Hommage à Jérôme Robbins au Palais Garnier…

Soirée du 2 novembre 2018 au Palais Garnier

Autant le dire d’emblée, je suis allée voir ce spectacle, dont je connaissais 3 des 4 ballets, pour Afternoon of a Faun… Ce ballet onirique et sensible me plait énormément…

Escalier_Bdef

Une soirée bien agencée il est vrai : Fancy free (1944) pour faire rire et démarrer d’un bon pas, A suite of dances ou la respiration technique et musicale, avant une deuxième partie composée d’Afternoon of a Faun (1953) et de Glass Pieces (1983). Nous étions quatre – deux adultes et deux enfants du même âge – et chacun a préféré un morceau différent… Et comme le mérite n’attend pas le nombre des années, on peut avoir 6 ans et préférer A suite of dances et Glass Pieces, et non Fancy Free ballet a-priori le plus abordable…

Fancy free est un ballet cocasse, aux attitudes exagérées, mais dont le trio de marins constitué d’Alessio Carbone, Paul Marque et Alexandre Gasse, avait parfois du mal selon moi à former un ensemble cohérent. Trois bons danseurs séparément ne font pas forcément un trio convaincant. Face à eux, Dorothée Gilbert était tout en jambes – avec ce jeu si spécifique plein de finesse qui la caractérise – et minauderies, pendant que Valentine Colasante exécutait une danse plus terrienne. Roxane Stojanov poussait les minauderies à l’extrême, dans une danse aérienne.

A suite of dances, solo de Paul Marque sur une musique de Bach, était un chef d’œuvre technique. Un solo magnifique, loin des figures imposées qu’on pourrait craindre pour ce type de ballet. Dommage toutefois que le dialogue avec la violoncelliste n’ait pas été plus abouti. Une façon pour mon fils de découvrir qu’un homme peut danser seul sur scène et réaliser des mouvements magnifiques. Ce fut son ballet préféré de la soirée.

Hommage à Jérôme Robbins_afternoon of a faun

Afternoon of a Faun met en scène un faune danseur, Germain Louvet, qui rencontre une muse, Léonore Baulac. Un couple à la scène dans la droite ligne de Myriam Ould Braham et Mathias Heyman… Une interprétation toute en finesse, avec un faune ravissant aux mouvements fluides et une muse à la danse légère et aérienne, comme un songe… Un poème onirique de toute beauté…

Hommage à Jérôme Robbins_Glass Pieces

Enfin Glass Pieces clôturait la soirée sur une musique de Philipp Glass que je n’aime pas car entêtante jusqu’à l’énervement. Une manière pour mes enfants de découvrir que la danse américaine (mais pas que) permet aux danseurs de marcher sans but apparent, et à Robbins de montrer tout son génie des ballets de groupe… Un ballet dont – hormis la musique- on ne se lasse pas… car selon ma fille de 6 ans « c’est beau toutes personnes qui se déplacent »… ; )

Anne-Laure FAUBERT

La fille mal gardée… le ballet gourmandise de l’été…

Tous comme les « marronniers » chorégraphiques de l’hiver que sont Le Lac des Cygnes, Casse-noisette ou Cendrillon, l’été a également ses ballets gourmandises… Et La fille mal gardée en fait partie.

Cendrillon 3 décembre 2011

L’histoire est simple: une mère enferme sa fille chez elle car elle souhaite la marier contre son gré à quelqu’un qu’elle n’aime pas et le happy end est prévisible. On retrouve bon nombre de passages attendus des ballets classiques: danses de caractère des villageois, apparition d’un poney sur scène, scènes galantes, promis niais contre amoureux transi élégant et fin… Tout y est pour faire de ce ballet, au demeurant considéré comme le plus ancien du patrimoine classique, une œuvre grand public que le public averti bouderait… Et pourtant non… Balletomanes ou néophytes s’y pressent, alors même que la version de 1959 de Frederick Ashton revient régulièrement au Palais Garnier….

Fille mal gardée MOB MH

Pourquoi me direz-vous?

Me concernant, si je ne compte plus le nombre de fois où je l’ai vu depuis mes études, c’était tout d’abord pour ma « twin connection » de 6 ans. Résultat assuré pour la Demoiselle qui en sortant m’a dit « Maman je préfère ce ballet à Giselle (son ballet préféré depuis 2 ans et vu – déjà – à plusieurs reprises). Quant au Damoiseau, il a confirmé son intérêt pour la danse contemporaine, comme Forsythe qui lui avait fait une grande impression dans ce même lieu. J’y étais allée aussi pour voir le couple Mathias Heyman / Myriam Ould Braham… magnifique en février de cette année dans Onéguine et y ai découvert une Léonore Baulac dans la droite ligne de Myriam Ould Braham – un je ne sais quoi en moins toutefois – et un Allister Madin qui mériterait selon moi de ne pas rester éternellement sujet…

la fille mal gardée LB_AM

La scène des rubans est toujours aussi belle, les pas de deux toujours aussi sensuels, le port des bras de Léonore Baulac élégant et moelleux… et le happy end attendu en adéquation avec le soleil de l’été… Derrière ce ballet en apparence très simple, se cachent en réalité des questionnements sur le consentement, l’amour, l’argent… et la volonté de prendre en main sa destinée… Un double niveau de lecture rendu cocasse par les comportements caricaturaux de la mère et du prétendant, dont on se demande s’il est bête, maladroit, ou souffrant d’un retard de développement intellectuel…

Une gourmandise estivale qu’il serait dommage de rater!

Anne-Laure FAUBERT

Palais Garnier – Jusqu’au 14 juillet 2018

 

Concours interne 2013 du ballet de l’Opéra de Paris: récapitulatif

Demain aura lieu le concours interne du ballet de l’Opéra de Paris, côté hommes. Les femmes passeront samedi.

Ce concours, qui se déroule tous les ans, permet aux danseurs et danseuses de progresser dans la hiérarchie en fonction des places disponibles. Ils interprètent deux variations, une imposée et une libre.

Les quadrilles concourent pour les postes de coryphée, les coryphées pour ceux de sujets et les sujets pour ceux de premier/e danseur/ se

Les postes à pourvoir sont côté hommes:

– deux postes de premier danseur (mes favoris: François Alu et Pierre-Arthur Raveau qui est monté très vite)

– deux postes de sujet ( pas d’idée sur la question)

–  deux postes de coryphée (mon favori, Germain Louvet qui vient d’obtenir le prix Carpeaux)

Les postes à pourvoir sont côté femmes:

– un poste de première danseuse (favorite: Amandine Albisson, comme l’an dernier puis Héloïse Bourdon – mais il n’y a qu’une place…)

– deux postes de sujet (favorites: Sae Eun Park, qui vient de recevoir le Prix Carpeaux, et Letizia Galloni que j’ai adorée dans Glacial decoy de Brown)

– deux postes de coryphée (favorite: Léonore Baulac)

Un concours très sélectif qui laisse notamment peu de possibilités pour la première danseuse qui sera choisie.

Côté variations, les classes d’hommes danseront sur:

Quadrilles – variation du Pas de cinq (les Pierres précieuses), acte III de La Belle au Bois dormant, chorégraphie de Rudolf Noureev d’après Marius Petipa.

Coryphées –  variation de Lucien d’Hervilly du Grand pas de Paquita, chorégraphie de Pierre Lacotte d’après Joseph Mazillier et Marius Petipa.

Sujets – variation d’Albrecht, acte II de Giselle, chorégraphie de Jean Coralli et Jules Perrot.

Côté variations, les femmes danseront sur:

Quadrilles –  Variation extraite de Célébration, chorégraphie de Pierre Lacotte

Coryphées –  variation de la Flûte, extrait de Suite en blanc, , chorégraphie de Serge Lifar

Sujets – variation de Raymonda, valse fantastique, acte I de Raymonda, chorégraphie de Rudolf Noureev d’après Marius Petipa.

Demain, les résultats seront connus vers 15h. Les quadrilles et les coryphées passeront le matin et les sujets l’après-midi.

Samedi, le même ordre sera respecté avec des résultats vers 17h30.

Le Concours interne de promotion 2011 du Ballet de l’Opéra de Paris: les résultats côté danseuses

Résultat des sujets

1 – Alice Renavand, promue Première danseuse.

2 – Amandine Albisson

3 – Héloïse Bourdon

4 – Aurélia Bellet

5 – Charline Giezendanner

6 – Laura Hecquet

Comme quoi je me suis complètement trompée sur mes pronostics – Laura Hecquet et Amandine Albisson – pour Danses avec la plume. En fait c’est étrange mais je suis davantage déçue pour Amandine Albisson que pour Laura Hecquet… Bizarre, bizarre… Son rôle dans Psyché de Ratmansky?  Ma candidate préférée, Miteki Kudo, ayant quitté la compagnie, j’ai peut-être un regard plus distancié…

Résultat des coryphées

1 – Sylvia Saint-Martin, promue sujet

2 – Lucie Clément, promue sujet

3 – Caroline Robert, promue sujet

4 – Eléonore Guérineau

5 – Charlotte Ranson

6 – Aubane Philbert

 Je croyais davantage à Eléonore Guérineau très présente la saison dernière et à Laure-Adélaïde Boucaud. Je préférais cependant Ghyslaine Reichert et Sylvia-Cristel Saint-Martin, « au double de Juliette convaincant ». Me voici en partie exaucée : )))

Résultat des quadrilles

1 – Marine Ganio, promue coryphée

2 – Juliette Hilaire, promue coryphée

3 – Lydie Vareilhes, promue coryphée

 4 – Letizia Galloni, promue coryphée

 5 – Jennifer Visocchi

 6 – Léonore Baulac

Mes pronostics portaient sur Léonore Baulac, Marine Ganio, Natacha Gilles et Jennifer Visocchi, sans préférence.

Je suis vraiment contente pour Marine Ganio. Peut-être parce qu’elle est la soeur cadette de ce beau gosse de Mathieu Ganio ; )

Bon sang ne saurait mentir…

 

Et vous, vos réactions, déceptions, remarques??