Voyage culturel et vigneron le long du Canal du Midi…

Dans la région du Languedoc se cachent de petites merveilles, tant historiques que vinicoles. Arrêtons-nous d’abord sur l’histoire du canal du Midi, avant de découvrir Carcassonne et le château de Pennautier, et quelques vins comme des vins bio et un Gewurztraminer du Languedoc.

Canal_Bdef

Canal reliant Toulouse à la mer Méditerranée depuis le XVII° siècle et conçu par Pierre-Paul Riquet, le « canal royal en Languedoc » devenu « canal du Midi » en 1789 révolutionne à l’époque le transport fluvial et la circulation du Midi de la France de l’Ancien Régime. Inscrit depuis 1996 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, il se parcourt désormais en bateau ou se longe à vélo et se prête à des photos splendides.

détail Mijane Bdef

Continuons ensuite par Carcassonne, cité médiévale perchée sur une colline rocheuse, classée au Patrimoine mondial de l’Unesco. Je l’avais découverte enfant puis étudiante. Elle n’a pas changé, portant toujours les traces de la rénovation de Viollet le Duc au XIX°s, décédé un an avant la fin de ce chantier. En y réfléchissant je me dis que cet homme est aussi controversé que Le Corbusier au XX°s, mais là n’est pas le sujet.

intérieur Cracassone Bdef

Le nom de Carcassonne viendrait de Dame Carcasse, une sarrasine, qui en sonnant la victoire après un siège, aurait ainsi créé le nom : Carcasse sonne.

Dame Carcasse

L’histoire de Carcassonne remonte aux Romains qui emmènent dans la région la culture de l’olive et de la vigne, et les ruches. Carcassonne prend son importance au XIe avec les Comtes de Trencavel, vassaux du comte de Toulouse, avant d’appartenir à Simon de Montfort et à Saint Louis et la couronne de France. Les défenses de la cité sont réalisées sous Saint Louis et la cité est réputée imprenable. De nombreuses gargouilles parcourent la ville, afin d’effrayer les mauvais esprits.

Carcassone_maison Bdef

Carcassonne se développe autour du commerce de la laine et les hôtels particuliers témoignent encore de la richesse des marchands tisserands. La basilique de Carcassonne nous offre un bel exemple d’art roman occitan. On y trouve des vitraux originaux: l’arbre de Jesse représente comme il se doit la généalogie de Jésus mais ce qui attire mon attention est le vitrail représentant  Adam et Eve mangeant tous les deux le fruit défendu.

arbre de Jessé Bdef

De cette ville naguère florissante, il ne reste que 48 habitants permanents dans la cité en raison de problèmes d’humidité… et de nombreux magasins.

Cette escapade dans le Languedoc est aussi l’occasion de découvrir de jolis domaines vinicoles comme le Domaine de la Mijane, une appellation jeune dans une bâtisse ancienne liée au commerce des draps, et un domaine racheté en 2011 avec l’objectif de développer l’œnotourisme.

Cour La Mijane Bdef

Le vin, produit depuis 2014, est frais, en raison notamment des vents d’est et d’ouest qui soufflent sur le domaine, à 85% composé de rouge et 15% rosé dans l’appellation Cabardès. J’y fais une découverte originale : un Gewurztraminer du Languedoc ! Un vin plus sec que son cousin alsacien.  Et pour les amateurs de vin bio, le Domaine de Cazaban propose des vins biodynamiques dont j’aurais dû acheter plus de bouteilles…

Enfin cette escapade est aussi l’occasion de découvrir à 5 km de Carcassonne le magnifique château de Pennautier, dit le Versailles du Languedoc, construit en 1620.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les amateurs de vieilles pierres et d’histoire y verront la chambre de Louis XIII qui y dormit en 1622.  Très inspiré du style de Versailles dont il suit la mode de vaste palais ouvert sur la vue du parc, il a été plusieurs fois remanié et plus particulièrement agrandi en 1670 par l’architecte Le Vau, à l’époque même où celui-ci édifiait l’orangerie du château de Versailles. Le parc, dessiné à la française par le paysagiste Le Nôtre a gardé le même périmètre de 30 hectares que lors de la construction du château. Une pause historique dépaysante qui peut se prolonger par une nuit au château, si votre bourse vous le permet.

Un voyage à faire selon moi en dehors de la haute saison, soit à l’automne, soit au printemps.

Anne-Laure FAUBERT

 

 

 

Présentation de la saison 2014-2015 de la Cité de l’architecture et du patrimoine

C’est à l’occasion de quelques petits-déjeuners que le Président de la Cité de l’architecture et du patrimoine, Guy Amsellem, a annoncé la saison 2014-2015 de son institution.

Une saison qui sera notamment marquée par la rétrospective consacrée à Viollet-le-Duc du 20 novembre 2014 au 9 mars 2015.

Visuel

Copyright: Cité de l’architecture et du Patrimoine

Faites le test autour de vous, tout le monde connait de nom même si certains l’assimilent au Corbusier… se trompant ainsi de siècle… On ne peut qu’espérer que cette exposition atteigne les niveaux de fréquentation de l’exposition Arts décoratifs qui s’est terminée en mars 2014.

http://dai.ly/x18b8wq

Le Président est d’abord revenu sur les bons chiffres de la saison 2013-2014 « boostée » notamment par cette exposition Arts décoratifs. Une progression de 36% en cumulé pour atteindre plus de 540 000 visites dont près de 500 000  pour le musée et les expositions temporaires.

Le musée sera également revu afin de mieux expliquer comment l’architecture s’est construite. Une vision plus didactique et pédagogique qui montre l’empreinte de celui qui dirigea l’école d’architecture Paris La Villette. A ce sujet, des partenariats avec les écoles d’architecture ont été créés l’an dernier. Ils visent à fidéliser ces étudiants dès leur première année par des dispositifs spécifiques, comme le pass gratuit la première année.

Venons-en maintenant aux expositions de la Cité:

Pour la fin de l’année 2014 les expositions suivantes ont ou vont commencer:

AJAP (Albums des Jeunes architectes et des paysagistes) dont j’ai beaucoup aimé la scénographie style « cabinets de curiosité » dans la mouvance de l’exposition sur Réenchanter le monde (cf billet ici)

Revoir Paris (du 20 novembre au 9 mars 2015) ou l’utopie de la ville traitée par la BD et le livre de Jules Verne à nos jours

Viollet-le-Duc les visions d’un architecte (du 20 novembre au 9 mars 2015) : à l’occasion du bicentenaire de sa naissance il est intéressant de rappeler que l’une des composantes de la Cité du Patrimoine, le Musée des monuments français, a été créé selon vision de Viollet-le-Duc. L’exposition ne reviendra pas sur ses théories décriées de la restauration mais l’abordera via son univers scientifique. Ainsi pour l’anecdote, il avait imaginé restaurer le Mont Blanc et fumait le haschisch et en faisait des confitures.

Ars Architectonica (du 20 novembre au 9 mars 2015) laisse carte blanche à l’artiste Caroline Challan Belval qui propose une interprétation contemporaine de l’architecture à partir de l’extraordinaire répertoire de formes que constituent les collections de la Cité. Elle avait demandé à être enfermée dans les collections du musée de nuit.

Un bâtiment combien de vies ? (du 17 décembre 2014 au 28 septembre 2015) s’intéressera à la problématique de la reconstruction à travers 72 bâtiments, du patrimoine industriel à une église transformée en hôtel.

L’année 2015 sera marquée par des expositions à la fois pointues et grand public.

Lucien Kroll, architecte belge né en 1929 oublié par la génération suivante d’architectes avant d’être redécouvert. Il se caractérise par l’écoute de la parole des usagers et la construction de lieu psychiatrique en milieu ouvert

Chandigarh – ville indienne qui concentre aujourd’hui la plus importante concentration d’œuvres de Le Corbusier sur la planète,

Les années AUA – Ateliers d’urbanisme et d’architecture. On a notamment parlé du quartier de Villeneuve à Grenoble lors des dernières élections.

Vitrail contemporain : Chagall, Soulages, Bob Morris…Des originaux seront présentés.

L’architecte dans tous ses états, de la figure perçue  à la réalité

Le patrimoine s’en va-t’en guerre :  ou la façon dont la  propagande anti germanique a été utilisée dans les atteintes au patrimoine

La Programmation Cinéma a également été dévoilée puisque la Cité est un lieu emblématique du septième art avec la présence dans le passé des salles de la cinémathèque.

La saison a commencé avec Mon oncle de Jacques Tati. Plus d’informations ici avec le thème de la saison dédié à « la maison ». Il y aura également un cycle sur la ville indienne à l’écran.

LaProgrammation Photographie essaie comme à Arles d’aborder autrement l’image. Je me suis personnellement inscrite à la Nuit noire le 24 novembre. Plus d’informations ici.

Je suis sortie de la Cité en me disant que j’y passerai bien mes soirées… et qu’il était bien dommage qu’il n’y ait que 24 heures dans une journée ; )

En attendant je serai au vernissage de l’exposition Viollet-le-Duc… On en reparle sur ce blog fin novembre…