Para-ll-èles de Nicolas Le Riche et Clairemarie Osta au théâtre des Champs Elysées: un ballet poétique mais décousu

Conçu et dansé à deux, couple dans la vie et à la danse,  Para-ll-èles (2016) se veut une réflexion sur le couple, la vie et la mort.

Sur une musique de Matthieu Chedid, Nicolas Le Riche et Clairemarie Osta évoluent d’abord de façon classique et poétique, puis tels des coureurs de fonds, ils semblent traverser leur vie, parallèle l’un à l’autre, avant de se croiser de temps en temps.

Images Parallèles

Copyright: Lisa Roze

Cette création mêle danse – duos en solos, solos à deux, glissades, sauts, portés, paroles – dont certaines répétées en canon – et effets de lumière.

Les paroles lues sont profondément tristes et résonnent profondément dans le cœur des spectateurs, en fonction de leur vie de couple. Que reste-t-il de élans amoureux du début, devenons-nous « inatteignable » pour l’autre?

La relation amoureuse est mise à nue grâce à la danse, et il est dommage que certaines séquences semblent bien loin du propos, non sur le fond, mais dans la forme employée. On court beaucoup dans ce ballet, un peu trop . Dommage que la métaphore amoureuse ne soit pas davantage filée.

« Entre toi et moi il n’y a rien
Entre toi et moi il y a tout
Entre toi et moi il y a nous »