Alvin Ailey et les Etés de la danse

Si la soirée du 30 juin des Etés de la danse m’avait laissé un goût d’imperfection, celle de ce soir était merveilleuse… peut-être grâce aux deux chorégraphies d’Alvin Ailey, Night creatures et Revelations… ou comment mêler racines afro-américaines, danse moderne, jazz et gospels…

Night creatures (1974), sur une musique de Duke Ellington, dégage un parfum sensuel, avec ces corps ondulants au gré de la musique…

Revelations (1960) associe danse moderne, gospels et costumes tantôt contemporains, tantôt blancs ou jaunes rappelant une certaine époque de la Louisiane. L’utilisation de longs rubans verts et bleus donne à l’un des tableaux un côté féérique.

Entre ces deux pièces, In/side (2008) de Robert Battle, déjà vu le 30 juin, dégage un certain érotisme…

Quant à Takademe (1999) et The Hunt (2001), tous 2 de Robert Battle, je les ai trouvés intéressants…

Au final, une soirée dont se dégage une énergie folle et où le public tape des pieds, applaudit à tout rompre, hurle… Un public bien moins policé qu’à Garnier… et qu’on croise ensuite dans la rue en train d’esquisser des pas de danse… C’est ce qui rend les Etés de la danse si sympathique…

 

 

Nouvelle édition des Etés de la danse: à vos agendas!

Je vous avais déjà parlé l’an dernier des Etés de la danse, manifestation que je suis régulièrement depuis 2009.

Je vous avais notamment expliqué en quoi cela consistait dans Les étés de la danse « pour les nuls« . Je pense d’ailleurs que de nombreux touristes seraient ravis que ce genre d’initiative se développe dans d’autres lieux et d’autres pays, afin d’avoir des spectacles de qualité à se mettre sous la dent pendant les congés d’été…

La nouvelle édition se déroulera au Théâtre national de Chaillot puis au théâtre du Châtelet et accueillera également des compagnies américaines, en l’occurrence la Paul Taylor Dance Company (du 19 au 28 juin) et l’Alvin Ailey American Dance Theater  (du 25 juin au 21 juillet).

J’avais pu découvrir une pièce de Paul Taylor l’an dernier,  Promethean Fire  sur le 11 septembre et je n’avais pas vraiment accroché… Ce qui ne m’empêchera pas d’y retourner cette année, ne serait-ce que pour espérer voir le chorégraphe. On le dit présent aux deux dernières représentations, celles des 27 et 28 juin…

Francisco Granciano (c) Jordan Matter Photography

Francisco Granciano (c) Jordan Matter Photography

Les 13 ballets représentés sont les suivants:

  • Aureole (1962)
  • Big Bertha (1970)
  • Esplanade (1975)
  • Cloven Kingdom (1976)
  • Mercuric Tidings (1982)
  • Roses (1985)
  • Syzygy (1987)
  • Brandenburgs (1988)
  • Company B (1991)
  • Piazzolla Caldera (1997)
  • Beloved Renegade (2008)
  • The Uncommitted (2011)
  • Gossamer Gallants (2011)

N’en connaissant aucun, je ne me prononcerai pas sur le sujet… Voir sur le site des étés de la danse pour le détail des soirées.

Concernant la deuxième compagnie, l’Alvin Ailey American Dance Theater, je l’avais découverte lors d’une précédente édition des Etés de la danse et j’avais A-DO-RE Revelations, leur pièce « signature » tant pour les negro spirituals, la chorégraphie et les costumes blancs ou jaunes inspirés de la Louisiane… Bref, j’y retourne les yeux fermés…

Les 15 ballets présentés sont les suivants:

•    3 ballets d’Alvin Ailey : Night Creature, Revelations, Streams

•    3 ballets de Robert Battle : In/Side, Takademe, The Hunt

•    1 ballet de Judith Jamison : Love Stories avec Robert Battle et Rennie Harris

•    3 ballets d’Ulysses Dove : Episodes, Urban Folk Dance, Vespers

•    1 ballet de Camille A. Brown : The Evolution of a Secured Feminine

•    1 ballet de Rennie Harris : Home

•    1 ballet de Ohad Naharin : Minus 16

•    1 ballet de Paul Taylor : Arden Court

•    1 ballet de Joyce Trisler : Journey

Voir sur le site des étés de la danse pour le détail des soirées.

Les étés de la danse « pour les nuls »…

Avant de faire le point sur la saison danse 2010-2011 de l’Opéra de Paris, j’avais envie de vous parler des Etés de la danse où je serai ce soir. La seule soirée où j’arrivais à concilier mon agenda, Afternoon of a Faun de Jérome Robbins et Nine Sinatra Songs dont j’avais vu « Strangers In The Night” au Gala pour le Japon.

Cette idée d’article m’est venue à la suite d’une question posée par une amie : « mais au juste c’est quoi les étés de la danse? » C’est vrai que vu comme ça, c’est mystérieux…

Initiative lancée en juillet 2005, ce festival permet de voir chaque été, notamment au théâtre du Châtelet, et alors même que les autres salles terminent leur saison, une compagnie de danse connue internationalement ou un chorégraphe.

Je le suis désormais depuis 3 ans et j’ai à chaque fois de très belles surprises.

En 2009, j’avais ainsi pu découvrir l’Alvin Ailey American Dance Theater (ci-dessous affiche de la 5° édition des Etés, source: Etés de la danse). Il y avait notamment Revelations, ballet créé en 1960 par Alvin Ailey et dont les negro spirituals, la chorégraphie et les costumes blancs ou jaunes inspirés de la Louisiane étaient magnifiques. Un de mes ballets préférés…

L’an dernier, outre le célèbre Mikhail Baryshnikov, qui à plus de 60 ans, dansait « Solo for Two » avec Ana Laguna, muse de Mats Ek, j’avais revu mes classiques avec le ballet de Novossibirsk: La Bayadère, Le lac des Cygnes (version Ivanov / Petipa), mais aussi un hommage à Balanchine dont j’aime beaucoup le côté graphique. Ce n’était pas toujours très propre et notamment dans la deuxième partie du Lac, les danseuses / cygnes ne descendaient pas toutes le pied en même temps mais les décors étaient somptueux. J’y ai surtout découvert un couple de danseurs extraordinaires: Olessia Novikova et Leonid Sarafanov du Mariinski (Saint Petersbourg)… Une finesse et des sauts comme on en fait peu en France…

J’ai hâte de voir le cru 2011…