La neuvième édition du festival Art, villes et paysage d’Amiens séduit toujours

Depuis 2010, les hortillonnages d’Amiens se parent chaque été de nouvelles œuvres d’art, certaines amenées à perdurer, d’autres plus éphémères. Une promenade bucolique et artistique à quelques encablures de Paris… Je vous en avais parlé ici en 2014, et Le Jardin d’Erode furent longtemps ma couverture personnelle sur les réseaux sociaux.

Les jardins d'Erode_1enviedailleurs.com
Le Jardin d’Erode – Wagon Landscaping: Mathieu Gonthier avec la participation de Chloé Francisci – Photo Copyright: 1enviedailleurs.com

J’ai réitéré la visite cette année, fin août, par une météo bien moins clémente. Et pourtant la magie a opéré de nouveau.

Hortillonnages Amiens_1enviedailleurs.com

Créé en 2010 à l’initiative de Gilbert Fillinger, le festival Art, villes et paysage d’Amiens a permis depuis sa création la réalisation de plus de 120 œuvres, créées par 215 artistes de moins de 40 ans accompagnés par les équipes du chantier d’insertion et du festival. Car bien plus que de « faire joli » dans le paysage, ce festival revêt une dimension profonde : permettre à de jeunes talents artistiques d’éclore et à des personnes en difficulté de retrouver du travail. Une mission sociale et humaine que l’on retrouve par ailleurs dans les thèmes de certaines œuvres et qui a aussi permis aux hortillonnages, ancien marais dessiné par les affluents de la Somme et cultivé par l’homme,  d’être assainis et visités par plus de 250 000 visiteurs

Intervention_Phoebe Eustance_1enviedailleurs.com
Intervention de Phoebe Eustance -Photo: 1enviedailleurs.com

Ce festival s’aborde de deux manières selon ses envies : à pied et en barque. Je vous conseille vivement de ne pas bouder cette-dernière : nul besoin d’être un capitaine émérite et il serait dommage de rater cette partie du festival qui ne visite qu’ainsi dans l’un des 20 bateaux amarrés devant le « port au fumier ».

Le bois des rémanents_Florent & Grégory Morisseau_1enviedailleurs.com.JPG
Le bois des rémanents_Florent & Grégory Morisseau – Photo: 1enviedailleurs.com

Les œuvres de 2018 se font l’écho des préoccupations environnementales et du subtile équilibre du lieu entre nature et culture. Ainsi la plasticienne Julia Cottin réalise une sculpture végétale, squelette émergeant du marais

Black ship Julia Cottin_1enviedailleurs.com
Black ship Julia Cottin

pendant que Dorothéa Nold a érigé une sculpture géométrique à la surface de l’eau, évoquant ainsi l’interdépendance des éléments et l’équilibre fragile d’un monde plus en plus instable.

Conçu sur fonds publics – rien n’est payant si ce n’est la location des barques, ce festival se déroule jusqu’au 21 octobre à Amiens. Et pour ceux qui souhaiteraient donner une dimension historique aux jardins, la mission du Centenaire de la Première guerre mondiale nous prépare pour novembre  15 « Jardins de la Paix » réalisés près des hauts lieux du souvenir de la Grande Guerre… Ou comment donner un autre sens à cette terre qui vit périr il y a 100 ans tant d’êtres humains… Les jardins ou la résilience d’une région brutalisée par la guerre.

Anne-Laure FAUBERT

Art, villes et paysage à Amiens: les hortillonnages comme lieux d’exposition

Vous avez envie de passer le week-end au vert et de mêler culture et nature? Alors direction Amiens, en Picardie, où la 5° édition du festival « Art, villes et paysage » sera  inaugurée ce week-end (programme disponible ici).

Pont - Anne-Laure Graf

Pour ceux qui seraient pris, il dure jusqu’au 12 octobre et permet, à pied ou en barque, de découvrir 37 œuvres d’art – dont 16 inédites- qui amènent à s’interroger sur le caractère fragile de la nature… et de la vie.

Banlieue - Anne-Laure Graf

J’ai eu la chance de faire ce parcours la semaine dernière, par une belle journée ensoleillée. J’avais gardé d’Amiens – où j’étais allée à plusieurs reprises – une image plutôt « triste », totalement effacée par cette belle sortie.

Intervention

Les hortillonnages (du latin hortus: jardin) constituent un ensemble de plusieurs centaines de jardins flottants sur un dédale de 65 km de canaux à quelques encablures du centre d’Amiens. Si certains servent encore aux maraîchers, leur rentabilité est faible: cette terre est facilement inondable, les rongeurs sont légion… D’où l’idée d’en transformer certains en lieux d’expositions qui réunissent autour d’un même projet paysagistes, plasticiens et architectes.

Jardin d'Erode - Anne-Laure Graf

Des barques peuvent être louées pour faire le parcours (estimé à 2h30 si on se dépêche, davantage si on flâne et pique-nique).

l'île perdue

Le clapotis de l’eau, la beauté des œuvres qui se dévoilent au détour d’un arbre donnent très vite l’impression d’être en vacances, hors du temps… Pour un peu qu’on ait l’âme poète, des vers peuvent venir, notamment lorsqu’on s’installe sur le banc du « syndrome de la page blanche  » et qu’on contemple ce paysage:

page blanche

Pour ceux qui voudraient poursuivre cette journée de façon culturelle et « terrienne » la maison de la culture d’Amiens, présente, en entrée libre, une exposition de 30 œuvres de l’artiste allemand Reiner Ruthenbeck, de ses photographies des années 1950/ 60 à ses sculptures murales des années 1990. J’ai eu l’occasion d’entendre le commissaire de l’exposition, Hubert Besacier, en parler. Je suis toujours réservée sur les œuvres qu’on peut ensuite refaire si l’on suit les instructions de l’artiste, comme ici les tas de feuilles. L’acte de création doit selon moi rester unique… Cela reste cependant une exposition intéressante pour les amateurs d’art contemporain.

Expo Amiens