Collections privées Acte II : Un voyage flamboyant des impressionnistes aux fauves au Musée Marmottan

En 2014, pour fêter ses 80 ans, le musée Marmottan Monet proposait une très belle exposition « Les impressionnistes en privé» rendant ainsi hommage aux collectionneurs qui ont rendu possible l’existence de cette institution culturelle. En effet, sans collectionneurs, point de musée Marmottan Monet.

Paul Signac - Castellane - 1902 - 1enviedailleurs.com
Paul Signac – Castellane – 1902 -Collection particulière – Droits réservés

En 2018, cet hommage est réitéré avec 72 peintures, dessins et sculptures conservées en mains privées en Europe, aux Etats-Unis et en Amérique latine : Collections privées : un voyage des Impressionnistes aux fauves. Cette exposition présente non seulement des chefs d’œuvres impressionnistes mais aussi des pièces majeures ou inédites des différents courants qui ont marqué la vie culturelle française au tournant du XX°siècle. Une manière de se différencier du premier opus par ces choix artistiques qui nous emmènent jusqu’aux Fauves et en 1920, soit 6 ans avant la mort de Claude Monet.

Van Gogh: Les lauriers roses. le jardin à l'hôpital à Saint Rémy - 1enviedailleurs.com
Van Gogh: Les lauriers roses. le jardin à l’hôpital à Saint Rémy – 1889 – Copyright: Arturo Piera

Dès la première salle et le premier tableau, la demeure privée de M. et Mme Josse et Gaston Bernheim Jeune, nous entrons avec cette jolie mise en abyme dans les demeures des collectionneurs. Cet itinéraire pictural de Monet à Matisse nous permet de découvrir tout d’abord des peintres et des thèmes plus connus comme Belle île de Monet, les portraits de Renoir ou les paysages de Caillebotte, avant de redécouvrir les néo impressionnistes avec de rares Seurat, Signac, Rysselberghe et Van Gogh. Gauguin et l’école de Pont Aven nous emmènent ensuite dans des ailleurs colorés et Toulouse-Lautrec nous rappelle le monde interlope avec ces femmes aux cheveux roux, avant que Camille Claudel exorcise ses grossesses interrompues avec un plâtre inédit de La petite châtelaine. Suivent ensuite les Nabis, Odilon Redon, avant que les œuvres fauves de Derain, Vlaminck et Van Dongen ne clôturent l’exposition.

Odilon Redon - 1enviedailleurs.com
Odilon Redon – Quadrige, le char d’Apollon – vers 1909 – collection particulière – droits réservés

Plus qu’un catalogue à la Prévert, ce sont la force, les couleurs et la beauté des toiles qui surprennent le visiteur. On découvre ainsi la Normandie peinte par Monet avec une explosion de couleurs, tout comme une de ses rares natures mortes Les galettes (1892) sans perspective puisqu’il relève la table. Caillebotte reste très représenté dans l’exposition car ce peintre décédé jeune plait au public.

Renoir - Portrait de Madame Josse Bernheim-Dauberville ( née Mathilde Adler) _ 1enviedailleurs.com
Renoir – Portrait de Madame Josse Bernheim-Dauberville ( née Mathilde Adler) – 1901 – Droits réservés

Le portrait de Madame Josse Bernheim-Dauberville peint en 1901 par Renoir est un portrait très classique avec le rose du ruban qui flatte la carnation du modèle et donne la tonalité de l’œuvre. Cette exposition est également l’occasion de se rappeler que la technique du pointillisme qu’utilise Seurat est purement scientifique et suit des règles strictes ainsi qu’un temps de séchage long afin d’éviter que les couleurs ne se mélangent. On apprend également que les Nabis se partageaient entre les profanes et les mystiques, ce qui rejaillit sur leur peinture.

Un beau voyage dans les demeures des collectionneurs qui, personnellement, m’a réconciliée avec Renoir, et m’a fait redécouvrir l’école de Pont Aven. Un privilège et une occasion rare de voir certains tableaux d’habitude accrochés aux murs de demeures privées… Une ode à la couleur

Anne-Laure FAUBERT

Musée Marmottan Monet – Jusqu’au 10 février 2019

De Zurbaran à Rothko : la collection Alicia Klopowitz au musée Jacquemart André : une collection distinguée et élégante

« Nul ne choisit l’endroit où il voit le jour, mais tout un chacun a bien souvent la liberté de pouvoir, selon ses capacités, diriger sa vie par les chemins qui s’offrent à lui. Un des chemins que j’ai choisis a été celui de l’art… » Alicia Klopowitz

Pantoja de la Cruz

Visiter l’exposition De Zurbaran à Rothko : la collection Alicia Klopowitz au musée Jacquemart André, c’est d’abord entrer en communion avec l’une des plus grandes collectionneuses de notre époque, connaissant extrêmement bien le marché de l’art, membre du board de Christies et achetant ses œuvres sans agent. C’est également entrer dans un dialogue de collectionneuses : Nélie Jacquemart qui a réuni de splendides ensembles de peinture, sculpture et mobilier dans sa demeure  et Alicia Klopowitz. C’est d’ailleurs le côté sélectif de la première qui a convaincu la seconde d’y exposer sa collection.

J’ai eu la chance de découvrir cette exposition avec Pierre Curie, conservateur en chef du patrimoine, et conservateur au musée Jacquemart André. Cette collection est une « collection de femme » selon lui avec une sensibilité particulière sur certains sujets, une prédilection pour les portraits de femmes et une approche sensualiste et intellectuelle de l’Art. La collectionneuse possède par ailleurs une vision large de sa collection au sens ancien des collectionneurs : les œuvres vont du XVI° au XX° siècle, et représentent plusieurs courants artistiques. Alicia Klopowitz crée elle-même ses ensembles et vit dans sa collection (ou sa collection vit chez elle…)

2 PANTOJA DE LA CRUZ

Dona Ana de Velasco y Giron par Juan Pantoja de la Cruz

La visite commence par une salle splendide dédiée à l’Espagne des siècles d’or avec notamment le sublime portrait de Dona Ana de Velasco y Giron par Juan Pantoja de la Cruz (1553-1608), peintre officiel de Philippe II et Philippe III. Le costume, et notamment la fraise ou collerette y sont particulièrement bien rendus, tout comme les sentiments de la jeune fille, à la fois consciente de son rang et du fait qu’elle ne reverra pas sa famille après son mariage au Portugal. Elle meurt en effet quelques années après.

La culture et la peinture espagnoles sont marquées par la France au début du XVIII°s puis par l’Italie dans la seconde partie du XVIII°s, influences que l’on retrouve dans les œuvres choisies : ainsi L’attaque de la diligence de Goya, représente un paysage à la française.

3 GUARDI

La salle 2 présente de belles peintures italiennes déjà appréciées par les collectionneurs espagnols du XVIII°s ; les artistes italiens travaillaient par ailleurs souvent en Espagne pour ou avec la protection de la famille royale, comme Tiepolo et Antonio Joli.

Les salles 3, 4 et 5 sont particulièrement belles également, dédiées notamment aux portraits féminins peints par Toulouse-Lautrec, Gauguin, Schiele, Picasso, Van Dongen et Modigliani. On y découvre, au-delà des différences de style, la profondeur psychologique de cette peinture et on est saisi par l’unité qui se dévoile de cette collection.

12 RICHIER

Les salles 6,7 et 8 sont davantage consacrées à l’art de la seconde moitié du XX° siècle : Gonzalez, Rothko, Tapies de Kooning dialoguent tandis que Giacometti, Freud, Bourgeois et Barcelo nous montrent le choc des matières avec un portrait féminin de Freud perturbant psychologiquement et des toiles magnifiques inspirées par l’Afrique pour Barcelo.

Une exposition dont on ressort à la fois ravi par tant de chefs d’œuvre et impressionné par l’harmonie de l’ensemble malgré les différences de style et d’époque ;

 

Musée Jacquemart André – De Zurbaran à Rothko : la collection Alicia Klopowitz

Jusqu’au 10 juillet 2017

 

Splendeurs et misères. Images de la prostitution, 1850-1910: une exposition sur la condition féminine au XIX°s

C’est le type d’exposition qui interpelle quand on ne l’a pas vue.

Est-on dans l’esbroufe, le racolage – sans mauvais jeu de mots? Et bien non! Cette exposition, riche et documentée, traite de la condition féminine dans la seconde moitié du XIX°s, de la prostitution clandestine à celle réglementée, du monde interlope, aux demi-mondaines ou grandes horizontales.

splendeurs_toulouse

Les maisons closes peintes par Toulouse-Lautrec

S’il s’agit d’une exposition qui adopte le point de vue masculin – qu’il soit documentaire, fantasmé ou méprisant, il est important de souligner que le commissariat est le fait de deux conservatrices, Marie Robert et Isolde Pludermacher, et la scénographie de Robert Carsen (celui de My fair lady au théâtre du Châtelet, dont je vous avais parlé ici).

De la marchande de fleurs à la courtisane, ces femmes ont en commun de vendre leur corps, de façon épisodique ou récurrente. Se développent alors les brasseries à femmes, les maisons closes où ces femmes sont maintenues en état de dépendance par la tenancière du lieu, ainsi que des soirées costumées à l’Opéra où ces messieurs viennent chercher de la compagnie. Dans la société corsetée du Second Empire, les hommes s’ennuient et cherchent des distractions.

L’époque considère la prostitution comme un mal nécessaire, une façon d’évacuer le vice. Les clients peuvent donc choisir les filles, qui sont répertoriées et contrôlées.

Si la prostitution n’est pas nouvelle, c’est son influence dans les arts qu’il l’est. Les propositions des clients, les scènes de femmes dans les maisons closes…sont décrites par les peintres et notamment Toulouse Lautrec ou Degas. De même l’invention de la photographie permet aux photographes de reconstituer des scènes érotiques puis, avec l’invention de l’appareil portatif, de photographier ces lieux et de prolonger leur possession de la femme par la photo.

Certaines personnes s’élèvent cependant contre cette pratique, à l’instar de Leo Taxil qui en 1884 déclare « Par la prostitution reconnue comme vice légal, on dégrade indignement la femme et l’on méconnaît l’égalité qui doit régner entre elle et l’homme. Ce mépris de la femme est dangereux pour l’ordre moral et social tout entier ».  Des propos à méditer alors que certains régimes totalitaires instaurent l’esclavage sexuelle des femmes…

Cette exposition évoque également pour la balletomane que je suis La dame aux camélias (voir ce billet) et la jalousie que pouvait provoquer leur situation puisqu’elle choisissait leurs amants et se faisait parfois offrir hôtel particulier, bijoux… comme la célèbre Païva dont le lit est exposé dans l’exposition…