Helmut Newton au Grand Palais: mode, fantasmes et érotisme…

Contrairement à l’autre exposition du Grand Palais, Beauté animale, celle consacrée au photographe Helmut Newton (1920 – 2004) dont le commissaire n’est autre que son épouse, June Newton, est réservée aux adolescents et adultes.

Connu pour ses nus féminins, ce photographe d’origine juive allemande, de son vrai nom Helmut Neustädter, fut d’abord l’élève de la photographe allemande Else Simon dite « Yva » – à qui il doit son style – avant de quitter l’Allemagne en 1938.

La première salle de l’expo s’ouvre sur ses photographies de mode, notamment pour l’édition française de Vogue, et les collections d’Yves Saint Laurent côtoient celles de Courrèges.

Contrairement au côté documentaire d’une Berenice Abbott, chaque photographie d’Helmut Newton invite à s’interroger sur la composition, le sujet, le fantasme sous-jacent… Ses thèmes? Des photographies érotiques, des portraits de personnalités comme Catherine Deneuve ou Margaret Thatcher (seule femme à avoir refusé de poser nue ou en déshabillé pour Newton), des photos montages autour de mannequins , et des photographies  » trash » (notamment dans la dernière salle)…

Une exposition qui a priori s’adresserait davantage à un public masculin vu le nombre de fantasmes qu’elle véhicule… Sauf que la femme y est sublimée, à la fois puissante, séductrice et dominatrice. La représentation d’une femme qui aurait compris comment « tenir les hommes » et en jouerait? Interprétation possible…

Une exposition qui souligne la liberté du photographe, tant dans ses thèmes que dans la façon de les traiter. Elle invite également à s’interroger sur la mode, le luxe, l’argent et le pouvoir…. Une interview de la femme du photographe, également photographe, révèle qu’elle n’était pas jalouse de cette « obsession » qu’avait son mari pour les femmes et qu’elle s’est même inquiétée le jour où il a commencé à photographier des fleurs mortes!

« Berenice Abbott (1898-1991), photographies »: une découverte

J’avoue mon inculture: avant samedi, ce nom ne me disait pas grand chose. Pourtant, m’avait-on dit, c’est « elle qui a fait redécouvrir Eugène Atget ». Sourcils interrogatifs de ma part… « – Qui est cet homme? – Mais si, c’est celui qui a photrographié les changements de Paris au XIX°s ».

Bref, c’est en néophyte que je suis allée voir cette exposition de photos au Jeu de Paume. Pour la première fois, je rentrais dans cet endroit. Le public était à l’image que je me faisais du lieu: jeunes branchés et modeux, couples trentenaires ou plus âgés stylés « bobos » (de gauche, si on en croit le dernier Elle où NKM est une bobo de droite: « Chic, simple, efficace, en résumé pour certains : bobo de droite »… ). Est-ce à dire que le bobo de gauche aurait le poil en bataille et ferait légèrement débraillé?? Je vous laisse juge…

Venons-en à l’expo.

Berenice Abbott (1898-1991) a aussi bien pris des portraits de la bourgeoisie et artistes parisiens, que du monde rural du Sud des Etats-Unis lors de son périple en 1935. Elle est également connue pour son projet Changing New York, publié en 1939 et montrant les changements de cette ville. Une photographie à la fois documentaire et sociale, et dont j’ai clairement préféré la partie portant sur la « scène américaine » tant rurale qu’urbaine: une série de scènes de genre sur les différentes facettes des Etats-Unis.

Le film qui lui était consacré permettait également d’entendre son point de vue sur la photographie et sur la réussite au féminin. Elle mentionnait un point que j’avais déjà lu dans un de mes livres préférés de ces dernières années: Lait noir d’Elif Shafak: il est toujours plus dur pour une femme de réussir dans les milieux littéraires car elles privilégient leur famille et leurs enfants…

Une exposition intéressante à défaut d’être passionnante, la photographie documentaire n’étant pas ce que je préfère.

Le Cine qua non nouveau est arrivé!!

Comme je vous l’avais dit en octobre, j’avais participé à une exposition de photos à Epinay sur Seine.

Le nouveau site de notre association Cine qua non est arrivé: http://www.cinequanon.org/.

J’espère qu’il vous plaira. N’hésitez-pas à nous faire des remarques, des suggestions.

Et puis, une fois n’est pas coutume, j’ai même mis une photo de moi ; ) Histoire que vous puissiez me reconnaître dans les salles de spectacle ; p

Anne-Laure

Vernissage du 32e salon de la photo d’Epinay-sur-Seine, « Ponts et Portes »

« L’association Cine Qua Non, ses membres Renaud Antoine, Christine Calais, Anne-Laure Graf, Isabelle Paez et Michael Pinson, et l’Union des Artistes d’Epinay ont le plaisir de vous convier au vernissage du 32e salon de la photo d’Epinay-sur-Seine
le samedi 22 octobre à partir de 18h
au centre socioculturel des Econdeaux à Epinay-sur-Seine
Pour les personnes qui ne pourraient se déplacer au vernissage, vous aurez tout le loisir de venir voir l’exposition du samedi 22 octobre au samedi 29 octobre de 13h30 à 18h, tous les jours sauf le dimanche.
Ponts et Portes, le thème de cette année au salon a inspiré les cinq photographes de Cine Qua Non qui vous montrent une profusion de formes, de lignes et de couleurs issues des quatre coins du monde. Venez pousser les portes, traverser ces ponts en France, en Europe, en Afrique et en Amérique pour un dépaysement total. A travers ce parcours en couleurs et en noir et blanc, vous vous évaderez de la grisaille de la banlieue parisienne.
Profitez-en pour voir et comparer les interprétations de nos consoeurs et confrères photographes au salon, ainsi que les œuvres d’artistes peintres qui parsèmeront le salon pour une fusion des arts conviviale. »

Informations pratiques

Exposition du samedi 22 au samedi 29 octobre 2011
Tous les jours sauf le dimanche de 13h30 à 18h
6 avenue Léon Blum 93800 Epinay-sur-Seine
RER C Epinay-sur-Seine ou gare SNCF Epinay-Villetaneuse
Site Internet de l’association de photographes Cine Qua Non
Contact
CINE QUA NON

Expo « Ponts et portes »: les photos recalées…

Comme un mystérieux tweet l’indiquait, j’étais en mode « ponts et portes » depuis quelques jours.

Je participe en effet à une expo collective qui aura lieu à la fin du mois à Epinay sur Seine, en région parisienne.

 

A la suite d’un après-midi très constructif et animé, toutes les photos ont été sélectionnées.

 

Pas facile de mettre 6 photographes à forte personnalité ; )) d’accord…

Voici quelques unes de mes photos recalées, certaines étant une interprétation extensive du terme « porte »,  je le reconnais.

 

Quant aux retenues, je vous en dirai plus dans quelque temps…