Napoléon et Paris : rêves d’une capitale – vous verrez Paris d’un autre œil après!

Pour les amateurs d’histoire, et de Napoléon, direction le musée Carnavalet où, jusqu’au 30 août se déroule une exposition sur les liens qu’entretint l’Empereur avec Paris. Et pour ceux qui voudraient voir les 50 vues de Paris, direction le musée de la Malmaison car seules 4 vues (par roulement de 2) sont présentées à Carnavalet.

Je l’ai visitée en présence des commissaires d’exposition, un moment privilégié et très instructif qui m’a rappelé mes études. J’ai toujours aimé l’histoire et cette matière me l’a bien rendu…

3. Nicolas Antoine Taunay, Entr+®e de la Garde Imp+®riale +á Paris par la barri+¿re de Pantin -® RMN-Grand Palais (Ch+óteau de Versailles)  Franck Raux

Nicolas-Antoine Taunay-Entrée de la garde impériale à Paris par la barricade de Pantin – Copyright RMN Grand Palais Château de Versailles

La vie de Napoléon Bonaparte est liée à Paris. Il y a terminé ses études, participé à plusieurs grandes journées de la fin de la Révolution. Il y a pris le pouvoir. Le sacre, ses deux mariages, sa seconde abdication se passent à Paris. C’est « sur les bords de la Seine » qu’il a souhaité reposer.

Tout en dotant la France des « masses de granit »  avec le préfet (1800), la Banque de France (1800), les lycées (1802), l’ordre national de La légion d’honneur (1802), le franc germinal (1803), et le Code civil (1804) il a souhaité remodeler Paris dès 1800.

7. Charles Percier  et Pierre Fran+ºois L+®onard Fontaine, Fauteuil du tr+¦ne de Napol+®on Ier -® RMN-Grand Palais (mus+®e du Louvre)  Jean-Gilles Berizzi

Percier et Fontaine – Fauteuil du trône de Napoléon Premier – Copyright: RMN – Grand Palais (Musée du Louvre)

« Le nom de roi est usé car il apporte avec lui de vielles conceptions et ferait de moi un héritier, je ne veux descendre ni dépendre de personnes. Le titre d’empereur est plus grand, il est un peu inexplicable et impressionne l’imagination. » Napoléon

Cette conception napoléonienne, on la retrouve également dans sa vision de Paris.

Aux Tuileries, palais qu’il sauve de la ruine, Napoléon a recréé une cour où il a agrégé différentes élites. Joséphine apporte des Antilles le rhum et son bol à punch constitue un bel objet, tout comme ses gants. Napoléon dépose au Louvre, avec la complicité de son directeur Vivant-Denon, toutes ses conquêtes des batailles d’Italie.

Deux empires inspirent Napoléon : l’empire romain et l’empire carolingien. On retrouve cette double inspiration dans sa vision de Paris et sa conception du pouvoir qu’on ne peut concevoir sans apparat. Un de ses 4 trônes constitue d’ailleurs le clou de l’exposition. Par ailleurs le buste monumental de Napoléon exposé est une référence explicite à l’empereur Constantin.  Napoléon perçoit également son rôle comme social. Afin d’éviter aux artisans et ouvriers le désœuvrement qui provoquerait d’éventuelles révoltes, il relance par de nombreuses commandes les soieries de Lyon. Il améliore également la vie quotidienne en faisant édifier des marchés, fontaines, halles, abattoirs et cimetières.

20. Fran+ºois R+®mond, Fran+ºois Damerart, Napol+®on Ier, empereur des Fran+ºais -® RMN-Grand Palais (mus+®e du Louvre)  St+®phane Mar+®challe

Napoléon Premier Empereur des Français – Copyright: RMN – Grand Palais (Musée du Louvre)

La rue de Rivoli est la première rue voulue par Napoléon, même si elle est terminée après la chute de celui-ci. La ville rêvée par l’Empereur est une nouvelle Rome peuplée de monuments grandioses, parfois achevés, parfois seulement ébauchés : la colonne Vendôme, le palais de la Bourse, la fontaine du Châtelet, les arcs de triomphe du Carrousel et de l’Etoile. Lorsqu’il souhaite édifier l’éléphant de Bastille (celui où dort Gavroche dans Les Misérables de Victor Hugo) il s’inscrit dans la lignée d’Hannibal et Alexandre Le Grand. Cette maquette d’éléphant est détruite au XIX°siècle.

Projet pour la fontaine de l'Eléphant place de la Bastille

Projets pour la fontaine de la Bastille –  Copyright: Musée Carnavalet

De nombreux dessins, peintures et objets étayent ces relations entre Paris et l’Empereur. En vous rendant ou en sortant du musée, faites un détour par la place de la Concorde. Vous y admirerez, dans toutes les directions, un monument napoléonien : l’arc de triomphe de l’Etoile à l’ouest, l’Assemblée nationale au sud, l’arc de triomphe du Carrousel à l’est et l’église de la Madeleine au nord. Votre vision de la plus belle ville du monde en sortira changée…

La nuit des musées: parcours parisien et 2 coups de cœur franciliens

A l’occasion de la Nuit des musées (programme complet ici) les musées seront ouverts une partie de la nuit ce samedi 17 mai, occasion de découvrir gratuitement certaines expositions phare du moment, de danser au musée d’Orsay ou d’assister à une cérémonie de thé à la maison atelier de Foujita.

Proposition réaliste ; ) de parcours:

Paris 1900 – la Ville spectacle au Petit Palais: cette exposition (jusqu’au 17 aout) sera en accès libre de 18h à minuit et accompagnée d’ateliers pour enfants (à partir de 7 ans), d’ateliers de dessin Art nouveau pour adolescents et adultes.

Je vous propose de rester ensuite dans le quartier pour voir, avant la fin de l’expo le 25 mai, au Palais Galliera Papier glacé un siècle de photographie de mode chez Condé Nast.

Puis, pour les balletomanes, direction le Musée d’Orsay où à partir de 20h pour les enfants, le chorégraphe José Montalvo donnera un cours de danse. A moins d’attendre 22h et le Grand Bal de nuit dans la salle des fêtes du musée, en écoutant des conférenciers commenter les toiles des maîtres.

Enfin je filerai dans les jardins du Musée Carnavalet pour assister avec mes loustics au « théâtre feuilleton » des Trois Mousquetaires (5 épisodes de 15 minutes à 19h30, 20h15, 21h, 21h45 et 22h30).

Mes 2 coups de coeur franciliens:

Revoir les collections du Musée de St Germain en Laye grâce aux « conférenciers d’un soir » de l’Université de Paris-Dauphine et voir de nuit la cour du Château illuminée (belles photos en perspective). Ce musée a bercé mon enfance avec les conférences impromptues de mon père devant telle oeuvre gallo-romaine (et une envie de chasser les visiteurs qui s’arrêtaient pour l’écouter);

Assister à une cérémonie de thé dans la maison-atelier de Villiers-le-Bâcle (91) du peintre Foujita. À 19h15 et 21h45 cette cérémonie sera dirigée par Yuko Takaoda, professeur de l’école Quartier Japon.

En espérant que cette sélection vous plaise et vous permette de passer une belle soirée!

Photographier le vieux Paris: l’oeuvre d’Eugène Atget au musée Carnavalet

Je vous avais parlé il y a quelque temps de l’oeuvre de la photographe américaine Berenice Abbott. Elle considérait le photographe français Eugène Atget ( 1857 – 1927) comme son père spirituel… Qu’en est-il?

Contrairement à d’autres artistes comme le poète Apollinaire qui chantait les bienfaits de la modernité (néons, métro…) Atget s’est intéressé au vieux Paris: détails architecturaux d’hôtels particuliers, maisons anciennes, édifices religieux mais aussi intérieurs parisiens, qu’ils soient ceux d’ouvriers, d’artistes ou de grands acteurs comme celui de Cécile Sorel, sociétaire de la Comédie française.  Il a également photographié avant leur destruction des quartiers entiers, souvent insalubres comme les fameuses « zones » ou « fortifs » aux frontières de Paris. Un témoignage éloquent et social de ce que fut Paris à la fin du XX°s…

En 1898, il débute ainsi deux séries: L’art dans le vieux Paris et Paris pittoresque, ce qui fait de lui le fournisseur régulier des bibliothèques et des musées de la capitale.

Cette exposition permet d’évoquer également brièvement la collection, notamment érotique, de photographies d’Atget possédées par Man Ray mais aussi de citer d’autres peintres du vieux Paris comme Emmanuel Pottier (1864 – 1921) dont les points de vue et les sujets traités ressemblent parfois de façon troublante à ceux d’Atget comme Le passage des signes dans le Marais…

Une exposition intéressante quoique longue, qui permet également de redécouvrir le Musée Carnavalet si vous en avez encore la force !!