Le Yacobson Ballet de Saint Petersbourg: du classicisme à la création déjantée

Le mercredi 3 février, au théâtre des Sablons de Neuilly sur Seine, le Yacobson Ballet donnait une représentation aux premiers abords plutôt classique. Envie de me remettre des adieux de Mats Ek en janvier dont j’étais sortie perplexe? Envie de croiser les Russophones de Paris et Neuilly en goguette? Un peu des deux et surtout cet amour viscéral pour la danse. Fondée en 1969 par Leonid Yacobson alors maître de ballet et chorégraphe renommé, le   Yacobson Ballet est la première compagnie indépendante de Russie – ie non rattachée à un Opéra. Après une interprétation des Sylphides de Michel Fokine belle … Continuer de lire Le Yacobson Ballet de Saint Petersbourg: du classicisme à la création déjantée

Première de Paquita de Pierre Lacotte: la perfection de la danse classique

Pur exemple de ballet classique, à la technique très exigeante et aux costumes et décors de toute beauté, Paquita  a été reconstitué en 2001 par Pierre Lacotte, d’après la version de 1881 de Joseph Mazilier et Marius Petipa. Créé à l’Opéra de Paris en  1846, ce ballet voyagea jusqu’en Russie grâce à Marius Petipa où il en donna une nouvelle version en 1882. Je l’avais déjà vu en 2008 et m’étais un peu ennuyée. Je n’y serai pas retournée si je n’avais pas croisé le danseur Sébastien Bertaud en avril qui y interprète un villageois à la danse gracieuse et fine. J’avais aussi … Continuer de lire Première de Paquita de Pierre Lacotte: la perfection de la danse classique

Les 5 degrés de la « balletomanie »…

Un billet taquin sur la « balletomane » que je suis….Une vision subjective*… Vos avis sont les bienvenus. Et je précise: aucun degré n’est supérieur à un autre! Degré Zéro: Le ballet? Une discipline réservée aux petites filles en tutu rose… Franchement quel intérêt de voir des personnes faire « tututut » sur la scène d’un côté puis de l’autre**? Degré un: Une neutralité bienveillante. Le ballet? Plutôt la danse non? Pourquoi pas? J’associe davantage la danse aux sorties en boite, aux danses des rues. Quant au ballet « classique », j’en ai une vague idée. Degré 1 bis cela donne: Un art inférieur à l’opéra puisqu’il n’y  pas de parole. Degré deux: L’apprenti balletomane:  Je dresse les oreilles dès que j’entends … Continuer de lire Les 5 degrés de la « balletomanie »…