Étiquette : Eleonora Abbagnato

Soirée Nicolas le Riche: entre émotion et sensualité

Palais Garnier – Mercredi 9 juillet 2014 – Ballet de l’Opéra de Paris, avec la participation des élèves de l’école de danse Orchestre de l’Opéra national de Paris, direction musicale: Kevin Rhodes  Avec la participation exceptionnelle de Sylvie Guillem, Matthieu Chedid et Guillaume Gallienne Les Forains (entrée des forains) de Roland Petit; Le bal des cadets (solo du petit

Lire la suite

Notre Dame de Paris de R. Petit : entre grotesque et sublime

Première, lundi 30 juin 2014 – Opéra Bastille – Ballet en 2 actes et 13 tableaux d’après de le roman de Victor Hugo, chorégraphie de Roland Petit (1965), musique de Maurice Jarre, décors d’après René Allio, costumes d’Yves Saint-Laurent – direction musicale : Kevin Rhodes – orchestre national d’Ile de France, chœurs enregistrés. Nul besoin d’avoir

Lire la suite

La Belle au bois dormant ou l’Arlésienne?

La Première de la Belle au bois dormant était l’occasion de (re)voir ce ballet après de longues années d’absence. Si certains passages de la musique de Tchaïkovski m’étaient connus (merci Walt Disney ; ) et les galas de danse), je n’avais jamais vu le ballet dans son intégralité.   C’est un très beau ballet classique

Lire la suite

Première de Teshigawara/Brown/Kylián: une soirée passable sauvée par Doux mensonges…

J’ai horreur de critiquer vertement un ballet ou un opéra car je trouve cela trop facile comme posture. On vient, on regarde et on critique, oubliant le travail demandé aux artistes. Tout comme l’an dernier avec Sous apparence, création de Marie-Agnès Gillot (cf mon billet) cette soirée devrait entrer au Panthéon des plus mauvaises soirées de danse…

Lire la suite

George Balanchine à Garnier: des ballets russes à « l’abstraction »

Que retenir de la Première, lundi, de la soirée consacrée à Balanchine? En dehors du défilé du ballet sur lequel je reviendrai, un point de logistique tout d’abord: il aurait été préférable de commencer par Le Fils Prodigue (1929) et de terminer par Agon (1957), afin de suivre l’évolution du chorégraphe… 3 ballets, 3 styles différents

Lire la suite