La route des fromages AOP de Normandie : histoire et secrets de fabrication…

Place pour cet article à un nouveau rédacteur: Andrei Sol. qui connaît mieux que moi les secteurs agricole et les accords mets et vin/ cidre.. J’avais déjà traité le sujet gastronomique des fromages, et notamment de l’abbaye de Tamié et de leur fromagerie dans cet article consacré à la Savoie.

« Tout le monde connaît le camembert, le fromage à pâte molle le plus vendu en France. Mais connaissez-vous son histoire et les secrets de sa fabrication ?

camembert_Blog

Le célébrissime Camembert de Normandie, mais aussi le Neufchâtel, le Pont-L’Evêque et le Livarot vont vous dévoiler leurs secrets sur la nouvelle route touristique des fromages AOP de Normandie ! Cette route des fromages normands vous propose 70 escales gourmandes : restaurants, crèmeries-fromageries, éleveurs et producteurs de fromages. A vos fourchettes !

 

 

 

L’un des fleurons de notre gastronomie française, le camembert de Normandie porte ce nom car il a été créé à la fin du 18ème siècle dans le village de Camembert dans l’Orne. Il bénéficie d’une Appellation d’Origine Protégée depuis 1983. Le camembert de Normandie, à ne pas confondre avec le camembert fabriqué en Normandie, se fait selon un cahier des charges précis. Il doit être fabriqué à partir de lait cru, produit par des vaches de race normande qui pâturent au moins six mois dans l’année. Le caillé qui en est issu est moulé en cinq couches successives et égoutté. Difficile d’imaginer la Normandie sans ses vastes bocages et son maillage dense des haies, avec de l’herbe riche et verdoyant. Ce sont ces bocages qui accueillent les vaches de race Normande. Cette vache est indispensable aux AOP de Normandie car elle produit un lait très riche en matière grasse et protéines, donc particulièrement adapté pour la production de fromages. En hiver, ces vaches laitières sont nourries avec du fourrage et du maïs produits à plus de 80% sur l’exploitation, ce qui garantit une nourriture normande de qualité. Tout se passe donc en Normandie, de la fourche à la fourchette !

aumonière de camembert_1enviedailleurs.com
Aumônière de camembert de Normandie

Pour accompagner la dégustation des fromages normands, au lieu du traditionnel vin rouge, pourquoi ne pas opter plutôt pour le cidre. L’accord tient au terroir, puisque les deux sont produits sur la même zone. Les cidres demi-secs, qui ont une petite rondeur sucrée, accompagnent particulièrement bien les fromages à pâte molle à croûte fleurie comme le Camenbert de Normandie: le caractère onctueux et les arômes intenses du fromage sont parfaitement mis en valeur par ce cidre avec une grande ampleur en bouche et des arômes puissants. Pour accompagner le Livarot et le Pont-L’Evêque, puissants au niveau aromatique, préférez en revanche des cidres bruts, riches en saveurs et peu sucrés.

Neufchâtel, camembert et cidre_1enviedailleurs.com

Last but not the least : savez-vous qu’il est préférable de garder les fromages dans votre cave à vin pour préserver leurs qualités gustatives ? Si toutefois, vous êtes obligés de les mettre au réfrigérateur, préférez votre bac à légumes pour limiter l’impact néfaste des températures trop basses. Bonne dégustation ! »

Andrei Sol.

Idée de week-end: escapade savoyarde à l’abbaye de Tamié et dans la cité médiévale de Conflans

Il existe à mon avis peu de caves à fromages situées sous le déambulatoire d’un cloître. Retour sur l’Abbaye de Tamié, lieu atypique, où prières et fromage au lait cru coexistent, relique des ordres monastiques qui fleurirent au Moyen-Âge en France et en Europe.

Fondée en 1132, l’abbaye de Tamié produit dès cette époque du lait afin de nourrir la communauté qui y habite. Située loin des villes et en montagne, l’abbaye se doit de pourvoir aux besoins de ses frères. Chassés par la Révolution française les moines reviennent ensuite et adaptent le fromage  Port-du-Salut.

séparation lait TamiéMais ce n’est que dans les années 1960 qu’un moine décide de décliner le gros tamié en petit tamié en prenant des moules de Reblochon. Raconté par le frère Nathanaël en ce beau matin d’octobre, la visite permet de découvrir les différentes étapes de production du Tamié, fromage proche du Reblochon  et dernier fromage au lait cru produit par un ordre monastique en France.

Cave à fromages sous le cloitre de l'abbaye de Tamié

Produit à partir du lait de trois races de vaches provenant des coopératives locales, il faut 8 litres de lait pour produire un kilo de lait. Posés d’abord sur des planches d’épicéa puis sur des claix en inox dans la fameuse cave à fromages, les fromages sont affinés pendant 3 semaines. 900 grands fromages et 2700 petits sont ainsi produits par semaine, avant de partir à 65% vers la Savoie et la Haute Savoie puis vers Paris et le reste du monde. C’est dans la librairie boutique attenante à l’abbaye que j’ai acheté le mien, après avoir dévalisé la librairie très bien achalandée tant au niveau religieux que de la littérature jeunesse.

La suite du voyage se poursuit par une visite guidée de la cité médiévale de Conflans, que j’avais déjà visitée un après-midi d’hiver il y a quelques années.

chat botté bdef

Si Conflans est désormais l’un des quartiers d’Albertville, et ressemble davantage à un village musée avec ses placettes charmantes et ses enseignes de marchands remises au goût du jour (une enseigne est à la base faite pour les illettrés et ne comporte pas d’écriture) elle était au Moyen-Âge une ville riche située sur le chemin principal reliant la Tarentaise à l’Italie.

enseignes Conflans bdef

Les comtes puis ducs ( à partir de 1416) de Savoie font de  Chambéry leur capitale et passent l’hiver en ville afin de régler alliances matrimoniales et affaires commerciales, avant de repartir à la campagne au printemps. Conflans fait construire lors de la Contre Réforme une belle église baroque, dans la droite ligne de Turin, un des grands centres du baroque.

église baroque Conflans bdef

Mais Conflans décline progressivement à partir du XVIII°s avec l’assèchement des marécages puisque son rôle défensif disparait alors. En 1836, l’acte fondateur d’Albertville (du deuxième prénom du roi de Piémont Sardaigne, Charles-Albert) et le transfert en 1860 de la capitale du royaume à Turin avec le rattachement de la Savoie à la France, transforment Conflans en belle endormie.

Elle s’anime désormais surtout l’été puisque des ateliers d’artisans y sont ouverts, et la maison rouge construite en 1397 sous l’influence des briques italiennes, abrite désormais un musée…