Qu’est-ce qu’une programmation artistique?

A l’heure où l’opéra de Paris sort les chiffres de sa fréquentation en 2010 et qu’il annonce sa future saison, il est intéressant de se pencher sur ce qu’est et doit être une programmation artistique.Doit-on privilégier des oeuvres peu connues contentant ainsi les mélomanes avertis mais s’éloignant du grand public ou au contraire donner des "tubes" afin de remplir les salles. Une question que j’avais déjà abordée au sujet de l’exposition Claude Monet.

Lorsque l’on regarde la prochaine programmation, on s’aperçoit que la moitié a déjà été jouée depuis 2005 (en gras dans la liste qui suit). Volonté de redonner des spectacles ayant rencontré un fort succès , impératif économique de se resservir des décors afin de baisser les coûts?

DANSE

Phèdre de Lifar et Psyché, de Ratmansky à Garnier. Du 21 septembre au 2 octobre.

La Source de J.-G. Bart/Christian Lacroix à Garnier. Du 22 octobre au 12 novembre.

Cendrillon de Noureïev à Bastille. Du 25 novembre au 25 décembre.

Onéguine de Cranko à Garnier. Du 9 au 24 décembre. 

Ballet royal du Danemark à Garnier. Du 6 au 10 janvier

Orphée et Eurydice de Pina Bausch à Garnier. Du 4 au 16 février.

La Bayadère de Noureïev à Bastille. Du 7 mars au 15 avril.

Dances at a gathering de J.Robbins et Appartement de M. Ek à Garnier. Du 13 au 31 mars.

L’Histoire de Manon de MacMillan à Garnier. Du 21 avril au 11 mai.

Roméo et Juliette de Sasha Waltz à Bastille. Du 7 au 20 mai.

Kabuki de Maurice Béjart par le Tokyo Ballet au Palais Garnier. Du 18 au 22 mai.

La fille mal gardée de F. Ashton à Garnier. Du 18 juin au 15 juillet.

Je ne rentrerai pas ici dans les débats entre la direction de Gérard Mortier (l’ancien directeur de l’opéra) versus N. Joël (l’actuel depuis 2 ans) le premier étant vu comme un iconoclaste et le second comme un réactionnaire. C’est, en caricaturant à peine, la teneur des réactions sur internet. 

Je trouve la future saison bien moins classique que 2010 où dans les 10 ballets les plus vus se trouvent de véritables classiques se jouant quasiment à guichets fermés comme, dans l’ordre du taux de remplissage, Casse-Noisette, Béjart, la Dame aux camélias, la Bayadère, le Lac des cygnes et Paquita. (voir ci-dessous)

http://www.lefigaro.fr/culture/2011/02/17/03004-20110217ARTFIG00446-2010-l-annee-de-tous-les-succesa-l-opera-de-paris.php

Un programme artistique doit être selon moi un subtile équilibre entre des classiques amenant les gens à sortir et des oeuvres plus pointues pour des personnes ayant déjà une certaine connaissance en la matière, une ouverture d’esprit et un certain revenu leur permettant de dire, oui je mets X € pour voir une pièce contemporaine. Tant pis si ça ne me plaît pas.

Cet équilibre me semble assez réussi  pour la prochaine saison tant pour les opéras, dont je n’ai pas parlé, que pour les ballets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 31 autres abonnés

%d bloggers like this: