Le musée Pouchkine prend ses quartiers d’hiver à la Fondation Custodia à Paris…

C’est une exposition d’une grande qualité artistique doublée d’une grande rareté que nous invite à découvrir la Fondation Custodia, située près de l’Assemblée nationale à Paris. « Le musée Pouchkine, cinq cents ans de dessins de maîtres » porte bien son nom! En effet, parmi les 27 000 dessins que conserve le musée d’Etat des Beaux-Arts de Moscou ou musée Pouchkine,  cette première rétrospective de plus de 200 œuvres graphiques, pour certaines jamais sorties de ce musée, nous donne à voir les écoles européennes et russes, du XV° au XX° siècles.

unknown document
Rembrandt Harmensz van Rijn (Leyde 1606 – 1669 Amsterdam), Étude d’une femme tenant un enfant dans les bras, vers 1640 Plume et encre brune, rehauts de blanc, 110 × 67mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou

Le visiteur côtoie alors  des chefs d’œuvres d’artistes très connus comme Dürer, Rembrandt, Carpaccio, Tiepolo, Matisse ou Picasso, et d’autres moins connus en Europe

unknown document
Vladimir Tatline (Moscou 1885 – 1953 Moscou), Un Szlachcic de Pologne, 1913 Aquarelle, lavis d’encre noire, graphite sur carton, 448 × 316 mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou

et aussi intéressants comme le magnifique Un Szlachcic de Pologne de Vladimir Tatline (Moscou 1885 – 1953 Moscou) à la ligne épurée et vive, ou le touchant Cheval rouge, 1924 de Nikolaï Koupreyanov (Vlotslavsk 1894 – 1933 Moscou).

unknown document
Nikolaï Koupreyanov (Vlotslavsk 1894 – 1933 Moscou), Cheval rouge, 1924 Plume et encre noire, lavis gris, aquarelle, graphite, 265 × 343 mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou

J’y ai retrouvé avec un plaisir certain les Deux hommes au bord de la mer, 1830-1835 Caspar David Friedrich (Greifswald 1774 – 1840 Dresde), symbole du Romantisme allemand et souvenir, pour le peintre, de mes cours d’allemand;

unknown document
Caspar David Friedrich (Greifswald 1774 – 1840 Dresde), Deux hommes au bord de la mer, 1830-1835 Pierre noire, plume et encre brune, lavis brun (sépia), 234 × 351 mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou

et découvert un intriguant Portrait d’une jeune femme (La Mousmé), 1888 de Vincent Van Gogh (Groot Zundert 1853 – 1890 Auvers-sur-Oise). 

unknown document
Vincent van Gogh (Groot Zundert 1853 – 1890 Auvers-sur-Oise), Portrait d’une jeune femme (La Mousmé), 1888 Plume métallique, plume de roseau et encre noire, sur un tracé au graphite, 325 × 245 mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou

J’ai visité le musée Pouchkine en 2008 et j’ai retrouvé dans cette exposition à la Fondation Custodia la classification du musée. On passe ainsi du dessin du XVI°s avec les Poussin, Rembrandt et Rubens, au siècle des Lumières avec les Fragonard et les David, avant de découvrir les éléments naturels déchaînés ou calmes du Romantisme allemand, la ligne surprenante de Van Gogh et des avant gardes européennes de Matisse et Picasso.

matisse-danse-copyright
Henri Matisse (Le Cateau-Cambrésis 1869 – 1954 Nice), La Danse (Composition no I), 1909 Plume et encre noire, aquarelle, 221 × 320 mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou © Succession H. Matisse

Une exposition qui permet également au public parisien de (re)découvrir les dessins des peintres russes Malevitch, Tatline et Kandinsky et des avant gardes russes. Une belle introduction également que cette dernière partie à l’exposition sur l’art du réalisme soviétique annoncé au Grand Palais au printemps de cette année.

 

Anne-Laure FAUBERT

Exposition à la Fondation Custodia – 121 rue de Lille – Paris VII° – Jusqu’au 12 mai 2019

Paul Klee, l’ironie à l’oeuvre au Centre Pompidou

Autant l’écrire d’emblée, le début de l’exposition Paul Klee est triste. Noirs sont les dessins de l’artiste, sombres sont ses sentiments puisque de retour de son voyage à Rome et confronté à tant de grandeur il sombre dans la dépression et manque de se suicider.

WP_20160420_003

Et l’affiche joyeuse choisie pour communiquer sur cet événement est en contradiction avec les premières salles.

WP_20160420_022

Pour comprendre le titre de l’exposition, il faut repartir de l’idée du philosophe Friedrich Schlegel (1772- 1829) selon laquelle l’ironie s’entend au sens de création.

Proche de Kandisky, Paul Klee (1879-1940) est à la fois peintre, sculpteur, graveur et dessinateur. Issu d’une famille de musiciens, il est poussé par sa grand-mère maternelle vers le dessin, et ne se consacre pas à la musique par manque de confiance en lui.

On sent dans sa sculpture l’influence de Rodin et certains thèmes parcourent son oeuvre comme celui de l’ange (et notamment celui ci-dessous qui reste mon préféré de l’exposition).

WP_20160420_020

On y retrouve aussi de fréquentes dénonciations du mouvement Bauhaus (comme son fils Felix), un autoportrait comme équilibriste face à ce mouvement et une prédisposition pour les machines et les automates, réminiscence de son enrôlement dans l’aviation militaire pendant la Première Guerre mondiale.

WP_20160420_012

Exposé aux Arts dégénérés en 1938 par le régime nazi, Paul Klee en est comme beaucoup d’artistes profondément affecté. Sa dernière oeuvre exposée au Centre Pompidou, un ange à nouveau, nous offre une intéressante réflexion sur la condition humaine…

WP_20160420_024

Paul Klee, l’ironie à l’oeuvre –  Centre Pompidou – Jusqu’au 1° août 2016