Tags

, , ,

En voyant dans le métro les affiches pour Le crépuscule des pharaonschefs d’oeuvre des dernières dynasties égyptiennes, je m’étais dit: "encore une exposition sur l’Égypte ancienne, mais n’a-t-on pas tout vu?"

Ayant, comme beaucoup, un faible pour l’Égypte et pour le musée Jacquemart-André (il faudra un jour que je vous parle de son café – salon de thé, très vieille France mais oh combien agréable), j’y suis allée.

Je m’étais trompée. Si cette exposition aurait gagnée à être plus pédagogique, elle met en lumière une époque troublée (1069-30 avant notre ère) où l’Egypte fait face à de nombreuses invasions: Libyens, Perses, Grecs avec Alexandre le Grand en -332…

Comme chaque exposition de ce musée, le parcours est composé de 8 petites salles, malheureusement très vite surpeuplées dès que, par exemple, un groupe s’y trouve.

Du monde des vivants, marqué par de très belles statues aux traits soit idéalisés soit réalistes, au domaine des morts, les influences étrangères se font sentir. De même, l’image du pharaon est réinterprétée par chaque "envahisseur" et certaines statues tiennent davantage de l’art perse ou égyptien "orientalisant" que de l’art égyptien traditionnel: ainsi, un des pharaons représentés porte moustache et longue barbe, attributs habituels des rois perses… Une influence que l’on retrouve aussi dans les représentations des Dieux. Mention spéciale à ce sujet pour la statue de la déesse Bastet sous forme de chatte!

Une exposition intéressante quoique courte, qui donne une autre perspective sur l’Egypte ancienne.

L’avez-vous vue, qu’en avez-vous pensé?

About these ads