Une escale bistronomique au BBM, Bistrot Buci Mazarine

C’est un restaurant qui s’aborde comme une escale bleutée et aquitaine en plein Paris, avec ce paravent bleu vif qui fouette l’air lourd et ensoleillé de cette belle journée d’été. Dans le chic et intellectuel quartier de Saint Germain des Prés, la salle du rez de chaussée du Bistrot Buci Mazarine, à la décoration de bords de mer et artistique, donne vue sur la cuisine ouverte ou sur la rue, selon vos envies, tandis que celle de l’étage offre un cadre plus intimiste idéal pour des soirées entre amis ou collègues.

Célèbre pour son  Trou Gascon, une étoile Michelin ouvert en 1973, et son Carré des Feuillants, 2 étoiles Michelin, Alain Dutournier, passé par l’école hôtelière des Pyrénées à Toulouse, reprend les plats du Sud Ouest qui ont fait son succès, en les démocratisant pour proposer au Bistrot Buci Mazarine des formules déjeuner Entrée + plat ou Plat + dessert à 25€ et des dîners entrée, plat dessert à 35€ (hors boissons). Le chef, Julien, formé dans la galaxie de Dutournier, a composé à quatre mains  une carte actuelle influencée par les saveurs d’Aquitaine et les saisons.

Marbré de chèvre frais_BBM_1enviedailleurs.com
Marbré de chèvre frais par Le Bistrot Buci Mazarine

 

Accueillie avec gentillesse par Julie, j’ai choisi un marbré de chèvre frais, bohémienne d’artichaut poivrade, repéré sur le site internet, alors que mon cher et tendre s’orientait vers un tataki de saumon, petits pois frais mimosa et croûtons. Le marbré se révèla un mélange détonnant et agréable entre le fondant du fromage et le caractère plus abrupt des artichauts, tandis que le saumon mi-cuit se mariait avec finesse avec la soupe froide, car c’en est une, de petits pois.  On retrouve dans les plats une générosité et un respect des produits, formule parfois galvaudée, mais qui reflète selon moi une réelle attention à leur fraicheur et leur qualité.

Vins_BBM_1enviedailleurs

Côté vin, je me suis laissée tenter par un verre de vin de Rhône, Un Versant Vionnier, 2015, me laissant guider par les choix de Julie. Une belle découverte que je compte entrer dans ma cave…

Cassoulet_BBM_1enviedailleurs.com

Absolument pas de saison mais plat signature, le Cassoulet aux trois viandes s’est révélé fondant, généreux et la saucisse d’une grande qualité. A regoûter en hiver : )

 

ile flottante_BBM_1enviedailleurs.com
Île flottante framboises, Bistrot Buci Mazarine

 

Côté dessert, mon côté bec sucré reprenant le dessus, je me suis laissée tenter par l’île flottante où la douceur de la crème et la finesse de la glace à la pistache étaient contrecarrées par l’âpreté du grué de cacao, tandis que le blanc d’œuf aérien, magnifique par sa rondeur, apportait une note bienvenue de légèreté avant la touche finale des framboises. De son côté, Monsieur testait le Baba pina colada ananas coco, gingembre confit pour son plus grand bonheur.

Baba_BBM_1enviedailleurs.com

Une très belle découverte dans un quartier où j’ai déjà quelques habitudes gastronomiques et un essai que je compte transformer lors des soirées que j’organise pour ma société Bulles de Culture.

Anne-Laure FAUBERT

Le restaurant ferme du 6 au 27 août et est ouvert du mardi au samedi

Souvenirs de France: l’image de marque d’un pays….

Je me trouvais hier dans la fameuse pharmacie rue Dufour à St Germain des Prés connue pour ses prix de parapharmacie les plus bas de la capitale. Comme d’habitude il y avait du monde mais encore plus que d’habitude puisqu’ « un car de Chinois » – comme pestait une cliente dans le magasin – avait débarqué  et, ravi de trouver une vendeuse chinoise, achetait à tour de bras. Et une autre vendeuse de se plaindre « ils arrivent et n’achètent que Caudalie, Nuxe et Avène. Le reste ils ne regardent même pas ». A ma mine étonnée elle a continué  » Ce sont des bons produits… mais enfin il y en a d’autres. Pour eux cela symbolise la France. »

Je dois être chinoise dans l’âme mais ce sont 3 marques qui m’attirent également. Avène pour son efficacité. Caudalie et Nuxe pour leur image: des produits sans parabène, naturels… et plutôt bien de ma petite expérience. Du Yves Rocher haut de gamme en somme. Un rappel de la nature qui correspondrait à la philosophie de vie chinoise, au Feng Shui, équilibre entre les différents éléments. Un besoin de nature d’autant plus fort que les villes y sont immenses et polluées…

Cette anecdote est une illustration de l’image de marque que renvoie un pays. Une question qui me travaille depuis quelques temps déjà.

Que représente la France aux yeux des étrangers? Le luxe, la gastronomie, les châteaux de la Loire, Versailles…

Pourquoi Hermès, Chanel et Dior et pas Givenchy?

Pourquoi le sac pliage ( j’ai programmé de vous en parler un jour…) que les touristes achètent par « wagons »? Il est certes léger mais question aspect pratique, on fait mieux.

Pourquoi Fauchon plutôt que la Marquise de Sévigné? Il suffit de passer place de la Madeleine chez Fauchon et de voir le nombre de personnes qui se font photographier avec leur sac siglé à la main…

Pourquoi Christofle plutôt qu’Ercuis?

Bref, qu’est-ce qui fait l’aura d’une marque à l’internationale? Le marketing uniquement? Je suis preneuse de vos avis.