précédent article, un enterrement de vie de jeune fille vous fait découvrir des endroits que vous n’avez pas l’habitude de fréquenter…en l’occurrence un cours de cuisine.  Non pas que j’y sois allergique. La lecture de mes billets « bec sucré » prouve le contraire. Comme m’avait dit un jour la propriétaire d’un restaurant: « ça ne se voit pas mais ça s’entend »… Samedi soir, 16 jeunes femmes se retrouvaient donc près de la gare de l’est dans un atelier afin de préparer des croustillants, ou samoussas.  Les recettes étaient apparemment simples: couper des poireaux, des poires ou des … Continuer de lire Variation autour de samoussas…