Le musée Thyssen à Madrid: un marketing à suivre…

A Madrid j’avais été frappée par la façon dont le musée Thyssen mettait en valeur ses produits culturels tels les cartes postales ou les catalogues d’exposition. Je m’étais alors fait la réflexion que les musées français avaient à apprendre de cet exemple.

Voyez plutôt:

Musée Thyssen - Madrid

Cette « variation » autour des impressionnistes m’a particulièrement plu. Certes il faut ensuite aller chercher ces cartes sur des étagères où elles attendent sagement d’être achetées, mais cet appel est plutôt sympathique.

De même la façon de disposer les catalogues m’a amusée.

Oeuvre contemporaine? Non une pile de catalogues!

J’ai trouvé cette disposition originale et bien pensée: on a davantage envie d’acheter quand on est séduit!

Enfin une petite vitrine pour terminer. Très classique, si ce n’est qu’elle se trouve à l’intérieur du musée, quand vous arrivez à un étage. C’est comme si à un étage du musée Guimet vous vous trouviez nez à nez avec des reproductions de Bouddha ou des étoles… Qu’on ne vienne pas me dire ensuite que le non marketing culturel est une conception latine!

Vitrine - Musée Thyssen

Madrid le nez au vent…

Voici deux jours que je suis à Madrid et je me dis que je m’inscris dans les comportements que je développais dans mon billet préparatifs de voyage. En clair, je sais ce que je veux voir mais je ne peux m’empêcher d’aller là où regardent mes yeux… Et de passer bien sur du temps avec la personne que je suis venue voir.

Ces balades nez au vent – dans le froid hivernal – donnent les photos suivantes:

Un immeuble près de la place d’Espagne
Pauvre immeuble! Je l’ai mitraillé, tellement j’étais intéressée par le feuillage qui le cache! Toujours mon obsession des arbres, on ne se refait pas!
Temple égyptien de Debod
Il n’était pas du tout dans mes « monuments à voir » celui-la! Mais en sortant de l’opéra – je venais de me battre en italo-hispano-anglais avec la guichetière pour avoir une place – je me suis faite alpaguer par un madrilène grisonnant qui a voulu me montrer ce temple. Tres pédagogue au demeurant. J’ai quand même vérifié si ledit monument existait et s’il était dans un espace dégagé. On ne sait jamais. Ce n’est pas parce qu’on lit El Pais qu’ on est recommandable!!
 
Vue de la cathédrale de la Almudena

C’est fou ce que les Espagnols aiment rénover leurs églises. Cela m’a fait penser à la Sagrada familia à Barcelone, toujours en construction…

Jardin de Sabatini, une matinée d'hiver...
Photo un brin mélancolique avec ce léger givre sur les haies à la française…
 
C’est fou, cela fait 2 jours que je suis à Madrid et je n’ai pas encore vu le Prado!! Par contre le musée Thyssen, quelle merveille!!

Préparatifs de voyage….

J’ai l’impression que je parle un peu trop de culture en ce moment…

Ca doit être l’hiver qui approche et l’installation du froid: on se réfugie dans un musée, un café, un salon de thé, plutôt que de flâner le nez au vent… Ou au contraire, on parcourt les sites internet à la recherche de destinations ensoleillées…

A propos, vous les préparez comment vos vacances?

1 – Longtemps à l’avance en planifiant minutieusement chaque journée, en vérifiant les spectacles à voir, les expositions, les horaires de musée…?

2 – Quelques jours avant en vous disant « bon au fait, j’ai mes billets, je fais quoi maintenant »?

3 – En dernière minute dans l’avion en disant « et bien voyons qu’il y a-t-il d’intéressant à voir »?

4 – Au fur et à mesure de votre voyage, selon les rencontres, les envies, au risque de ne pas avoir noté certains horaires et de passer à côté de quelque chose que vous vouliez voir?

5 – Vous ne préparez rien et passez par un opérateur!

Afrique quand tu nous tiens…

Ca y est! Il aura suffi de quelques promotions sur Air France pour fêter les 5 ans de Flying Blue, son programme de fidélité, pour que les envies de voyages en Afrique qui me trottaient dans la tête, refassent surface…

Blyde River Canyon – Afrique du Sud

Afrique quand tu nous tiens!!

Ayant passé une partie de mon enfance et de mon adolescence en Afrique de l’Ouest, je reste marquée par certaines images :

– les baobabs sur la route de Cap Skirring (Sénégal),

– les bolons (ou bras de rivière) que l’on prenait en pirogue

– la beauté des plages du Ghana et du Sénégal et la splendeur des couchers de soleil, miroitement de rouge et d’orange sur la mer 

– le périple pour traverser la Gambie quand on partait de Ziguinchor pour aller à Dakar et ce fameux bac, chargé de voitures, de personnes, de moutons, de paquets… Tellement plein à craquer qu’on se demandait s’il arriverait au bout de son voyage (question de mes parents, plus que de moi-même, j’étais trop petite)

Bref, l’Afrique je l’ai dans la peau, malgré mes origines européennes…

J’ai mis du temps à y retourner, 10 longues années au total.

Et voilà qu’en août 2009, j’étais repartie, en Afrique du Sud cette fois, un rêve d’enfant.

J’avais envie d’aller au-delà des préjugés, de la violence dont ce pays est la proie quotidienne…

Une fois ur place, je me suis rendue compte à quel point je m’étais occidentalisée, à quel point j’étais redevenue une « toubab ».

Quelques réflexions me viennent à l’esprit:

– nous sommes présomptueux de vouloir tout comprendre en quelques semaines d’un pays qui s’est fait dans la violence pendant des siècles. Ca vaut d’ailleurs pour n’importe quel pays

– C’est un pays splendide! Je recommande absolument!

Three Roundavels - Afrique du Sud

– une très belle leçon d’histoire, qu’il s’agisse de Franschhoeck – où sont arrivés les huguenots français après la révocation de l’édit de Nantes, du Cap fondé en 1652, ou des monuments commémorant la lutte contre l’Apartheid… 

Monument commémorant l'arrestation de N. Mandela le 5 août 1962

– une Afrique très urbanisée et encore rurale par endroits, un peu comme à Abidjan avec ses fameux embouteillages des ponts Charles de Gaulle et Houphouët Boigny,  rien à voir avec la Zambie, où le voyage se terminait. La différence de PIB par tête était flagrante…

Sur le fleuve Zambèze...

Chine intimiste…

Lors de mon voyage en Chine en mars – avril 2009, je m’étais attachée à photographier les contrastes de ce pays, deuxième puissance économique du monde désormais. J’ai souhaité mettre ici en valeur des scènes personnelles, loin de la foule des grandes villes.

Bon voyage!!

J’ai beaucoup aimé cette petite fille qui, imperturbable aux touristes et visiteurs, continue  de regarder son dessin animé.

Les scènes de rues sont aussi quelque chose que j’apprécie.

La photo suivante symbolise la Chine rurale, face à la modernité de Pudong (quartier de Shanghai).

Et une dernière, pour la route! « Pour sûr » elle va vous mettre en appétit ; )