Pour les vacances, suivez Panache au château de Vaux le Vicomte!

Envie d’ailleurs se met à l’heure des vacances et vous propose quelques idées de sorties pour petits et grands!

Première étape: Vaux le Vicomte, accessible par la ligne de train menant à Provins (arrêt Verneuil l’Etang) puis par une navette.

Vue de Vaux de profil_1enviedailleurs.com.Bdef

Ceux qui me lisent régulièrement savent que Vaux le Vicomte est un de ces rares châteaux où j’ai le sentiment d’être chez moi quand je m’y rends. Ceci est lié à mes souvenirs d’enfance, au mannequin du masque de fer qu’on y trouve dans les sous-sols (histoire qui intéressait ma grand-mère et dont elle m’a souvent parlé enfant), à ma passion pour l’histoire et à un « je ne sais quoi » qui émane de ce château…

Ayant déjà parlé en 2017 de l’histoire du château, liée à Louis XIV, Colbert et Fouquet, dans cet article, et en début d’année des Noël à Vaux le Vicomte et Cheverny  je vous relaterai l’expérience que j’ai vécue en suivant Panache, l’écureuil du nouveau parcours sonore immersif dédié aux enfants (il en existe un pour adultes mais je ne l’ai pas écouté ; )).

Vaux le Vicomte_Parcours Nicolas Fouquet_1enviedailleurs.com

Je suis loin d’être une adepte des audio guides et autres applications modernes dans les musées et châteaux, et j’avoue avoir été impressionnée par ce parcours sonore. Car non seulement il est ludique et les différentes voix sont amusantes, notamment celle de Panache qui évoque bien celle d’un petit animal fureteur, mais il oblige à regarder certains objets devant lesquels on passerait trop vite, et nous relate de façon pédagogique l’histoire de Vaux le Vicomte, en faisant intervenir les différents protagonistes, de La Fontaine au cuisinier Vatel.

Parcours sonore Immersif au Château de Vaux-le-Vicomte (C) Vaux le Vicomte

Par ailleurs il m’a amenée à me retourner à plusieurs reprises, croyant que les pas dans les escaliers que j’entendais dans mon casque venaient réellement de la salle…  Amateurs de sensations fortes, voyez s’il est possible de le suivre la nuit ; ) Libres à vous ensuite de revenir sur vos pas sans casque pour revoir le château et vous attarder sur une pièce qui vous a plu ou de poursuivre la visite, en costume pour les enfants, dans le château ou dans le parc à pied ou en voiturette!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Anne-Laure FAUBERT

Prochain article: les nocturnes du zoo de Vincennes

Noël au château… La magie des jouets d’antan à Vaux le Vicomte…

Vaux le Vicomte est un château où je me sens immédiatement chez moi, une fois la grille d’honneur franchie.

vaux le vicomte_la nuit

Je l’ai découvert enfant, y suis retournée étudiante et plus récemment vous en avais parlé à l’été 2017, lors de cette visite en famille. L’histoire de Vaux vous y ayant été contée dans ce précédent article, je vous parlerai plutôt des magnifiques décorations de Noël, dignes des Grands Magasins des années 90, avant que les marques ne s’emparent de cet espace de visibilité. Pour cette treizième édition de « Vaux-le-Vicomte fête Noël » et jusqu’à ce dimanche 6 janvier 2019, jour de l’Épiphanie, Vaux se pare, à l’extérieur, de lanternes magiques, dans le Musée des Équipages de petits trains de 1900, luges et camions en bois,

vaux le vicomte_musée des équipages

et à l’intérieur, après avoir été accueillis par deux casse-noisettes géants, de jouets somptueux et différents selon les pièces. Selon les goûts, l’apothéose se trouve dans le Grand salon avec sa montgolfière géante, au-dessus d’une forêt de sapins enneigés et d’une boule à facettes, ses tons bleutés et son ambiance polaire, la bibliothèque avec les marionnettes musiciennes malgré quelques erreurs dans la tenue des instruments de musique (une flûte traversière se tient à droite)

vaux le vicomte_bibliothèque_1envieailleurs.com

 ou, au sous-sol, la table garnie de pains d’épices et de gâteaux somptueux…

vaux le vicomte_1enviedailleurs.com_cuisine

Le modèle économique choisi par Vaux diffère de celui de Cheverny dont je vous ai parlé dans mon précédent article, en étant fondé en partie sur les partenariats.

vaux le vicomte_décorations de tablea_1enviedailleurs.com

En échange de visibilité comme les sapins de Noël remplis d’ours en peluche Histoire d’ours dans l’Antichambre d’Hercule et la vaisselle Villeroy& Boch dans la Salle des buffets, ou la remise à chaque enfant d’un jouet en plastique Papo et de pain d’épices de la Maison Fossier, Vaux le Vicomte offre ainsi un spectacle grandiose à petits et grands.

Et jusqu’à dimanche, pour fêter les Rois, les enfants se voient offrir une part de couronne des rois briochée de Pasquier… Une façon originale et inoubliable de fêter les Rois…

Anne-Laure FAUBERT

 

Informations pratiques:

Venir à Vaux le Vicomte quand on n’a pas, comme moi, de voiture: départ en train de la gare de l’Est avec la ligne P direction Provins, descendre à Verneuil l’Etang puis prendre la navette Châteaubus devant la sortie de la gare.

Prix de l’entrée: 18,50€ pour les adultes, 13,50€ pour les enfants de 6 à 17 ans. Gratuit pour les moins de 6 ans

Versailles confidentiel : le potager du Roi, rencontre entre l’histoire et l’horticulture

Versailles attire deux types de visiteurs : les adorateurs du Roi Soleil, qui arpentent sur talons rouges la galerie des glaces, et les admirateurs de Marie-Antoinette, qui versent une larme émue devant le Trianon.
En revanche, on ignore généralement l’existence du potager du Roi. Pourtant, ce jardin, classé monument historique depuis 1921, est indissociable de l’histoire du château, et, plus généralement, de l’histoire du goût aristocratique.
Situé derrière la cathédrale Saint Louis, non loin de la pièce d’eau des Suisses, le potager du Roi s’étend sur neuf hectares. Son principal artisan, Jean-Baptiste de la Quintinie, s’illustra d’abord à Vaux-le-Vicomte, comme la plupart des futurs artisans de Versailles.
C’est en 1678, sous l’apogée du Roi Soleil, qu’il fut chargé de créer le potager du Roi. L’emplacement était si peu favorable que les travaux durèrent cinq ans : il fallut assécher « l’étang puant » préexistant, remblayer le terrain, construire murs et terrasses pour protéger les plantations du vent…
Enfin, on put y cultiver les denrées favorites du Grand siècle : asperges, petits pois, poires, raisins, pêches, melons… et surtout, les figues, dont raffolait Louis XIV, et pour la culture desquelles on alla jusqu’à bâtir une figuerie qui régalait le roi de juin à septembre.
En jouant des diverses expositions, en cultivant sous cloches, La Quintinie obtint, luxe inouï, des primeurs et récoltes à contre-saison : « des fraises à la fin mars, des précoces, et des pois en avril, des figues en juin, des asperges et des laitues pommées en décembre ».
arbre Versailles
Aujourd’hui, un jardinier en marinière aux allures de Pablo Picasso, coiffé du chapeau de paille auquel on reconnaît un bon jardinier, nous fait faire le tour de l’horticulteur.
Comme au XVII° siècle, le jardin s’organise aujourd’hui autour d’un carré central consacré aux légumes, et approvisionné en eau par un bassin circulaire. Basilic, aubergines, tomates, asperges, céleris… plus de quatre cents variétés légumières, récentes comme anciennes, y sont collectionnées.
Autour de ce carré central s’articulent les « chambres » à fruits, qui se caractérisent par la présence de murs couverts d’un enduit terre de sienne, additionné d’un mélange de brique pilée et de charbon de bois. Ainsi, en accumulant la chaleur, ces mortiers favorisent la croissance des arbres fruitiers taillés en espaliers, grande innovation horticole du XVII° siècle. Ici encore, de nombreuses variétés fruitières sont collectionnées. Entre deux conseils de notre guide sur comment réussir sa greffe de poirier sur cognassier, une visiteuse gourmande propose généreusement ses services pour cueillir les pêches provocantes qui se balancent à portée de main.
Le potager du Roi, lieu de modernité horticole au XVII° siècle, s’inscrit toujours dans cet esprit novateur, puisqu’on y pratique aujourd’hui une agriculture biologique : ainsi, les fleurs et les arbres fruitiers sont associés de manière à attirer les insectes indispensables à la pollinisation, des nids à mésanges et des abris à hérissons sont aménagés pour attirer ces alliés redoutables dans la lutte contre les pucerons… Ce parti pris biologique ne compromet pas le rendement du potager : on y récolte chaque année en moyenne 30 tonnes de fruits et 20 tonnes de légumes.
Après un détour par le jardin de rocaille, où le bouleau côtoie l’aucuba japonica, le visiteur passe devant la grille ouvragée, rare subsistance du XVII° siècle, que le Roi Soleil empruntait pour visiter son « Directeur de tous les jardins fruitiers et potagers royaux ». La visite se conclut devant la maison que Mansart construisit pour La Quintinie : « La porte est ouverte, La Quintinie doit être chez lui », plaisante notre guide.
Violaine FAUBERT

Une visite en famille à Vaux le Vicomte…

C’est en présence du copropriétaire des lieux, Alexandre de Vogüé, que nous avons visité de façon privilégiée le château de Vaux le Vicomte début juin. Une visite en famille costumée et un très bon goûter, qui nous ont permis de (re)découvrir le château de Fouquet, son histoire et les différents symboles qui parcourent ses murs.

 

Un château dont je ne me lasse pas et qui m’a semblé étrangement familier…

Vue Vaux le Vicomte Bdef

En 1641, Nicolas Fouquet, jeune parlementaire de 26 ans, acquiert le fief de Vaux-le-Vicomte. Il est nommé Surintendant des Finances en 1653 par le Premier Ministre, le Cardinal Mazarin. Vingt ans plus tard, après avoir réuni sur ce projet l’architecte Louis Le Vau, le peintre-décorateur Charles Le Brun et le jardinier André Le Nôtre, il en fait un chef-d’œuvre unique : le château et le jardin sont parmi les plus beaux de France.

vue du haut bedf

En 1661, il est arrêté par d’Artagnan sur ordre du Roi à qui Jean-Baptiste Colbert assure qu’il a détourné des millions, puis condamné au bannissement puis à la prison à vie par Louis XIV. Vaux-le-Vicomte est alors mis sous scellés et  le roi saisit la quasi intégralité de ce qu’il contient : tapisseries, mobilier, peintures, livres, tapis… jusqu’aux orangers ! Si le château revient dans la famille Fouquet, il est mis en vente en 1705. Il change plusieurs fois de propriétaires avant qu’Alfred Sommier ne l’achète ejuillet 1875. Ce sont ses descendants directs, la famille de Vogüé qui poursuit l’œuvre commencée il y a 140 ans.

Bibliothèque Bdef

Durant cette visite familiale nous découvrons que l’écureuil est l’emblème de la famille Fouquet, et sa devise « Quo non ascendet » (jusqu’où ne montera-t-il pas ?). Nous apprenons également que Colbert est assimilé à un serpent. Les peintures qui ornent certaines salles prennent alors tout leur sens, comme celle ci-dessous, où l’on voit l’écureuil Fouquet s’éloigner du serpent Colbert alors que le lion Louis XIV semble prêt à bondir. 

ecureuil Bdef

Visiter Vaux le Vicomte en famille, c’est aussi découvrir les animations mises en place autour des fables de La Fontaine, grand ami de Fouquet.

vue du jardin de face Bdef

En fonction de l’âge de vos enfants – les miens étaient trop petits pour découvrir la fameuse rivière souterraine – vous pourrez embarquer sur des pédalos en forme de cygne pour une balade énigme sur le grand canal – nous cherchons encore l’animal caché qu’il fallait trouver mais ce fut un beau moment – suivie ensuite d’un tour en Rosalie. Ces jeux, non compris dans le prix du billet d’entrée, sont accessibles les week-ends et les vacances du 29 avril au 5 novembre 2017.

cygnes

Si vous restez le soir pour voir Vaux le Vicomte aux chandelles et le feu d’artifice, qui gagnerait à être plus long,

# YANN PIRIOU (31)
Crédits Photo: Yann Piriou

vous croiserez sûrement des personnes costumées – enterrements de vie de jeunes filles, Anglais en goguette ou amateurs de beaux costumes – devisant dans les jardins, comme ce fut le cas au XVII°s.

déguisements

Vous pourrez même pousser plus loin et croiser le célèbre Hercule, redoré par une mécène américaine…

Hercule Vaux le Vicomte Bdef

Anne-Laure FAUBERT