S’il y a toujours un peu d’orgueil mal placé à voir le portrait d’un de ses anciens professeurs d’économie, en l’occurrence François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de Citéco, en ouverture du livret consacré à la nouvelle cité de l’économie, Citéco, il est vite oublié face au défi que s’est fixée cette vénérable institution: aborder l’économie dans un musée, et qui plus est en France, pays un tant soit peu fâché avec cette matière, et caractérisé par le tabou de l’argent…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est dans le XVII° arrondissement, dans l’hôtel Gaillard, un palais néo-Renaissance ayant appartenu à Emile Gaillard (1821-1902) représentatif des dynasties bourgeoises du XIX°s, que cette Cité de l’économie a pris ses quartiers. Un bâtiment unique, classé Monument historique, ancienne succursale de la Banque de France, dont la rénovation architecturale vaut à elle seule le déplacement.

Salle des coffres Cité de l’Économie © Charlotte Donker

En fonction de l’appétence de chacun, la visite pourra s’orienter vers la mythique salle des coffres, réputée imprenable et pour cause, elle était entourée d’eau la nuit venue et un « pont levis » se levait, l’architecture du bâtiment, les questions économiques du troc, de la provenance avec le pédagogique « Made in partout » ou les salaires en tournant fébrilement la manette pour savoir où l’on se situe par rapport aux autres travailleurs français. La question de l’inflation est abordée de façon pédagogique avec des poids et une balance et la financiarisation de l’économie scénographiée par des écrans verts où défilent de façon entêtante des chiffres.

Citéco_finance_vert_1enviedailleurs.com

Déformation personnelle oblige, je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer l’OPA faite par les professeurs de Sciences Po sur Citéco, contrairement à ceux de Dauphine peu présents, et la parité respectées des experts interrogés… ; )

Citéco_femmes

A découvrir pour se réconcilier avec les chiffres et ses cours d’éco… ou pour rafraîchir sa mémoire et ses concepts économiques.

Anne-Laure FAUBERT

France Miniature avec les explications de « Monsieur Patrimoine »

Depuis 1991, dans les Yvelines, France Miniature propose aux enfants et aux adultes de (re)découvrir 117 monuments français représentés à l’échelle 1/30e. De la Tour Eiffel à la place Stanislas de Nancy en passant par Fort Boyard ou Notre Dame de la Garde, un parcours qui permet en moins d’une journée de se faire une idée des principaux monuments français à découvrir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’y étais allée en 2017 en famille et, pour cette nouvelle saison 2018, ai pu entendre la voix de « Monsieur Patrimoine » alias Stéphane Bern pour 12 monuments emblématiques, en réalité ses coups de cœur. Si certains de ses commentaires historiques semblent tomber sous le sens – notamment pour Versailles ou Carcassonne – pour le Mont Saint Michel on se remémore la légende du lieu saint et apprend la recette de l’omelette selon la Mère Poulard.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au gré des promenades, et si votre enfant ne vous tire pas comme les miens vers le chat perché, le toboggan de course ou la ronde des zotos, et munis de votre smartphone – dispositif que personnellement je déplore, il est plus agréable de se laisser surprendre au détour d’un bosquet par une voix que de scanner un QR code, vous apprendrez les origines des arènes d’Arles, petite reine des Gaules, l’histoire du château du haut Koenigsbourg  ou découvrirez les coutumes folkloriques de la ville de Douai, la Cité de Carcassonne, la cathédrale Sainte Cécile d’Albi, le château de Chambord, le château de Chenonceau, l’abbaye de Fontevraud, le village de Saint Emilion, l’hôtel des Invalides et la basilique Sainte-Marie Madeleine de Vézelay.

France Miniature Tour Eiffel

Une balade originale pour démocratiser le patrimoine français. : ))

Anne-Laure FAUBERT

Versailles confidentiel : le potager du Roi, rencontre entre l’histoire et l’horticulture

Versailles attire deux types de visiteurs : les adorateurs du Roi Soleil, qui arpentent sur talons rouges la galerie des glaces, et les admirateurs de Marie-Antoinette, qui versent une larme émue devant le Trianon.
En revanche, on ignore généralement l’existence du potager du Roi. Pourtant, ce jardin, classé monument historique depuis 1921, est indissociable de l’histoire du château, et, plus généralement, de l’histoire du goût aristocratique.
Situé derrière la cathédrale Saint Louis, non loin de la pièce d’eau des Suisses, le potager du Roi s’étend sur neuf hectares. Son principal artisan, Jean-Baptiste de la Quintinie, s’illustra d’abord à Vaux-le-Vicomte, comme la plupart des futurs artisans de Versailles.
C’est en 1678, sous l’apogée du Roi Soleil, qu’il fut chargé de créer le potager du Roi. L’emplacement était si peu favorable que les travaux durèrent cinq ans : il fallut assécher « l’étang puant » préexistant, remblayer le terrain, construire murs et terrasses pour protéger les plantations du vent…
Enfin, on put y cultiver les denrées favorites du Grand siècle : asperges, petits pois, poires, raisins, pêches, melons… et surtout, les figues, dont raffolait Louis XIV, et pour la culture desquelles on alla jusqu’à bâtir une figuerie qui régalait le roi de juin à septembre.
En jouant des diverses expositions, en cultivant sous cloches, La Quintinie obtint, luxe inouï, des primeurs et récoltes à contre-saison : « des fraises à la fin mars, des précoces, et des pois en avril, des figues en juin, des asperges et des laitues pommées en décembre ».
arbre Versailles
Aujourd’hui, un jardinier en marinière aux allures de Pablo Picasso, coiffé du chapeau de paille auquel on reconnaît un bon jardinier, nous fait faire le tour de l’horticulteur.
Comme au XVII° siècle, le jardin s’organise aujourd’hui autour d’un carré central consacré aux légumes, et approvisionné en eau par un bassin circulaire. Basilic, aubergines, tomates, asperges, céleris… plus de quatre cents variétés légumières, récentes comme anciennes, y sont collectionnées.
Autour de ce carré central s’articulent les « chambres » à fruits, qui se caractérisent par la présence de murs couverts d’un enduit terre de sienne, additionné d’un mélange de brique pilée et de charbon de bois. Ainsi, en accumulant la chaleur, ces mortiers favorisent la croissance des arbres fruitiers taillés en espaliers, grande innovation horticole du XVII° siècle. Ici encore, de nombreuses variétés fruitières sont collectionnées. Entre deux conseils de notre guide sur comment réussir sa greffe de poirier sur cognassier, une visiteuse gourmande propose généreusement ses services pour cueillir les pêches provocantes qui se balancent à portée de main.
Le potager du Roi, lieu de modernité horticole au XVII° siècle, s’inscrit toujours dans cet esprit novateur, puisqu’on y pratique aujourd’hui une agriculture biologique : ainsi, les fleurs et les arbres fruitiers sont associés de manière à attirer les insectes indispensables à la pollinisation, des nids à mésanges et des abris à hérissons sont aménagés pour attirer ces alliés redoutables dans la lutte contre les pucerons… Ce parti pris biologique ne compromet pas le rendement du potager : on y récolte chaque année en moyenne 30 tonnes de fruits et 20 tonnes de légumes.
Après un détour par le jardin de rocaille, où le bouleau côtoie l’aucuba japonica, le visiteur passe devant la grille ouvragée, rare subsistance du XVII° siècle, que le Roi Soleil empruntait pour visiter son « Directeur de tous les jardins fruitiers et potagers royaux ». La visite se conclut devant la maison que Mansart construisit pour La Quintinie : « La porte est ouverte, La Quintinie doit être chez lui », plaisante notre guide.
Violaine FAUBERT

Sur les pas de Daubigny à Auvers sur Oise : Aux sources de l’impressionnisme

Le père fondateur des impressionnistes, Charles François Daubigny (1817 – 1878) reste moins connu que Monet, Pissarro ou Sisley.

Auvers-Daubigny-PortraitDaubignyDroit

La ville d’Auvers sur Oise – dont je vous avais parlé l’an dernier au sujet de Van Gogh (voir mon article ici) – lui rend hommage jusqu’au 17 septembre à l’occasion du bicentenaire de sa naissance, suivant ainsi les célébrations de 2016 à Cincinnati, Edimbourg et Amsterdam.

Charles François Daubigny séjourna 18 ans à Auvers sur Oise et contribua à renouveler la peinture de paysages en essayant de nouvelles techniques et cadrages à bord de son bateau atelier, le « Botin ».

Auvers-DAUBIGNY-LeBateauAtelier

Né dans une famille d’artistes, Charles François est d’abord formé par son père Edme Daubigny, paysagiste classique. S’il suit des cours de peinture à Paris c’est surtout en fréquentant les peintres de Barbizon qu’il tire des enseignements qui influencent sa peinture. En 1852, il fait la connaissance de Camille Corot (1796- 1875) qui lui sert de guide.

Auvers vu du ciel.tif

Découvrir Auvers sur Oise sur les pas de Daubigny, c’est s’arrêter tout d’abord dans la maison atelier de Daubigny classée monument historique en 1993 et labellisée « maison des illustres » en 2014.

Auvers-MaisonAtelierDaubigny-ChambreCécile-détailGerbe-900x1294-300dpi-85pc
Crédits photo: Maison Daubigny

Ce lieu de vie appartient toujours à la famille du peintre grâce à la branche féminine, et sa fille Cécile dont la chambre est décorée de 20 couronnes de fleurs peintes pour ses 20 ans ainsi que différentes fables de La Fontaine, peintes également par son père Charles-François Daubigny. Le peintre a en effet voulu illustrer dans cet endroit tout ce qu’elle aimait quand elle était petite. Si la peinture à l’huile a parfois mal vieilli faute de traitement, elle offre à cette maison atelier un charme délicieusement rétro comme on en voit peu….

Auvers-MaisonAtelierDaubignyChambreVueMiroir-CreditMaison-Atelier-de-Daubigny_1600x1067_300dpi
Crédits photo: Maison Daubigny

Découvrir Auvers sur Oise sur les pas de Daubigny, c’est ensuite se rendre au musée Daubigny – qui fête ses 30 ans – où une exposition de 90 œuvres, peintures, gravures et dessins, est consacrée au peintre jusqu’au 3 septembre. La seconde partie sera consacrée à partir de septembre aux différents liens d’amitié du peintre. On y découvre son voyage en Italie en 1836 et l’influence des paysages et de la lumière sur son œuvre. Cette exposition nous apprend que Charles-François Daubigny était également un aquafortiste, un dessinateur pour gravure sur bois et qu’il a illustré Notre Dame de Paris de Victor Hugo et Les Mystères de Paris d’Eugène Sue.

Auvers-Daubigny-TableauLaNeige

On y découvre également que le mot « impression » est employé dès 1850 par les critiques d’art pour analyser les paysages de Daubigny. Théophile Gautier déclare ainsi le 7 juin 1861 dans Le Moniteur Universel « il est dommage que M. Daubigny, ce paysagiste d’un sentiment pourtant si vrai, si juste et si naturel, se contente d’une première impression et néglige à ce point les détails. Ses tableaux ne sont plus que des ébauches ; et des ébauches peu avancées. Ce n’est pas le temps qui lui a manqué… »

Et pour ceux pour qui Auvers sur Oise est associé à Van Gogh, n’hésitez pas à lire mon article de l’an dernier sur ce peintre ou à consulter la saison culturelle ici. Vous y découvrirez que cette ville abrite aussi un musée de l’Absinthe fort intéressant. J’ai par ailleurs découvert que chaque année de juin à début juillet se tient un festival de musique semblant très intéressant… avec notamment en 2017 l’intervention de JC Spinosi et de N. Dessay…

Anne-Laure FAUBERT