Étiquette : danse opéra de paris

Cherkaoui, Goecke, Lidberg: une soirée de danse poétique au Palais Garnier…

Vendredi 15 février 2019 – Palais Garnier – 7° représentation Autant mon abonnement danse au Théâtre des Champs Elysées me laisse perplexe pour la seconde année ( la preuve je n’en parle pas ici) autant mes virées au Palais Garnier me procurent plaisir et belles découvertes… Dans cette soirée réunissant 3 chorégraphes contemporains peu connus

Lire la suite

La fille mal gardée… le ballet gourmandise de l’été…

Tous comme les « marronniers » chorégraphiques de l’hiver que sont Le Lac des Cygnes, Casse-noisette ou Cendrillon, l’été a également ses ballets gourmandises… Et La fille mal gardée en fait partie. L’histoire est simple: une mère enferme sa fille chez elle car elle souhaite la marier contre son gré à quelqu’un qu’elle n’aime pas et le happy

Lire la suite

Première de la 3° symphonie de G. Mahler de J. Neumeier : quand l’alliance de la musique et de la danse frôle la perfection…

Karl Paquette (l’Homme), Isabelle Ciaravola (l’Ange), Eleonora Abbagnato (la Femme), Mathias Heymann (la Guerre) et Stéphane Bullion (l’Âme) Une certaine grâce et une grande poésie se dégageaient hier de l’œuvre de John Neumeier. Un chorégraphe avec lequel j’entretiens une relation ambivalente : j’adore sa Dame aux Camélias, déteste son Parsifal (cf. mon billet) et apprécie sa Mort à Venise à quelques détails près… Composé de 6

Lire la suite

Phèdre versus Psyché? – second acte

S’il y a bien un « vainqueur » de la soirée d’hier c’est le couple Dorothée Gilbert / Mathieu Ganio dans Pysché d’A. Ratmansky. Fortement applaudi et célébré, ce couple avait, il est vrai, la « tête de l’emploi ». Une Psyché frêle et fragile femme-enfant par excellence; un Eros beau comme un Dieu, encore attaché à sa mère

Lire la suite

Rain de Keersmaeker, une agréable surprise

Comme je vous le disais dans mon précédent billet, certains mots employés sur le site de l’Opéra de Paris me laissaient craindre le pire. J’ai donc été agréablement surprise et ai beaucoup aimé l’aspect épuré de ce ballet. Sur une scène ronde entourée d’un rideau de cordes où le sol, strié de bandes de différentes

Lire la suite