Saint-Louis des Invalides, la cathédrale des armées françaises ou « le corps, l’âme et l’esprit de la Nation française » a désormais son livre

Si l’on devait résumer Saint Louis des Invalides de façon provocante on dirait qu’il s’agit du magnifique échec d’un architecte qui s’est fait « prendre sa place » par un autre, plus jeune, moins titré… Une situation que l’on peut retrouver de nos jours dans d’autres sphères… En effet Libéral Bruand (1636-1637) construisit la cour des Invalides mais Jules Hardouin-Mansard lui prit l’église. Bruand avait conçu la façade pour Dieu et souhaitait une église modeste : après avoir croisé le Roi sur l’esplanade, on arrivait à l’église, alliance du trône et de l’autel. Jules Hardouin-Mansard proposa au Roi une église grandiose, flattant ainsi ses ambitions.

Ce sont ces différentes informations que l’on retrouve dans le premier ouvrage consacré à Saint-Louis des Français, la cathédrale des armées françaises, fruit du travail du musée de l’Armée, d’historiens, et des éditions La nuée bleue et qui réunit une trentaine d’auteurs, selon les règles de cette collection : un travail scientifique tourné vers le grand public.

Saint-Louis des Invalides-couv

Voulu par Louis XIV pour soigner les soldats meurtris par ses guerres et pour affirmer la gloire de son règne, l’Hôtel national des Invalides est l’un des sommets de l’architecture classique française. Les plus fameux artistes de l’époque y œuvrèrent, dont Jules Hardouin-Mansart, qui conçut l’église des Soldats et le fameux Dôme des Invalides. La richesse des décors peints et sculptés, tapisseries, livres et objets, symbolisent les fastes Grand Siècle, dans une organisation de l’espace pour les malades et invalides. Converti en mausolée impérial par Louis-Philippe pour accueillir le tombeau de Napoléon, interdisant ainsi l’accès au point clé de la vue de l’édifice, le Dôme est devenu l’un des sites les plus visités de Paris. Quant à l’église des soldats, elle devient le lieu de présentation des drapeaux pris à l’ennemi, et accueille les sépultures des gloires militaires du pays, puis le siège de l’évêque aux Armées, ce qui lui confère le statut de cathédrale reconnue comme telle par le Pape Jean Paul II en 1986, faisant de Paris une ville avec deux cathédrales. Saint Louis des Invalides reste un haut lieu de la mémoire nationale dont nous devons prendre soin et constitue, selon l’expression de Monseigneur Antoine de Romanet de Beaune, évêque aux Armées françaises, « le corps, l’âme et l’esprit d’une Nation » et de tous ceux qui se sont engagés pour elle. « Sans cette cohésion l’homme se disloque. Ici tout est symbole. L’art élève l’esprit. »

Coupole_Saint Louis des Invalides
La coupole du Dôme des Invalides Photo: Anne-Laure Faubert

Ce livre, conçu en trois parties – L’architecture en majesté ; Un décor souverain et La gloire, le deuil, la mémoire – et poussant plus loin les recherches de l’ouvrage précédent, Les Invalides, 3 siècles d’histoire en 1974, est tout d’abord l’occasion de rappeler que « les peuples qui perdent la mémoire risquent de perdre la vie ».

Le « fantasme français » de la cathédrale, selon l’expression de l’historien Alexandre Gady, est celui de la cathédrale gothique du Moyen-Âge, ce qui n’est en aucun cas l’architecture du Dôme des Invalides. Pour comprendre les Invalides, il faut songer à Saint Pierre de Rome ou Saint Paul de Londres . Les pays chrétiens se livrent une compétition pour les Dômes. Lorsque la construction du Dôme des Invalides est achevée en 1706, le ministre Vauban le considère comme « la cinquième roue du carrosse » et trouve que l’on dépense trop d’argent pour se montrer. Jules Hardouin-Mansart flatte le Roi par les dimensions de l’édifice et souhaite créer une pièce d’urbanisme. La patte d’oie architecturale place Vauban renvoie à celle de Versailles créée par André Le Nôtre. Ces deux places restent, de nos jours, disproportionnées dans leur environnement.

Ce livre nous montre aussi la perfection architecturale atteinte par l’édifice, entre le carré et le cercle, et l’absence de la déperdition que l’on trouve à Saint-Pierre de Rome. L’extraordinaire fluidité de la vision latérale et d’ensemble a perdu malheureusement son point clé avec le tombeau de Napoléon. Par ailleurs la dernière partie de l’ouvrage rappelle l’importance de « l’église de la mémoire », approche jusque là négligée. En effet, cette église compte 120 sépultures militaires, soit plus que celle de la basilique de Saint-Denis, ce qui en fait une nécropole importante. Enfin, depuis 50 ans des concerts de musique sacrée s’y tiennent. Saint Louis des Invalides, ou l’alliance réussie de la continuité et du renouveau.

Un livre, à mettre selon moi dans la liste des cadeaux pour les passionnés d’histoire et des beaux livres et qui pour la somme de travail qu’il représente reste dans des prix raisonnables (85€ voire moins avec la carte adhérent FNAC). Un livre qui rejoint une de mes matières préférées pendant mes études: l’histoire et particulièrement tout ce qui concerne le « devoir de mémoire ».

Anne-Laure FAUBERT

Voyage culturel et vigneron le long du Canal du Midi…

Dans la région du Languedoc se cachent de petites merveilles, tant historiques que vinicoles. Arrêtons-nous d’abord sur l’histoire du canal du Midi, avant de découvrir Carcassonne et le château de Pennautier, et quelques vins comme des vins bio et un Gewurztraminer du Languedoc.

Canal_Bdef

Canal reliant Toulouse à la mer Méditerranée depuis le XVII° siècle et conçu par Pierre-Paul Riquet, le « canal royal en Languedoc » devenu « canal du Midi » en 1789 révolutionne à l’époque le transport fluvial et la circulation du Midi de la France de l’Ancien Régime. Inscrit depuis 1996 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, il se parcourt désormais en bateau ou se longe à vélo et se prête à des photos splendides.

détail Mijane Bdef

Continuons ensuite par Carcassonne, cité médiévale perchée sur une colline rocheuse, classée au Patrimoine mondial de l’Unesco. Je l’avais découverte enfant puis étudiante. Elle n’a pas changé, portant toujours les traces de la rénovation de Viollet le Duc au XIX°s, décédé un an avant la fin de ce chantier. En y réfléchissant je me dis que cet homme est aussi controversé que Le Corbusier au XX°s, mais là n’est pas le sujet.

intérieur Cracassone Bdef

Le nom de Carcassonne viendrait de Dame Carcasse, une sarrasine, qui en sonnant la victoire après un siège, aurait ainsi créé le nom : Carcasse sonne.

Dame Carcasse

L’histoire de Carcassonne remonte aux Romains qui emmènent dans la région la culture de l’olive et de la vigne, et les ruches. Carcassonne prend son importance au XIe avec les Comtes de Trencavel, vassaux du comte de Toulouse, avant d’appartenir à Simon de Montfort et à Saint Louis et la couronne de France. Les défenses de la cité sont réalisées sous Saint Louis et la cité est réputée imprenable. De nombreuses gargouilles parcourent la ville, afin d’effrayer les mauvais esprits.

Carcassone_maison Bdef

Carcassonne se développe autour du commerce de la laine et les hôtels particuliers témoignent encore de la richesse des marchands tisserands. La basilique de Carcassonne nous offre un bel exemple d’art roman occitan. On y trouve des vitraux originaux: l’arbre de Jesse représente comme il se doit la généalogie de Jésus mais ce qui attire mon attention est le vitrail représentant  Adam et Eve mangeant tous les deux le fruit défendu.

arbre de Jessé Bdef

De cette ville naguère florissante, il ne reste que 48 habitants permanents dans la cité en raison de problèmes d’humidité… et de nombreux magasins.

Cette escapade dans le Languedoc est aussi l’occasion de découvrir de jolis domaines vinicoles comme le Domaine de la Mijane, une appellation jeune dans une bâtisse ancienne liée au commerce des draps, et un domaine racheté en 2011 avec l’objectif de développer l’œnotourisme.

Cour La Mijane Bdef

Le vin, produit depuis 2014, est frais, en raison notamment des vents d’est et d’ouest qui soufflent sur le domaine, à 85% composé de rouge et 15% rosé dans l’appellation Cabardès. J’y fais une découverte originale : un Gewurztraminer du Languedoc ! Un vin plus sec que son cousin alsacien.  Et pour les amateurs de vin bio, le Domaine de Cazaban propose des vins biodynamiques dont j’aurais dû acheter plus de bouteilles…

Enfin cette escapade est aussi l’occasion de découvrir à 5 km de Carcassonne le magnifique château de Pennautier, dit le Versailles du Languedoc, construit en 1620.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les amateurs de vieilles pierres et d’histoire y verront la chambre de Louis XIII qui y dormit en 1622.  Très inspiré du style de Versailles dont il suit la mode de vaste palais ouvert sur la vue du parc, il a été plusieurs fois remanié et plus particulièrement agrandi en 1670 par l’architecte Le Vau, à l’époque même où celui-ci édifiait l’orangerie du château de Versailles. Le parc, dessiné à la française par le paysagiste Le Nôtre a gardé le même périmètre de 30 hectares que lors de la construction du château. Une pause historique dépaysante qui peut se prolonger par une nuit au château, si votre bourse vous le permet.

Un voyage à faire selon moi en dehors de la haute saison, soit à l’automne, soit au printemps.

Anne-Laure FAUBERT